Je connais Marc-Emmanuel Zanoli depuis, attendez, heu, plus de 10 ans ? (ok, quasiment 15 ans !) Je vous ai souvent raconté les stages de danse classique faits avec lui, parce qu »à chaque fois ce sont des super moments, et que ça me booste pour des mois entiers !

Il y a quelques mois, Marc-Emmanuel m’a invitée à venir le voir danser, à l’Opéra de Bordeaux, et j’ai profité de mon déplacement la semaine dernière pour qu’on puisse organiser tout ça.

Mercredi soir, j’ai donc embarqué ma chère Joëlle chez qui je dormais, et nous avons filé entre deux averses d’orage au Grand Théâtre. Nos places nous attendaient sagement à l’accueil, et je fois dire que j’étais excitée comme une puce. Le théâtre est magnifique, le hall d’accueil en impose, et l’ambiance à l’intérieur de la salle de spectacle,  c’est absolument tout ce que j’aime : les musiciens qui chauffent leurs instruments dans la fosse, le brouhaha des spectateurs qui s’installent, le grand lustre, les balcons rococo, le grand rideau…

Et puis la lumière s’est éteinte, et le spectacle a commencé… Au programme ce soir-là, une soirée néo-classique Jirí Kylián / Maurice Béjart / Jerome Robbins. Trois univers très différents, visuellement très forts, et des danseurs virtuoses.

Il y a eu tout d’abord Petite Mort de Jirí Kylián sur les magnifiques concertos pour piano 21 & 23 de Mozart. Mon coup de cœur de la soirée, c’était absolument sublime… et quelle émotion de découvrir Marc-Emmanuel sur scène !

(crédit photos ©Julien Benhamou)

 

Ensuite Le Chant du Compagnon Errant, un impressionnant duo créé par Maurice Béjart en 1971, sur une musique de Gustav Mahler, accompagnée par la voix puissante et envoûtante du baryton Thomas Dollié… Une pièce un peu plus difficile d’accès, mais très prenante, et une magnifique chorégraphie…

(crédit photos ©Julien Benhamou)

 

Et pour finir en beauté, le pétillant ballet de Jerome Robbins Le Concert (ou les Malheurs de Chacun), créé en 1956 et qui n’a pas pris une ride. Je crois bien n’avoir jamais autant ri devant un ballet tant c’est vif, enjoué… et drôle ! Irrésistiblement drôle, notamment « The Mistake Waltz » que je regarde en boucle depuis que je suis rentrée. Je recommande ce ballet même à ceux que la danse n’émeut pas plus que ça, vous passerez un excellent moment !

(crédit photos ©Julien Benhamou)

C’était génial de sortir du Grand Théâtre avec un grand sourire collé au visage, et l’envie de sautiller partout ! Joëlle a beaucoup aimé elle aussi, je crois. Nous sommes allées féliciter Marc-Emmanuel à l’entrée des artistes, puis je lui ai donné rendez-vous pour le lendemain…

Car le lendemain m’attendait un moment fabuleux : j’ai eu la chance de pouvoir assister à la classe des danseurs du ballet de l’Opéra. Comme dans toutes les compagnies du monde, les danseurs et danseuses prennent un cours, une classe, chaque matin. Cela leur permet de réveiller leur corps, de s’échauffer, voire de se dérouiller en période de spectacle, et de peaufiner leur technique. La classe reprend la structure d’un cours de danse classique traditionnel tel que je le prends chaque semaine : il y a la barre avec les pliés, les dégagés, les ronds de jambes, les fondus, les développés, les assouplissements, puis le milieu avec les adages, les pirouettes, la petite batterie, les sauts… Le tout accompagné au piano, et sur la scène de l’opéra s’il vous plait !

Autant vous dire que j’ai passé une heure et demie magique, j’étais tellement captivée que je dansais dans ma tête et sur mon fauteuil aussi un peu ! Je n’en ai pas raté une miette, j’aurais voulu que cela dure des heures (pauvres danseurs, heureusement que ce n’est pas le cas pour eux !). J’ai été subjuguée par leur talent, leur technique, leur humilité aussi… Bref, une expérience inoubliable !

Je crois que j’ai ensuite remercié mille fois Marc-Emmanuel de m’avoir permis de vivre ça, et je l’ai laissé poursuivre sa folle journée de danseur (répétition l’après-midi, spectacle le soir, la fin de saison est très chargée pour lui !). Je suis repartie chez moi avec des étoiles plein plein les yeux, plus convaincue que jamais que la danse est un art merveilleux, et une incroyable passion que j’ai la chance de vivre depuis toute petite !

 

Un immense merci (encore !) mon cher Marco , et à très vite !
Mille bravos au ballet de l’Opéra de Bordeaux pour leur talent,
N’hésitez pas à venir les applaudir sur scène !!

 

➤ Pour en savoir plus sur l’Opéra National de Bordeaux, et notamment la programmation des spectacles : le site – la page Facebook – le compte Instagram – le fil Twitter.

Billet précédent
Billet suivant

2 Commentaires

Écrire un commentaire

Combien font : *