Tag

danse classique

Browsing

La danse est ma plus grande passion, depuis toujours… J’ai commencé un peu par hasard lorsque j’avais 7 ans, parce qu’une de mes copines d’école en faisait. Le coup de foudre a été immédiat. Et depuis je n’ai jamais arrêté. Même pendant mes études. Même enceinte. Même lorsque mes bébés étaient petits. Je n’ai raté aucune saison. Et cela fait 34 ans que ça dure !
La semaine dernière, Bion3 m’a offert un sacré coup de pouce pour vivre ma passion pour la danse encore plus intensément : 2 jours exceptionnels à Paris !

À chaque année qui passe, je me pose un peu plus la question… Jusqu’à quand vais-je danser ? Et à chaque fois, la réponse est la même, je danserai jusqu’à ce que je ne puisse plus être en état de le faire. Qu’importe mon âge, qu’importe mon modeste niveau, je crois que je ne pourrais pas vivre sans danser…

Cette année, mes deux mois de coupure estivale m’ont fait du bien. Je me suis même dit que ce serait peut-être le moment, sans mauvais jeu de mot, de lever un peu le pied sur mes cours. Que notre emploi du temps était trop chargé, trop compliqué. Et puis… et puis, j’ai franchi la porte du studio de classique, la porte de la salle de danse contemporaine, et c’est reparti illico.

Vendredi dernier, Mamzelle passait les examens de danse du conservatoire en jazz et classique imposés, pour obtenir son CEC (certificat d’études chorégraphiques, validant le 3ème cycle). De grands mots dits comme ça, mais comme Mamzelle passait l’épreuve avec 3 ans d’avance, elle n’avait pas trop la pression, car très peu de chance de l’obtenir.

C’était plutôt pour l’exercice, une sorte de répétition grandeur nature en avance. Travailler les deux chorés imposées avec ses professeurs (et un bras en attelle) pendant plusieurs semaines, et passer sur scène devant un jury (sans attelle, ouf), ce n’est jamais inintéressant, bien au contraire.

Ce week-end, je n’ai pas marché, j’ai dansé… Et de battre mon cœur a recommencé.

Cela m’étonnerait presque à chaque fois, cette capacité à me ressourcer dès que je franchis les portes d’un studio. Pourtant je sais, au fond de moi, que la danse fait à jamais partie de ma vie. C’est sans doute la chose dont je ne pourrais jamais me passer, en tant que danseuse, en tant que spectatrice, en tant qu’admiratrice, la danse me fait vibrer du plus profond de mon âme.

Ce week-end, c’était donc le fameux stage de danse classique donné par Aline Bellardi et Marc-Emmanuel Zanoli, danseurs à l’Opéra National de Bordeaux. Depuis trois ans, c’est un rendez-vous qui m’est précieux, même si dimanche après-midi j’ai fortement hésité à aller marcher à Vannes.

Pin It