Nous avons multiplié les activités à Aussois, où nous étions invités en famille par l’Office de Tourisme en juillet dernier, je vous en parlais dans cet article, et il y en a une que j’attendais particulièrement, c’était la randonnée… Parce qu’après avoir longtemps boudé la marche en montagne, j’y ai regoûté avec bonheur l’été d’avant, et j’avais hâte de recommencer.

Cette fois nous sommes partis deux jours, avec une nuit en refuge. Ça semble un peu ardu, dit comme ça, mais en réalité, cette randonnée était très facile, et nous n’étions pas chargés du tout. C’était parfait pour initier nos ados !

Départ le lundi matin un peu avant 10h, nous avons pris le télésiège depuis Aussois pour grimper jusqu’au point de départ de la balade (on peut aussi y accéder en voiture en se garant au parking du barrage du Bois d’Amont, mais c’est plus sympa de partir directement du village, je trouve)

Pour rejoindre le refuge du Fond d’Aussois, notre étape de midi, nous avons suivi le chemin surplombant les barrages. Ce chemin est très facile, plutôt large, on longe les pâturages, il y a des fleurs, des vaches, la vue est superbe… une vraie petite balade de santé ^__^

Nous avons ensuite quitté le grand chemin pour bifurquer sur la gauche, toujours direction le Fond d’Aussois. Le chemin s’est un peu corsé, tout en restant très accessible. Moi j’avoue que je préfère, ça fait plus randonnée ! Et on a commencé à apercevoir tout plein de marmottes, et ça, pour motiver les ados, il n’y a rien de mieux…

Au bout d’une petite heure, nous avons atteint le plateau du Fond d’Aussois, avec comme objectif tout au bout le refuge pour notre déjeuner. Les ados commençaient à râler un peu, ils avaient hâte d’arriver, et trouvaient que l’on prenait un peu trop de temps à prendre des photos (ah bon ? ^__^)

Heureusement la traversée du plateau est vraiment magnifique (et toute plate), on est vite arrivés au refuge sans encombre. Là nous attendait un délicieux déjeuner, au soleil sur la terrasse, on s’est régalés. La carte est plutôt bien fournie le midi, il y a des tartes salées, des tartines, des planches de charcuterie, des crêpes pour le dessert… et une sélection de thés et tisanes bios délicieuses.

Après une micro-sieste au soleil, nous sommes repartis direction le refuge de la Dent Parrachée, à deux petites heures de marche de là. Nous avons de nouveau traversé le plateau, puis grimpé vers la gauche. Le dénivelé était bien plus important que le matin, mais cela reste accessible aux randonneurs débutants que nous sommes. Je n’ai pas pris de photos durant la montée, mais on en voit un bon bout dans ma vidéo. La vue, encore une fois, était magnifique.

Après avoir bien grimpé, nous avons passé un col, et hop, nous voilà arrivés au refuge où passer la nuit. Franck, le gardien du refuge, nous a accueillis chaleureusement et nous a montré où nous allions dormir : nous étions tout en haut du dortoir principal, à côté d’une petite famille de trois. J’avais le souvenir de refuges très rudimentaires quand j’étais ado, là c’était quand même bien plus cosy, et si les chambres ne sont pas séparées, les différents niveaux et recoins permettent un minimum d’intimité, ouf ! (et j’avais prévu mes boules quiès, au cas où ^__^) Et il y avait même des douches, que demander de plus ?

Nous avons passé une super soirée au refuge, le diner s’est fait autour de grandes tablées, il y avait même une petite fille qui fêtait son anniversaire, tout le monde parlait avec tout le monde, j’ai trouvé ça super sympa. Et quelle rigolade d’entendre les histoires de Franck qui nous a fait un véritable one-man show au moment du dessert, j’en avais les larmes aux yeux et des crampes aux joues tellement je riais. C’était génial.

À 21h30, on est allé se coucher, sans moufter, car on était bien crevés de notre journée, et surtout, le petit-déjeuner était prévu à 6h30 !

La nuit s’est passée sans encombre, nous avons vraiment bien dormi. Après le petit-déjeuner, Mamzelle, MrChéri et moi sommes allé nous dégourdir les jambes vers le lac du Génépy pendant que les garçons restaient tranquilles au refuge. On a guetté les chamois et les bouquetins, en vain, mais on a fait une bien jolie balade (et on a encore vu PLEIN de marmottes ♥︎)

Vers 9h30, on a récupéré les garçons et on est redescendus vers notre point de départ, afin de prendre le télésiège avant sa fermeture, à midi… On a profité jusqu’au bout du paysage magnifique, mais j’avoue que j’avais le cœur un peu serré de redescendre si vite. J’étais si bien, moi, là-haut ! Dormir au creux des montagnes, coupés de tout, et respirer le grand air, grimper sur les rochers et admirer la nature grandiose autour de nous, décidément j’aime beaucoup trop ça !!

On s’est dit qu’il fallait absolument qu’on se fasse une randonnée en itinérant l’année prochaine. Trois ou quatre jours avec sacs à dos et vraies chaussures de marche, nuits en refuge, peut-être un peu de bivouac ? On y réfléchit très sérieusement, et on a déjà hâte d’être l’été prochain, à la montagne !

Merci à l’Office du Tourisme d’Aussois,
et à l’agence We Like Travel
pour cette expérience géniale !

Billet précédent
Billet suivant

11 Commentaires

  1. Si ma fille n’était pas si petite (21 mois), je signerais direct pour une aventure comme celle tu as vécue en famille. Comme d’habitude, tes photos sont superbes et ces marmottes, non mais vraiment, comment as-tu pu résister à l’envie d’en emporter une avec toi ? 😉

    • Ha, les marmottes, on s’est dit qu’elles s’entendraient peut-être bien avec nos cochons d’inde ? 😉 Blague à part, tu sais que la petite famille avec qui nous avons partagé le haut du dortoir au refuge avait un petit garçon de 3 ans et demi, et c’était son 3ème été en montagne ! Ils font de courtes marches dans la journée, et dorment en refuge 3 ou 4 nuits. Il était trop mignon, super dégourdi, et très calme la nuit, on ne l’a pas entendu !

  2. La rando avec un objectif (un pic ou un refuge), c’est encore mieux que la rando. Proverbe de moi à moi.
    D’ailleurs, j’ajoute dormir dans un gîte sur ma life list !!!
    Tes photos sont trop belles. Oh, une marmotte !

  3. Ha Aussois, que de souvenirs !
    J’y suis allée l’été de mes 7 ou 8 ans mais j’en garde pleins de souvenirs, comme avoir fait une frayeur à tout le monde en abandonnant ma grand-mère, qui avait notre garde à ma soeur et moi, dans une église. Nous étions rentrés seules, à pieds, sur les petites routes, vers notre hébergement. Une folie !
    Mes parents avaient fait de nombreuses randonnées

    • Ohlala, tu m’étonnes, quelle frayeur pour ta grand-mère ! C’est fou comme ça marque les vacances quand on est enfant, c’est chouette !

  4. j’ai eu la chance de faire le tour de la Vanoise il y a quelques années, de refuge en refuge, cette semaine coupée du reste du monde, fait partie de mes souvenirs uniques et merveilleux, je me souviens également de l’arrachement ressenti au moment de redescendre dans la vallée, je ne souhaitais qu’une chose : rester là-haut !! merci de les avoir ravivé par ces belles photos !

Écrire un commentaire

Combien font : *