Quand, sur un coup de tête, j’ai commencé à courir l’année dernière, je n’aurais jamais pensé que ça me mènerai, 18 mois plus tard, à me lever tôt un dimanche matin, à chausser mes baskets et à aller suer au milieu de 2960 coureuses en tshirt rose. Oui mais voilà, il ne faut jamais dire jamais.

Déjà l’année dernière, j’avais raté l’inscription à La Vannetaise 2010. Cette année, j’ai pris les devants, je me suis inscrite à la newsletter et je les ai suivies sur Facebook. Et en juin dernier j’ai décroché mon dossard quasi à la dernière minute. Le 9 octobre 2011, j’allais courir La Vannetaise !

Mais le temps a passé. Pour diverses (mauvaises) raison, je n’ai pas couru de tout l’été, ni à la rentrée d’ailleurs. En plus, ce week-end, je devais être maman solo, MrChéri étant convié à la confirmation de sa filleule à St Étienne. Autour de moi, personne pour venir m’encourager (ou garder les Korrigans pendant ce temps-là). Autant vous dire que ma motivation était au point mort.

Finalement, c’est ma copine Sonia qui m’a remis le pied à l’étrier. Non seulement elle allait gérer les Korrigans, mais en plus elle proposait de trimballer tout le monde et de faire les groupies en bord de piste. Alors deux jours avant la date fatidique, je suis allée retirer mon dossard et ma puce. Tant pis, j’allais quand même la faire, cette fichue course. À la punk, sans entraînement.

Enfin, plutôt en carton la punk du running, hein, je peux vous dire que dimanche matin, je n’en menais pas large. Réveillée aux aurores, incapable d’avaler quoi que ce soit, et aux toilettes toutes les cinq minutes. Quasi aussi stressée que si je passais le bac.

Les Korrigans, eux, étaient au taquet, avec banderoles d’encouragement et tout ! Impossible de faire marche arrière, ils auraient étaient trop déçus. Et puis Sonia est venue me chercher, et zou, à 9h45, j’étais en tshirt rose, comme les copines, sur le Port de Vannes, dans un immense cœur humain tout rose !

10h, l’échauffement commence. Limite un cours de fitness, à vrai dire. On est serrées comme des sardines, et puis je me dis que ça serait dommage d’être crevée avant même de démarrer la course, alors je fais semblant de bouger, en rythme, mais surtout en économisant mes forces !

10h20, le départ va être donné. Je me faufile vers le podium pour ne pas être trop loin de la ligne de départ. Hahaha, l’erreur de la débutante qui n’a pas potassé son parcours, la ligne de départ est DERRIÈRE moi, à l’opposé du podium. Le temps que je pige ça, j’ai facile 2000 personnes devant moi. Pas grave, heureusement l’ambiance est bon enfant, pas de furies qui bousculent tout sur leur passage. Les championnes qui visent moins de 40 minutes sont devant de toute façon.

10h30, c’est parti ! Mouvement de foule, ça commence en douceur, on piétine plus qu’on ne trottine. Premier virage, on attaque la première portion de la rive droite du port. C’est le bouchon, faut juste faire bien gaffe de pas tomber du quai. En face, on voit les premières qui entament vraiment leur course, à grandes foulées. Ici, on piétine toujours. Deuxième virage. Troisième virage. Ayé c’est vraiment parti, la rive gauche du port s’élargit, c’est tout droit, il est temps de faire chauffer ses baskets !

– km1 : on atteint la DDE, et là, je cours vraiment. On a enfin la place. D’après ce que j’ai lu sur le site, c’est là que les difficultés commencent : une première montée, gravie sans peine (c’est de la gnognotte par rapport au relief de mon circuit habituel), puis un faux plat. Tout va bien. On est encouragées par tout plein de monde, il y a même des musiciens, c’est sympa.

– km2 : au rond point du PIBS, je commence à perdre mon souffle. Mais je ne lâche pas la cadence, je sais que juste avant le pont de Kerino ça va redescendre, et que le parcours va être plus simple. J’allonge ma foulée.

– km3 : merde, c’était pas sensé être plus facile, là ? En tout cas, pour moi, ça devient vraiment dur. Surtout qu’en face, les premières sont déjà au km5 et elles courent comme des dingues. Je me sens nulle, et puis j’ai soif. Ouf, point d’eau en vue, vite un verre, vite je repars. Je passe devant les jeux, je scrute la foule qui nous encourage pour apercevoir Sonia, ses enfants et les Korrigans. Je cherche du regard la marinière rose de Mamzelle, en vain. Mais ça m’occupe. J’arrive au bout du port, il y a un monde de dingue, ça crie, c’est joyeux. Toujours pas de Korrigans en vue, mais je suis contente d’avoir fait la moitié.

– km4 : et là, c’est le drame. La remontée de la Rabine est terrible, j’ai l’impression de m’éloigner de l’arrivée (qui physiquement, c’est vrai, est dans notre dos). Ça fait 29 minutes que je cours, je perds mon souffle, je me maudis de ne pas m’être entrainée, bordel ! On croise les filles qui passent la ligne d’arrivée sur notre droite, ça me flingue le moral, j’ai le cœur qui va exploser.
Je me mets à marcher. Je m’en veux de marcher. Alors je repars. Mais au bout de 200 mètres, j’ai beau chercher le second souffle, je ne le trouve pas. Alors je re-marche. Grrrr…

– km5 : allez, c’est reparti, plus qu’un virage et c’est la grande ligne droite vers l’arrivée. Je me sens pousser des ailes, je cours, je cours, je cours. 500 mètres. Putain, mais c’est interminable ! Je n’y arrive plus. Nouvel interlude de marche rapide.
Rhaaa, c’est trop con de baisser les bras si près du but. Allez, je me lance, sous les encouragements du public, on ne sait jamais, les Korrigans sont peut-être là, et je ne les vois pas. Alors je cours de nouveau, à fond cette fois, et voilà, enfin, c’est bon, je passe la ligne d’arrivée, ça bipe, ma course est validée.

Yesss, I did it ! 6 kms en 43 minutes ! 1389ème sur 2960 !

 

Pour une première, sans entraînement, même si j’ai marché, un peu, c’est pas mal non ?

(oui, je sais, après mon billet de l’autre jour sur le sexisme dans le sport, participer à une course 100% féminine, c’est un peu paradoxal. Mais La Vannetaise, c’est pour la bonne cause, c’est pour informer et lutter contre les cancers féminins. Je suis fière d’y avoir participé, d’avoir fini, et j’ai été très touchée par l’énergie très positive et tous les petits messages d’encouragement face à la maladie véhiculés par la plupart des participantes. Bravo aussi à l’organisation sans faille de cette matinée. L’année prochaine, c’est sûr, je recommence !)

(mais l’année prochaine, je m’entraîne, je repère le parcours avant, je merde moins mon départ, j’habille mes Korrigans en fluo et je vise les moins de 40 minutes, ok ?)

Billet précédent
Billet suivant

30 Commentaires

  1. 40 min easy avec quelques séances!
    Félicitations en tout cas.
    Et puis si tu veux et courir en rose pour la cause ET ne pas être 100% course féminine, il y a Odyssea à Nantes 🙂

    :dot: Ah mais carrément ! C’est 5kms en plus… je m’inscris à la newsletter, pour pas louper la prochaine édition, merci !

  2. Je te tire mon chapeau parce que sans entrainement ou presque faut le faire…. et moi qui suis nulle en endurance je dis bravo!!!! (on a le droit de le faire en marchant la Vannetaise??? Parce que à ce moment la, je veux bien le faire l’an prochain!!!)

    Sinon, moi c’est dimanche prochain que je me leve aux aurores pour le marathon!!

    :dot: Oui, tu peux marcher, il y avait pas mal d’équipes 100% marche, d’ailleurs. Mais faut guetter l’ouverture des inscriptions, ça part à toute vitesse.

  3. Félicitations !!!
    C’est vrai que ça devient vitre une drogue la course à pied !

    :dot: Clair ! Je pense que je vais aller courir mercredi, du coup 😆 Merci !

  4. Je dis bravo! J’ai pas dépassé le stade de la motivation ni de quelques courses d’entraînement… Par contre, je vais à la gym, et je me suis mise à l’équitation, croyant naïvement que le cheval ferait tout le boulot. Ah ah ah… 😉

  5. Bravo bravo bravo! Déja bravo pour cette belle course, et pour ce récit! J’avais l’impression de fouler le macadam de Vannes avec toi! J’en ai versé ma larmiche tiens! Chuis sure que l’année prochaine tu peteras encore une fois la baraque!!!

  6. Ah nan mais bravo !! Je suis fière de toi !
    Moi aussi je me suis inscrite dans une aventure un peu folle, et comme Morgane (mais peut-être pas au même endroit), c’est dimanche matin prochain que je me lève pour 10 km !!
    On est folles !

  7. chapeau, tu m’épates, et en plus ça me donne du courage pour reprendre le footing demain après quelques année d’arrêt.

  8. Bravo à toi !!
    Et non ça n’a rien à voire avec les sexisme ! Sur ce genre de courses les messieurs sont bienvenus pour encourager, raviteiller et ranger le matos après !! (je le sais car je participe à une similaire sur Lyon…. les hommes sont nos coachs !!!)
    Cela me paraît normal que pour une cause féminine ça soit les femmes qui se mobilisent ! Si ça devenait mixte ça perdrait de son esprit bon enfant !!!!
    En tous les cas bravo et prépare toi pour l’année prochaine !!

  9. ===> C’est Alice, moi je vais pas courir, je fais assez de sport pendant le boulot, c’est juste qu’au marathon de Vannes, y’a des animations et comme je fais partie d’une chorale, bah on chante et si il fait aussi froid que l’an dernier, ça va être du sport aussi!!!!

  10. Je suis FIERE de toi!
    Non mais en plus, j’adore voir comment on devient accro à la course. Normalement, maintenant que tu as fait ta première course comme ça, tu vas avoir envie d’en faire d’autres. Et peut-être MEME de venir faire un semi avec moi!

    :dot: Han, mais j’en rêve, vois-tu, t’es un peu mon mentor quand même ! Même si pour l’instant, c’est pas gagné !!

  11. Tous les jours, je fais 1km en 10 minutes, en montée, en poussant la poussette. Tu crois que je suis prête pour la vannetaise ? 😉
    Bravo en tout cas! [j’aime pas les cross :-P]

  12. Bravo ! Je me retrouve bien dans ta description de la course (nous sommes accordées aujourd’hui sur les billets) mais qu’est-ce qu’on est contente quand on l’a fait, c’est une victoire sur soi 🙂

  13. Et bien voilà, ce post est celui qui me fait enfin me lancer sur votre site.
    Car la Rabine m’est familière: des grands-parent Vannetais et tous les étés d’une enfance à aller me promener à Conleau avec ma mamie ou bien le tour en vedette du golfe pour aller sur l’ile au moines.
    J’avoue que dès que je vois des photos du pays les yeux deviennent humides car moi je suis loin de ma mamie et du pays des Vénètes.
    je reçois à travers vos posts des morceaux de Bretagne et moi aussi suis maman de 3 lapereaux alors…

    Bravo pour cette course et merci pour tous ces jolis moments, je suis tellement fan que je suis remontée à la genèse du site.

  14. Whaaa la classe !!! bravo !!

    un jour moi aussi je ferais une course !! je sais pas quand.. là j’ai un peu perdu la motivation pour aller courir… Tu fais quoi toi quand tu arrives pas à les chausser tes running?

  15. Félicitations !!!
    (c’est tout ce que je trouve à dire, je suis proprement incapable de courir plus de quelques mètres sans marcher/pester/souffler/râler/chouiner/avoir un point de côté…)
    🙂

  16. Pingback: Ma routine sport pour la rentrée | Wonderful Breizh

Écrire un commentaire

Combien font : *