empty bed greige

Aujourd’hui, en ce tout début de confinement, j’ai un peu de mal à me replonger dans les jours passés, alors que raconter mes semaines est un exercice que j’aime beaucoup, et que je pratique depuis longtemps.

Le temps semble tellement distordu… si loin, si proche, et la situation sanitaire de notre pays va si vite, tout change en un instant.

La semaine dernière pourtant, jusqu’à jeudi on faisait attention aux gestes barrières, mais il y a eu danse, il y a eu tennis, nos divers rendez-vous médicaux étaient maintenus. Mamzelle a passé ses mi-partiels, Titou attendait son conseil de classe, les élections municipales s’organisaient, on planifiait des dîners avec les copains.

Et puis jeudi soir, tout a changé. Je ne vous rejoue pas la scène, vous l’avez tous vécue. Mamzelle est rentrée de Brest, les garçons se sont dans un premier temps réjouis de l’annonce de la fermeture de leur collège et lycée avant de se dire que ce n’était peut-être pas si cool que ça de travailler à la maison…

Vendredi, j’ai commencé un protocole alimentaire assez contraignant en vue d’un examen de santé la semaine prochaine, sans savoir si celui-ci sera maintenu (aujourd’hui lundi, à 48h de l’intervention, je ne le sais toujours pas, mais dans le doute je continue…)

Samedi, comme tous les samedis, MrChéri et les garçons sont allé faire des courses pour la semaine. Comme nos cours de danse étaient annulés, avec Mamzelle nous sommes sorti acheter du tissu, pensant ne trouver personne dans les magasins. Erreur, il y avait pas mal de monde, dont des personnes âgées. Je ne vous cacherais pas que même si à ce moment-là les consignes n’étaient pas claires, j’ai bien culpabilisé de participer à ça, les vendeuses n’étaient pas sereines du tout. On a fait vite, et on est rentrées, bien conscientes que c’était notre dernière sortie hors alimentation avant un bon petit moment.

Dimanche, c’était les élections, MrChéri tenait un bureau de vote tôt le matin et participait également au dépouillement. J’ai voté avec Mamzelle en milieu de matinée, on avait pris nos stylos et notre gel hydroalcoolique, et tout était parfaitement organisé : des ganivelles pour maintenir les distances de sécurité, des lingettes désinfectantes pour ceux qui n’avaient pas leurs propres stylos, des isoloirs sans rideaux tournés vers le mur, des mouchoirs en papier à disposition, du gel hydroalcoolique bien-sûr. Nous vivons dans une toute petite commune, c’était quasiment désert, et tout le monde était très respectueux des consignes, à mille lieues de ce qui a pu se passer dans d’autres communes, où le maire sortant serrait la main de chacun par exemple !!

Nous avons passé le reste de notre dimanche au chaud, à lire, regarder des séries, coudre, organiser notre semaine à venir, puis il y a eu le dépouillement et les résultats des élections. Mamzelle reste avec nous jusqu’à nouvel ordre, les étudiants en médecine pouvant être appelés pour aider à la régulation téléphonique du SAMU, elle se tient prête. Quant à moi mes interventions auprès des professionnels du tourisme et à la fac de Vannes sont bien évidemment suspendues…

 

Aujourd’hui c’est un peu le premier jour du reste de notre vie qui commence. Je reste sereine et confiante, je crois fort en notre capacité d’adaptation. Je ne suis pas naïve, je sais que cela sera loin d’être simple et que de nombreuses personnes vont être durement impactées par la situation, mais je vais faire ma part, et me tenir aussi loin possible des informations anxiogènes, des débats stériles, des jugements à l’emporte-pièce. J’ai commencé vendredi un journal de bord sur notre confinement, je ne sais pas encore si je le partagerai ici, je ne me sens pas forcément d’attaque face aux témoignages de détresse tout comme aux petits commentaires mesquins que je peux déjà voir ça et là… Je verrai bien…

Je continuerai toutefois à publier ici, et sur mes réseaux, d’une part parce que je vais en avoir plus que jamais le temps, d’autre part parce que nous allons avoir besoin de nous changer les idées, vous ne trouvez pas ? Je vais en profiter pour finir mes articles voyage encore dans mes brouillons, et pas mal de couture encore !

Toutes mes pensées vont vers les soignants, le personnel médico social, les personnes travaillant dans l’alimentaire, les commerçants en contact avec la population, les pompiers, les forces de l’ordre, le corps enseignant, les personnes fragiles, malades… nous sommes tous impactés chacun à notre niveau, qu’il soit sanitaire, économique et/ou social, et je crois plus que jamais dans l’entraide et la bienveillance entre tous.

Prenez soin de vous et des autres, et à très vite !

 

Couture - un vanity / trousse de toilette
#12 - une première semaine de confinement

14 Commentaires

  1. Tiens moi aussi, j’ai commencé un journal de confinement ! C’est tellement hors normes ! Pour l’heure, on respecte les consignes au maximum et on attend en s’occupant avec toutes ces activités que l’on a peu le temps de faire d’habitude…

    • Oui les choses changent quasiment d’heure en heure… on essaie de voir ça comme une opportunité de faire des choses qu’on n’avait plus le temps d’envisager. Bon courage à toi ! 🙂

    • Merci de continuer à écrire vos billets qui donnent une bouffée d air et de positivisme. Courage à tous pour passer cette épreuve.

  2. Merci pour ton message !
    Maîtresse et maman, je commence à organiser l’école à la maison tout en restant en contact avec mes collègues pour débuter la continuité pédagogique. Pas facile de travailler au milieu d’un cours de dessin à mon grand et les mathématiques de ma plus jeune ! Mais je ne suis pas la plus à plaindre ! Il faut juste s’adapter à une situation inédite et chercher du solutions pour ne pas déprimer. Mon cerveau cogite pour trouver des idées d’activités sportives à la maison.
    Bon courage aussi !

    • Ah le télétravail quand on a des petits à la maison, ce n’est pas simple. Nous sommes tous les cinq confinés depuis la fin d’après-midi, il a fallu réaménager l’espace au max pour créer 5 postes de travail avec ordi, on a cogité aussi pas mal 😉 Tu as trouvé des activités sportives sympas ?

  3. C’est surréaliste ! ici en Angleterre on est encore “le jour d’avant” voire plus car nous avons à peu près deux semaines de décalage avec la France. Les enfants vont encore à l’école. Mais justement, je ne comprends pas : pourquoi ne pas en profiter pour agir plus vite, plus tôt ? 🙁

    • Je ne comprend pas non plus, il n’y a aucune logique ! Plein de courage Christine, et surtout soyez prudents !! Je t’embrasse !

  4. Merci pour ton message.
    Je crois fort a ma capacité d adaptation aussi avec mon plus petit de 13 ans a la maison et mon zhom qui essaye encore de revenir d Allemagne… mais j avoue qu habitant Mulhouse et entendant le SAMU et les helicos toute la journée je suis bien moins sereine.
    Sans compter que vue la situation du guerre ici mes deux étudiants ont dû rester bien loin dans leur logement étriqué…et ca me rend triste et angoissée… on est loin l un des autres….

    Courage à tous 😊

      • Oui il a réussi. Mais il venait de la pire zone infectée en Allemagne le voilà en quatorzaine de nous dans la maison …
        Les hôpitaux à Mulhouse sont définitivement saturés. Apres Metz Nancy et Strasbourg, l armée a évacué a Toulon et Marseille ce matin… l hopital de campagne s installe de l autre côté du quartier en haut de la coline il devrait être opérationnel dans quelques jours. C est vraiment un sentiment hyper angoissant de vivre si près de cette zone. Mon pauvre collègue Marc avait eu le SRAS en 2003 en rentrant d un voyage pro à Toronto… il pensait que la tartine ne retomberait pas côté confiture… mais si…

        Bref je ne me plaint pas on a bien et on a un jardin … mais le bruit des hélicoptères n arrête que tard le soir .

        Ce soir on va tous applaudir à nos balcons nos dévoués soignants!

    • Oh oui ! Non seulement on n’a pas le choix 😉 mais en plus je crois fort en notre capacité de solidarité et de créativité à tous ! Plein de courage Charlotte !

  5. Ici aussi, on se réorganise. Mais je crois que ça va nous prendre un peu de temps; on va tester plusieurs choses et voir au jour le jour.
    ON a réorganisé les espaces, le temps et les règles. Ca n’est pas toujours facile, chacun le vit à sa manière.
    Je lis beaucoup qu’il y aura un après, que ce sera différent, que le monde va changer. Je l’espère…

Écrire un commentaire

Combien font : *

Pin It