Tag

mes états d’âmes (Eric ?)

Browsing

Je ne sais jamais trop quoi penser de la routine… Très vite étouffante, elle n’en reste pas moins un doux cocon où il fait parfois bon se réfugier.

De par mon métier, et mon statut de freelance, je ne suis pas trop confrontée à la routine. Les jours se suivent et ne se ressemblent pas, je travaille parfois chez moi, parfois pas, les missions se succèdent, je bouge et je voyage pas mal. Il y a bien sûr la petite routine du quotidien, celle de ma famille, les activités des petits et des grands qui rythment nos emplois du temps. Mais finalement c’est pas mal non plus, cela me permet de me repérer dans le temps, de découper mes journées, mes mois, mes semaines. Elle me donne des repères.

Longtemps, j’ai essentiellement été entourée de gens « établis ». Je ne trouve pas le terme exact, mais ce que je veux dire par là, c’est que ces gens me semblaient vraiment à leur place professionnellement parlant. Leurs métiers correspondant à leurs études, leurs formations, leur schéma de vie.

Moi ça n’a jamais été mon cas. De mes 5 années d’études de chimie, je n’ai pas gardé grand chose. J’en ai déjà parlé ici, mais voilà, la vie a fait que j’ai suivi mon chéri en Bretagne sitôt mon diplôme décroché, j’ai cherché du travail ici dans mon domaine, en vain, et puis je suis tombée un peu par hasard dans une agence web. Je me suis débrouillée comme j’ai pu, à l’époque il n’y avait pas de formation pour le poste que j’occupais, et j’avais le profil que recherchaient mes employeurs : j’ai su m’adapter, être autonome. Et quand j’ai été licenciée économique, je me suis lancée dans la grande aventure. Blogueuse, rédactrice web, freelance. Seul maître à bord, à devoir tout faire et n’avoir pas vraiment de vision à moyen ou long terme. Une sorte d’ovni dans mon entourage…

Depuis le début du mois de septembre, j’ai pris l’habitude de noter le soir, avant d’aller me coucher, au moins 3 petits bonheurs que j’ai ressentis durant la journée.

C’est Olivia qui m’a inspirée cette idée, ça faisait un petit moment que j’y pensais, et puis le 1er septembre, la date me paraissait parfaite, alors j’ai commencé à gribouiller sur un petit agenda mignon dégoté pour moins d’un euro au supermarché du coin.

Et depuis 2 semaines, je m’y tiens, et je me régale.

Je suis devenue maman relativement jeune. J’avais à peine 25 ans quand Mamzelle est née, 28 à la naissance de Petitou et 30 à celle de Miniloup… J’ai un peu grillé toutes mes cartouches d’un coup, quoi. Parce que depuis, j’entends souvent la même question : « alors, un petit quatrième ? ».

D’un quatrième, je n’ai jamais eu envie. MrChéri, oui, au début, mais très rapidement, il a trouvé que trois enfants, c’était amplement suffisant. De mon côté, c’était clair…

Ces derniers temps, je suis un petit moins présente sur ce blog, et j’en suis vraiment désolée… Il y a des périodes comme ça, un peu folles, où il se passe tellement de choses qu’on se sent vite débordé et qu’on est obligé de faire des choix (et dieu sait que comme ma copine Juliette je n’aime pas choisir !)

Il y a eu de chouettes voyages qui ont occupé pas mal de mon temps ces dernières semaines, il y a aussi Wonderful Breizh qui est une formidable aventure à deux, qui prend pleinement son envol et pour qui nous avons énormément de projets ! Nous y croyons tellement fort et nous avons tellement d’idées que 90% de mon temps de cerveau disponible doit y être actuellement consacré : publications quotidiennes, coulisses à gérer, projets à développer…

Je n’en oublie pas pour autant mon petit blog d’amour, mon Merci pour le Chocolat que je chéris depuis 8 ans et demi. C’est juste que j’ai un plus de mal à me tenir à écrire ici tous les jours. La faute à ces fichues journées que ne comportent que 24 heures ^__^

Lorsqu’on me demande : « mais tu blogues sur quoi, au juste ?’, souvent je suis bien embêtée pour répondre. Parce que depuis bientôt 8 ans qu’il existe, je n’ai jamais réussi à mettre mon blog dans une petite case.

Au tout début, on aurait pu parler de journal « extime », et encore… En 2008, période festival de Romans (période paléolithique du blog quoi), j’avais concouru dans la rubrique « blogs de vie ». C’était pas mal, ça, blog de vie, parce que déjà à l’époque je parlais d’un peu de tout, de ma vie, de celle de ma famille, je testais des trucs, et je voyageais déjà un peu…

Ce matin, quand à la question « vous faites quoi ce week-end » j’ai répondu « rien », ce rien m’a fait un bien fou. À vrai dire, je ne sais plus à quand remonte le dernier week-end où on n’a rien fait. Il y a eu tant de choses ces dernières semaines : il y a eu les séjours express à des kilomètres de chez nous, il y a eu les invitations chez les copains, il y a eu les trails, il y a eu les stages de danse et les spectacles, il y a même eu des vacances, c’était vachement bien, on a passé de super moments, je n’en regrette aucun, mais là, je ne sais pas, rien que l’idée de ce rien chez moi me réjouit au plus haut point.

Mamzelle n’était pas très motivée pour aller à la danse hier après-midi.

Après une matinée de cours au collège, elle se voyait plutôt passer quelques heures sous la couette à lire le dernier Percy Jackson plutôt que d’aller user ses chaussons pendant trois heures au studio de danse. Quelle n’a pas été ma surprise, trois heures plus tard, quand au moment de prendre mon propre cours de classique, j’ai vu ma petite ballerine débouler dans la salle en tenue de petit rat. Pour une fille pas motivée, après un cours de jazz et un cours de classique, elle avait quand même envie d’enchaîner avec une quatrième heure de danse.

Pin It