Tag

livres

Browsing

Une de mes grandes résolutions de ces dernières années, à laquelle je tiens beaucoup et déroge le moins possible, c’est de lire tous les jours. Grâce à mon Kindle notamment, j’arrive désormais à lire quelques minutes, ou plus, le soir dans mon lit avant de m’endormir.

Et puis il y a les livres en papier. Les beaux livres. Que je savoure la plupart du temps bien au chaud dans mon canapé, sous mon plaid, une tasse de thé à portée de main, en fin de journée quand j’ai besoin de déconnecter, ou le week-end… Ces beaux livres qui font du bien, à plus d’un titre, car ils conjuguent souvent le fond avec la forme.

Voici les quatre derniers livres qui m’ont fait du bien, qui sait, cela pourrait peut-être vous donner des idées pour vos cadeaux de Noël… ou pour vous-même !

Depuis tout petits, mes enfants aiment bien lire. On a passé des heures et des heures à leur lire des histoires, puis une fois plus grands, ils ont continué, seuls. Ils aiment se plonger dans des bouquins, la très grande majorité du temps des bandes-dessinées. Il faut dire qu’il y a de quoi faire avec la collection paternelle de BD qui envahit toutes les étagères disponibles de la maison.

Mais en fait, à part les BD, il n’y a guère que Mamzelle qui lit des romans… Ses frères restent fidèles au format à bulles, et on a bien du mal à les inciter à lire autre chose. Même Harry Potter a à moitié échoué (Titou s’est arrêté au tome 3, quant à Miniloup il a à peine entamé le 1er tome pour le laisser tomber par la suite).

On m’a dit plusieurs fois que ce n’était pas très grave, l’important c’est qu’ils lisent, quel que soit le format. Il n’empêche que je trouve ça un peu dommage qu’ils ne connaissent pas le plaisir de se plonger dans un gros bouquin, de se laisser happer par l’histoire, et de lire jusqu’à plus soif. Mais je ne désespère pas qu’ils aient le déclic un de ces quatre…

Sans être une grande lectrice, j’aime me plonger dans un bon bouquin, de préférence pendant les vacances quand j’ai vraiment le temps de me laisser happer par l’histoire… Le reste de l’année, mon Kindle m’aide bien à étancher ma soif de lecture (et à lutter contre les insomnies, aussi). Mais parfois, quand ça veut pas, ça veut pas. Je déteste ne pas terminer un livre, pour moi c’est comme une petite défaite. J’ai l’impression d’avoir perdu mon temps, j’ai l’impression d’avoir raté quelque chose, j’ai l’impression que c’est moi qui déconne. Ça n’arrive pas si souvent, mais quand c’est le cas, je reprends le livre des mois voire des années après… Parfois ça passe. Et parfois non. C’est le cas des 5 livres suivants…

Cela va bientôt faire un an que j’ai un Kindle Paperwhite 2… Je vous en avais parlé dans ce billet, vous exposant le pourquoi du comment de cet acquisition, il est temps maintenant d’en tirer un petit bilan.

Au départ, j’avoue que j’avais un peu peur que ça ne soit qu’un caprice de ma part, que ma liseuse ne soit au final qu’un gadget de plus. Sans être une grande littéraire, j’ai toujours aimé les livres, mais mon rythme de vie étant ce qu’il est, j’avais de moins en moins le temps, et l’envie, de me plonger le soir dans un bon bouquin. Pendant les vacances, à la rigueur, mais le restant de l’année, bof.

De ce point de vue là, le Kindle a vraiment tout changé, ou presque !

C’est une chaîne, un tag, qui circule pas mal ces temps-ci sur Facebook… et qui m’a donné envie de participer, mais plutôt sur mon blog, histoire de développer, au delà d’une simple liste, un peu plus le pourquoi du comment !

Voici donc les 10 livres qui m’ont le plus marqué, ceux que j’emmènerais sur une île déserte, ceux que je choisirais s’il ne devait n’en rester que 10…

J’avoue, je n’aurais jamais pensé avoir envie d’une liseuse électronique… Même si je ne suis pas une grande lectrice, j’aime beaucoup l’objet livre, la couverture, le papier, son contact, son odeur. Et puis je passe déjà tellement de temps devant l’écran, alors lire un bon bouquin papier, c’était un peu comme du repos pour mes petits yeux. Lire le soir avant de m’endormir, ça a toujours été la garantie de m’endormir mieux et plus vite. Sauf que voilà, je ne dors pas seule, et ayant déjà une tendance à me coucher tard, je me vois mal imposer en plus la lampe de chevet allumée à un MrChéri qui se lève deux heures avant moi le matin.

Du coup, quand je résistais à l’envie de surfer sur mon iPhone pendant des heures, je lisais dans le canapé, au salon. Le temps de quasi presque m’endormir, hop, je me relevais, montais me coucher, mais voilà, j’étais de nouveau réveillée. Bénéfice de la manœuvre quasi nul.

C’est en lisant un billet de ma copine Juliette que l’idée (et l’envie) d’une liseuse m’est venue.

Il semblerait que j’ai retrouvé le goût de lire, et ça, c’est plutôt chouette. Moi qui d’habitude n’ouvre un bouquin qu’en période estivale, je me surprends de plus en plus souvent à me coucher un peu plus tôt rien que pour le plaisir de lire avant de m’endormir.

C’est ainsi que j’ai lu des bouquins plutôt pas mal ces derniers temps. Cet instant-là de Douglas Kennedy fait partie de ceux-là. J’ai immédiatement accroché à l’histoire et au style de l’auteur. Berlin dans les années 80, avant la réunification, une histoire d’écrivain, d’amour fou, de conflit Est-Ouest. Je me suis laissée transporter, et j’ai refermé ce (gros) pavé avec une pointe de regret.

Je l’ai lu tellement vite que je me suis retrouvée fort dépourvue quand l’heure de décoller pour le Maroc fut venue. Plus rien à lire dans mes étagères juste avant de partir en vacances, c’est ballot tout de même.

Pin It