SAVEOL - tomates

(billet sponsorisé)

Au tout début de nos vacances, j’ai été invitée avec Miniloup  à passer la journée du côté de Brest et Plougastel Daoulas, dans le Finistère, pour découvrir les fraises et les tomates cultivées par Savéol. C’est toujours très intéressant de voir d’où vient ce que l’on a dans l’assiette, n’est-ce pas ? D’autant plus lorsque c’est cultivé près de chez soi !

En effet, Savéol est une coopérative de 125 maraîchers situés essentiellement en Bretagne dans le Finistère et qui cultivent des tomates, des fraises mais aussi des concombres, des mini-poivrons, de la salicorne. Vous avez sûrement croisé ces produits un peu partout en France, sur les étals des marchés, des magasins primeurs, de la grande distribution. Ce qui est intéressant avec Savéol, c’est leur démarche nature très poussée, depuis de nombreuses années, et notamment l’utilisation d’insectes pour protéger les cultures et éviter les pesticides.

C’est d’ailleurs notre première étape de la journée, nous allons visiter leur étonnante ferme aux Insectes, à Guipavas :

• La ferme aux Insectes :

SAVEOL - la Ferme aux Insectes

La ferme aux insectes est une démarche unique en Europe : Savéol est la seule coopérative à élever ses propres insectes auxiliaires pour protéger ses cultures. La ferme est ouverte aux visiteurs, petits et grands, et c’est super intéressant, on y apprend plein de choses.

On y apprend par exemple que le principal ennemi des tomates c’est l’aleurode, une toute petite mouche blanche qui se nourrit de la sève des plantes et qui favorise le pourrissement. Il existe heureusement d’autres insectes, inoffensifs pour l’homme et la plante, qui empêchent l’aleurode de se développer, et qui protègent ainsi les cultures, sans avoir besoin des pesticides. Il s’agit notamment de l’encarsia, une microscopique guêpe noire (qui ne pique pas !) et du macrolophus, sorte de petite punaise vert clair, que Savéol a décidé d’élever et de distribuer à ses maraîchers.

Toutes les étapes de la recherche et de l’élevage des insectes auxiliaires sont très bien expliquées sur de grands panneaux pédagogiques, et des petits écrans interactifs…. Avec Miniloup, on a également pu observer les différentes espèces à la loupe et sur les feuilles du centre de recherche, c’était assez fascinant !

SAVEOL - la Ferme aux Insectes

SAVEOL - la Ferme aux Insectes

SAVEOL - la Ferme aux Insectes
(ce sont les oeufs d’encarsia destinés aux maraîchers pour protéger leurs cultures)

 

Une autre activité de la ferme aux insectes, c’est l’élevage de bourdons, en tant qu’insectes pollinisateurs, indispensables au développement des cultures et l’apparition des fruits. Les bourdons sont ensuite placés dans des ruches disposées au milieu des cultures. Je n’ai pas de photos de l’espace pollinisation que nous avons visité, car c’était assez sombre et protégé par de grandes vitres, mais encore une fois c’était très bien fichu : on peut observer les bourdons et les reines, et comprendre le mécanisme de pollinisation. Les enfants étaient complètement fascinés.

(crédit photo : Savéol)

Miniloup et moi avons beaucoup aimé cette visite, à la fois ludique et pédagogique, et qui offre un autre regard sur l’agriculture conventionnelle, loin des clichés !

La Ferme aux InsectesSavéol Nature, Kervao 29490 Guipavas – entrée 2,50€ pour les adultes, 1€ en tarif réduit.

 

• Déjeuner aux Viviers de Keraliou :

Les Viviers de Keralou - Plougastel / rade de Brest

Après cette matinée très C’est pas Sorcier, nous avons déjeuné dans un très bel endroit, à Plougastel, en face de la rade de Brest. Huîtres, bulots, bigorneau, langoustines, dorade royale fraîchement pêchée, on s’est régalés, le tout accompagné de délicieuses petites tomates cerises (sans pesticides !) et de soupe de fraise, pardon, de freizh Savéol !

L’endroit est vraiment chouette, l’accueil très sympa, la vue sur la rade est canon, et les fruits de mer et le poisson sont ultra ultra frais ! J’y retournerai très certainement l’année prochaine quand Mamzelle aura établi son QG à Brest !

Les Viviers de Keralou - Plougastel / rade de Brest

Les Viviers de Keralou - Plougastel / rade de Brest

Les Viviers de Keraliou – 120 route de Pors Keraliou 29120 Plougastel Daoulas

 

• les fraises d’Henri :

SAVEOL - fraises Freizh

Après le déjeuner, nous visitons les serres d’Henri où sont cultivées les gariguettes Savéol Label Rouge que l’on retrouve actuellement sur les étals. En ce début d’après-midi, la cueillette du jour est quasiment terminée, on peut déambuler au milieu des allées sans gêner les personnes qui travaillent.

Ici, les serres ne sont pas chauffées car il fait suffisamment bon pour les plants de fraises. Les fraises sont cueillies mûres à point, de mars à septembre, exclusivement à la main, et sont conditionnées dans des cagettes ou des barquettes en carton. On retrouve nos copains les bourdons de ce matin, préposés à la pollinisation !

SAVEOL - fraises Freizh

SAVEOL - fraises Freizh

SAVEOL - fraises Freizh

• les tomates de Mireille :

SAVEOL - tomates

Nous quittons Henri pour rendre visite à Mireille, à quelques kilomètres de là. Dans les serres de Mireille, ce sont toutes sortes de tomates (tomates en grappe, cocktail, cerises, etc) qui poussent, sans pesticides, sur du terreau recyclable et recyclé tous les ans.  Les tomates sont plantées début décembre, et le mode de culture est vertical et abrité. On maîtrise ainsi l’eau, la terre, la lumière, la température. L’eau d’arrosage est récupérée et filtrée, puis est réutilisée. La récolte s’étale tout au long du printemps, et en été. On retrouve encore nos insectes pollinisateurs, et nos fameux insectes auxiliaires, maintenant on est tous hyper calés sur le sujet !

SAVEOL - tomates

SAVEOL - tomates

 

• Atelier de cuisine :

Pour finir cette belle journée très instructive, nous retournons à Brest pour un petit atelier de cuisine bienveillante avec les enfants, en compagnie d’Anne Guillou de Cuisine-moi une émotion, et d’Anaëlle de Cuistot du Coin.

Au menu, une étonnante mousse de fraises à l’aquafaba, vous savez le jus des pois chiches en boîte que l’on peut monter en neige comme du blanc d’œuf ? Eh bien le résultat est bluffant, vraiment, la mousse obtenue est bien ferme, comme une vraie, et ne dénature pas du tout le goût des fraises. Un régal !

Nous avons également fait de la confiture de tomates, c’était délicieux, et tout simple à réaliser avec juste du sucre, un peu de jus de citron et une pincée de cannelle. D’ailleurs Miniloup a presque fait ça tout seul, avec les filles d’Anaïs et Lisa !

SAVEOL atelier cuisine

SAVEOL atelier cuisine

Miniloup a adoré cette journée, car c’est un grand fan de fraises et de tomates, il en a d’ailleurs dévoré toute la journée sans se lasser (il a heureusement une tuyauterie à toute épreuve !). Il était un peu trouillard des insectes depuis qu’il s’est fait attaquer par un essaim d’abeilles, mais ça c’était avant sa visite de la ferme aux insectes !

Un grand merci à toute l’équipe de Savéol pour leur accueil et leur transparence, n’hésitez vraiment pas si vous passez vers Brest à aller visiter la ferme aux insectes, et découvrir une agriculture conventionnelle innovante, raisonnée et respectueuse de la nature.

(en partenariat avec Savéol, je reste libre de mes propos et de mes opinions)

Billet précédent
Billet suivant

6 Commentaires

  1. J’avais suivi ta visite sur Instagram, j’ai trouvé qu’elle était très instructive. Je mange bio et je suis dépitée de trouver essentiellement des tomates espagnoles. Je ne connaissais pas du tout la démarche de Savéol, pour moi c’était au contraire une marque donc des « gros mechants » à la Monsanto. Comme quoi ils ont bien fait de communiquer à travers toi sur le sujet car tu m’as évidemment fait changer ma vilaine idée préconçue.

    • Merci Cécile ! J’ai été surprise et ravie moi aussi de découvrir leurs façons de faire, et pourtant je suis plutôt « calée » niveau agriculture de par mon entourage amical. J’ai trouvé la visite passionnante, et échanger avec les maraîchers étaient très instructif. J’en ai un peu marre qu’on tape toujours sur l’agriculture conventionnelle, l’agriculture bio évidemment que c’est top, mais ça a aussi ses faiblesses (tes tomates bio espagnoles en sont en bon exemple), et c’est très difficile de la généraliser totalement. Je pense que les deux systèmes peuvent s’apporter beaucoup mutuellement. Les choses ne sont pas figées, il y a beaucoup de recherche et d’évolution dans le bon sens, et c’est important d’en être conscient je trouve… Merci pour ton commentaire !

  2. Bonjour Céline,

    Merci pour cette découverte.
    Loin de votre belle Bretagne, je ne pourrai pas aller visiter tout cela et profiter de ces trésors.
    Je ne connaissais pas la confiture de tomates rouges. Maman avait l’habitude de faire de la confiture de tomates VERTES (tomates rouges pas mûres), à l’automne, lorsque les tomates, avec le manque de soleil, ne réussissaient plus à rougir.

    Belle journée.

    • Merci Ysaline ! Ma maman faisait aussi de la confiture de tomates vertes, je ne me souviens plus trop du goût, je ne saurais dire si c’est la même chose qu’avec des tomates rouges, ou pas, mais c’est très bon dans cette nouvelle version… à tester peut-être ? Bonne journée !

  3. Alors la je suis scotchée…..
    Ils sont très novateurs et j’aime beaucoup cette idée d’élevages d’insectes pour éviter les pesticides!
    De plus j’apprend qu’ils font des fraises alors que je ne le savais pas!
    Ce que j’aime par dessus tout chez Savéol, les tomates jaunes, que l’on DEVORE!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Ici on fait beaucoup de potager l’été, on troque on échange on donne et on va au marché mais les fraises on en consomme tellement qu’on en achète des kilos à la saison!

  4. bonjour je vous suit depuis plusieurs annes et la j’ai lu votre adresse sur les fraises et la culture des tomates en bretagne
    je dirais que vous etes une vrai pro de la photo et du texte
    j’ai appris plein de choses grace a vous
    je vais faire une etude de marche car je voudrais reprendre la maison de ma mere a troyes
    il y a un grand terrain et je voudrais peut etre installer des serres afin de faire de la permaculture
    a suivre
    peut etre mettre des moutons afin de recuperer la laine et de vendre la viande
    j’en ai un peu assez que l’on importe de la viande de nouvelle zelande alors que vous en france on es bien capable de produire une viande identique
    je vais aussi la cuisine et je fais aussi de la confiture
    je vais en normandie ramasser des mures et j’aime faire de la confiture ,de la gelee et aussi de la confiture de mangue ,du coing ,de la gelee de pommes et une confiture plus complique a faire celle de potiron
    bravo pour votre blog ca reste tres instructif
    merci arnaud

Écrire un commentaire

Combien font : *