miniloupplage01

Or donc, les Korrigans étaient chez leurs grands-parents cette semaine. Ils nous ont un peu manqué, j’avoue, même s’ils se sont rappelé à nos bons souvenirs plusieurs fois au cours des derniers jours.

Il y a eu des coups de fils, bien-sûr, des SMS, et quelques photos envoyées…

Et puis il y a eu cette odeur étrange, dans la chambre de Miniloup.

On a tout d’abord mis ça sur le compte des phasmes que notre petit dernier a adoptés il y a quelques mois maintenant.

(Comment ça, je ne vous ai jamais raconté l’histoire des phasmes ? Oh mais je manque à tous mes devoirs dites-donc ! Disons que, pour la faire courte, à l’école Miniloup s’est porté volontaire pour recueillir tout plein de phasmes qui vivaient jusqu’alors chez une des dames de la garderie… Il m’a bien embrouillé sur ce coup-là, et depuis il a une cage remplie de bestioles dans sa chambre.)

(Mais peut-être ne savez-vous pas ce qu’est un phasme ? Je ne vous en tiendrai pas rigueur, je l’ignorais moi aussi jusqu’à peu. Cliquez ici, vous en saurez plus!) (c’est un peu dégueu, mais pas trop, n’ayez pas peur)

Les phasmes, donc.

Lorsque Miniloup est parti chez ses grands-parents, on en a profité pour virer la cage de sa chambre, et l’installer sous le auvent, à l’abri, mais surtout à l’air libre. Rapport aux odeurs.

Ça c’était le samedi matin. J’ai ouvert en grand son velux histoire d’aérer au maximum, et puis on est parti à la plage.

Le soir, en rentrant, il y avait toujours cette drôle d’odeur, malgré le velux ouvert, je me suis dit, ça pue quand même drôlement ces phasmes, non ?

Le dimanche, on est repartis à la plage pour la journée, parce que quand on aime, on ne compte pas. Et puis le soir, après avoir dîné les pieds dans le sable, on est rentré. Et là, ce n’était plus possible. L’odeur était de plus en plus forte, ça sentait jusqu’au milieu de l’escalier, et dans la chambre, la puanteur était limite insoutenable.

Alors que ça faisait 48 heures que les phasmes étaient dehors, si vous avez bien suivi.

Ce n’était donc pas les phasmes.

C’est là qu’à l’instar de Marjoliemaman, mon petit bouton rouge s’est mis à clignoter.

Je me suis rappelée d’une scène, sur la plage de Groix, 10 jours avant.

Miniloup avait trouvé une moule. Pleine. Il voulait l’adopter (comme à peu près tout organisme vivant qu’il croise au quotidien)

Je le lui avais formellement interdit, bien évidemment, je ne suis pas née de la dernière pluie, cet enfant ayant déjà ramené discretos Juan Carlos un nombre incalculable de bestioles plus ou moins mortes dans ses poches, avec ce que cela comporte de dégâts collatéraux au niveau vestimentaire et/ou olfactif… Une moule c’est fait pour vivre dans la mer, je lui ai dit.

A presque onze ans, je pensais que mon Miniloup commençait à être raisonnable.

Force est de constater qu’à 41 ans, je suis toujours aussi naïve.

Visiblement cette moule avait quitté son milieu naturel pour échouer dans notre humble demeure.

Bref, j’alerte MrChéri et nous commençons à farfouiller dans la chambre de notre petit dernier d’une main, l’autre étant occupée à nous boucher le nez (ce qui est moyen pratique, vous en conviendrez)

Au bord du malaise vagal, je finis par envoyer un SMS à Mamzelle, façon coup de bluff : « demande tout de suite à ton frère où il a plaqué la moule dans sa chambre. »

La réponse ne s’est pas fait attendre. J’avais vu juste. Au même moment, MrChéri trouvait l’objet du délit, comme quoi mon bouton rouge clignotait à bon escient… C’était bien une moule. LA moule. Planquée derrière un cadre sur l’étagère de Miniloup. La dite moule n’était plus de la dernière fraîcheur, vous vous en doutez, puisque sortie de son biotope depuis plus de 10 jours.

Si vous voulez tout savoir, Miniloup s’est pris un sacré savon par téléphone interposé, moi en Bretagne, lui dans le Jura.

Quant à la moule, elle coule désormais des jours paisibles loin de tout nez humain, au fin fond du petit bois derrière chez nous qu’elle a rejoint d’un grand vol plané depuis la fenêtre de la chambre de Miniloup.

Et nous on respire de nouveau normalement.

N’empêche, je me demande quand notre petit dernier arrêtera ses bêtises à la 30 millions d’amis.

(Il finira peut-être vétérinaire, qui sait?)

Quand les Korrigans ne sont pas là...
Petite carte postale du Jura

32 Commentaires

  1. haha une moule quelle drôle d’idée, s’il était pas parti dans le Jura, l’odeur l’aurait surement dérangé aussi et il l’aurait surement fait sortir de lui même non ? Profitez bien de vos vacances tous ensemble.

  2. j’adore votre histoire !!!! merci pour ce fou rire !! et bon courage !! j’espère pour vous qu’en grandissant les “bêtes” ne deviennent pas de plus en plus grandes !!!

  3. L’un de souvenirs professionnels les plus mémorables est un petit garçon avec qui je bossais les TR : j’écris un T et je dessine un rat, je lui demande si il sait ce qu’est un rat et il me répond oui c’est comme une souris comme ça et il sort de sa poche un cadavre de souris… Ça va je ne suis pas super sensible alors je lui ai demandé de remballer et j’ai prévenu la maman en fin de séance…
    Quand je la raconte => elle fait frémir d’effroi les collègues!!!!
    #vismaviedorthophoniste

  4. eh bien heureusement que vous n etiez pas partis vous aussi car l odeur pestilantielle en revenant de plusieurs semaines

  5. Hihi j’adore cette histoire… j’imagine bien l’odeur aussi je pense que les moules frites auront désormais une nouvelle saveur chez vous

  6. J’avais fait le coup à mes parents avec un bigorneau et un Bernard l’ermite, c’était une horreur. Ce n’est pas pour te démoraliser, mais j’étais un peu plus vieille que Mini loup quand j’ai fait ça.. 😉 Courage ! :p xx

  7. Ah oui, la vieille moule sortie de l’eau beurk c’est vrai que c’est infect niveau odeur !
    Ce qui n’est pas mal non plus, c’est l’escargot mort… Et un escargot c’est pas facile à retrouver dans une maison (et personne à qui téléphoner pour savoir où il se cache avant de dessécher-puer) !

  8. J’adore cet enfant ! A chaque récit de ses facéties, ça finit en fou rire chez moi, il est vraiment unique !

  9. Comment as tu pu croire que l’odeur venait des phasmes ??? Ce sont des insectes !!! Comme si un lieu pouvait puer la fourmi ou autre !
    J’en ai eu pleins dans ma chambre ado, le seul truc un peu glauque c’est que arrive toujours un stade où ils se mangent entre eux 🙁 (d’ailleurs ça ne peut pas être un argument pour encourager ton fils à les jeter le jour ou tu en aura marre ?)
    Sinon au stade où il en est de sa bardot-attitude, je pense que la prochaine fois tu devrais plutot lui dire qu’il peut garder sa bestiole à condition de la garder TOUJOURS sur lui ! Au moins, il sera le premier à patir des conséquences et je pense qu’il se débarrassera lui même du truc quand le moment deviendra critique 😀 😀 😀 !

    • :dot: C’est pas tant les phasmes qui puent que tout ce qu’il y a autour : la cage, le lierre humide, etc 😉

  10. Ah ah trop drôle la petite mésaventure (qui au passage m’aura permis d’apprendre ce qu’est un phasme, lol)

  11. “Quant à la moule, elle coule désormais des jours paisibles loin de tout nez humain, au fin fond du petit bois derrière chez nous qu’elle a rejoint d’un grand vol plané depuis la fenêtre de la chambre de Miniloup.”

    Ohlala j’ai rit 😀 Merci Miniloup !

  12. J’adore 🙂
    L’été dernier, ma fille de 8 ans avait planqué des oursins dans un pot de la maison de vacances. L’odeur n’a pas mis plus de 48h à nous alerter 🙂
    Sinon ma petite dernière planque des rondelles de saucissons sous l’oreiller, en cas de petit creux la nuit!

  13. ca ne me rassure pas du tout cette histoire. Mon dernier est pareil mais il n’a pas encore 8 ans ….

Écrire un commentaire

Combien font : *

Pin It