J'essaie de réduire mes déchets

Nous faisons notre propre compost depuis quelques années maintenant, et je dois dire que cela nous a changé la vie… ou du moins celle de nos poubelles !

C’est suite à l’initiative de notre communauté de communes que nous nous sommes lancé : un composteur en plastique recyclé était mis gratuitement à disposition des familles qui le désiraient, ainsi qu’un petit fascicule gratuit expliquant comment faire, et un “bio-seau” vendu 2€ pour récupérer les déchets alimentaires dans la cuisine. Comme vous pouvez le constater, l’investissement de départ était minime !

 

Voilà comment nous procédons :

• Dans le bio-seau, nous collectons les déchets alimentaires essentiellement végétaux (épluchures, restes cuisinés), les coquilles d’œufs, les croutes de fromage, le thé, le café. Pas de viande ou de poisson, pas de pain non plus. Je rajoute aussi la poussière et les miettes ramassées au balai entre deux coups d’aspirateur (mais je ne vide pas celui-ci dedans !) Les écorces de melon qui sentent vraiment trop mauvais au bout de quelques heures vont direct dans le composteur sans passer par la case bio-seau, et on les recouvre d’herbes ou de feuilles.

Nous vidons le bio-seau quand il est plein (en général 1 à 2 fois par semaine) et le rinçons avec l’eau du récupérateur de pluie. Quand il est vraiment sale, un coup de liquide vaisselle bio, et le tour est joué. Vu sa petite taille, c’est simple et rapide, et je ne trouve pas qu’il sente mauvais.

Nous avons installé le composteur sur le côté de la maison, entre le auvent et la haie, juste à côté de nos poubelles. Suffisamment proche et abrité pour que son accès soit facile, et suffisamment éloigné pour ne pas avoir de souci d’odeur. Il est important qu’il soit placé en contact direct avec la terre puisque c’est de là que viendront les insectes et micro-organismes qui transformeront les déchets en compost. Il faut aussi qu’il puisse pleuvoir dessus.

Nous rajoutons de temps en temps des déchets verts (feuilles mortes, résidus de tonte), mais en quantité limitée pour ne pas “étouffer” le compost. Si on constate qu’il y a trop de moucherons au dessus, on en rajoute un peu plus.

On le remue de temps en temps, et en été, on l’arrose quand on y pense et quand il n’a pas plu depuis longtemps (c’est assez rare ^__^)

Et puis c’est tout !

À dire vrai, on lui laisse vivre sa vie et on s’en occupe très très peu. Notre compost est free-style, mais ça fonctionne, malgré tous les déchets qu’on y met, le niveau n’a jamais dépassé la moitié du composteur, la transformation est rapide. C’est assez impressionnant d’ailleurs.

Nous n’avons jamais eu de souci de bestioles ou de mauvaises odeurs, le fait qu’il soit recouvert et que nous évitions viande, poissons, crustacés et pain doit aider.

composteur jardin

Au départ, mon chéri n’était pas plus convaincu que ça, car nous avons beau avoir un jardin, nous ne jardinons quasiment pas, il avait peur de se retrouver avec des tonnes de compost dont il ne saurait que faire. Au final, nous utilisons très peu le compost une fois transformé et il n’encombre pas le composteur. En trois ans nous n’avons jamais eu besoin de le vider, par exemple. Pour la production industrielle, il faudra repasser, mais ce n’est pas grave, ce n’est pas le but recherché.

Pour ma part, c’est vraiment le côté réduction des déchets qui m’a fait passer le cap, et le moins qu’on puisse dire, c’est que de ce côté le contrat est totalement rempli : nos poubelles ont vraiment diminué de volume, ainsi que les mauvaises odeurs dans la cuisine. Notre composteur ne demande qu’un minimum d’entretien, on l’a très vite intégré à notre routine et nous ne nous saurions plus nous en passer. Ça me fait maintenant très bizarre de jeter des déchets alimentaires dans une poubelle quand je suis chez d’autres gens.

Si vous avez envie de vous lancer, je crois qu’il ne faut surtout pas se prendre la tête et y aller au feeling. Au pire vous n’obtiendrez pas de super compost pour vos géraniums, mais au moins vous aurez allégé vos poubelles !

Et si vous avez des astuces ou des questions, n’hésitez pas à les partager en commentaires…

♥︎ ♥︎ ♥︎

Vous pouvez épingler cette photo sur Pinterest pour retrouver cet article facilement :

LE B.A. BA DU COMPOST - compost facile - zéro déchet

Mes semaines en images #2
Refermer 2015

34 Commentaires

  1. Nous aussi on composte à la maison, un geste qui est devenu quotidien! Et en plus, on le réutilise au jardin, c’est de la bonne terre!

    • Oui, elle est excellente, nous on ne l’utilise presque pas, mais les rares fois c’était pour rempoter des plantes dans des pots, et c’était nickel. C’est surprenant d’ailleurs qu’il n’y ait pas d’odeur !

  2. Les Mamies Stars Répondre

    Je me souviens, il y a 20 ans de nouveaux voisins très écolo avaient emménagé à côté de chez nous à la campagne. Ils nous ont dit qu’ils allaient faire du compost et nous les avons regardés comme des marsiens !
    Maintenant, l’une de mes filles à la campagne a à peu près le même système de compost que vous et l’autre, à Paris, fait du lombricompostage…

    • Oui c’est tellement facile et efficace, c’est fou qu’on ait attendu si longtemps pour remettre ça en place.

  3. Il y en a un dans le fond du jardin de notre nouvelle maison, on ne s’en ai pas encore servi, on verra ca au beaux jours !
    bonne journée

    • Ça fonctionne aussi en hiver sans souci… N’hésitez pas à le déplacer si vous trouvez que là où il est ce n’est pas pratique pour vous (trop loin, chemin trop boueux / mouillé pour y accéder, etc)

  4. Composter c’est facile et en plus c’est même possible en ville : cela fait plusieurs années que notre résidence à Paris s’est lancé dans le “test” du compostage, et avec succès (le compost est utilisé pour les espaces verts communs de la résidence). Cerise sur le gâteau : l’aération régulière du compost est l’occasion de faire un apéro entre voisins composteurs et de se croiser autrement que dans l’ascenseur.
    Ceux que ça intéressent peuvent contacter la ville de Paris qui fournit composteurs, bio-sceaux et même un soutien à la mise en place (avec explications in situ pour la mise en place et soutien la première année). Tentant et facile, non ?

  5. Cela fait 6 mois que nous sommes installés dans notre maison où nous avons un jardin et je n’arrive pas à sauter le pas. Je ne sais pas ce qui me fait “peur” dans l’idée d’avoir un compost, dans la mesure où je recycle “tout” (ou presque), il ne resterait donc plus que cette technique à adopter. Je suis rassurée en lisant qu’au final, tu n’en fais pas grand chose et qu’il est plutôt freestyle (mais pas blindé pour autant), parce que je ne suis pas certaine de vouloir trop m’investir. J’ai honte, j’ai un discours de fainéante en fait…

    • Si ça peut te rassurer, c’est vraiment vraiment pas prise de tête. Tu n’es même pas obligée d’utiliser le compost par la suite, il se transforme tout seul et vis sa petite vie pépère 😀

  6. Une question un peu bête : c’est quoi un bio seau? Chez moi, j’ai un tupperware avec couvercle pour tout ces déchets et quand il déborde, je vais le vider dans le compost. Les chats ne vont pas fouiller dans ce seau placé dehors?

    • C’est un seau avec couvercle, donc ta technique avec un tupperware est équivalente 😉 Le bio-seau reste dans la cuisine, contrairement à chez Marjolaine qui a le même et qui le stocke à l’extérieur (on peut le voir sur une des photos de son article d’hier, à côté des bottes roses)

  7. Ici on a sauté le pas cet automne grâce à la communauté urbaine et on est très content. On vide beaucoup moins la poubelle, en plus de ce que tu as cité on y met aussi le sopalin bio non imprimé.

  8. Ok tout cela a l’air bien simple…
    Peut-être que je me prends la tête avec le nôtre… Il fonctionne à temps partiel (pendant les week-end et les vacances).
    Du coup j’ai des questions pratiques :
    Y mets-tu :
    – Les agrumes
    – les peaux de bananes
    – les peaux et chapeau d’ananas
    – le marc de café
    – les sachets de thé (ceux avec la cartonnette au bout du fil)
    – les coquillages (huitres, moules, etc.)

    Tu dis qu’il reçoit la pluie : il n’a pas de couvercle ? Et malgré ça pas de moucherons ? Moi en été dès que je l’ouvre j’ai une horde de moucherons qui volète – je retient de recouvrir avec des tontes (sauf qu’on n’a pas encore de pelouse… oui on a un potager mais pas de pelouse : on a les priorités qu’on peut 😉

    Pour le pain : je ne savais pas : ça n’a pas d’odeur pourtant ?

    Merci pour ces infos vraiment pratique.

    • J’y mets des épluchures d’agrumes mais pas trop (quand je vois qu’il y en a vraiment beaucoup, j’en mets une partie à la poubelle) et pas de coquillages, ça sent trop fort. Toute le reste, je mets.
      Le composteur a un couvercle mais quand il pleut ça passe un peu (ça évite de le noyer du coup). Pour la pelouse et les feuilles, on en met un peu, mais pas trop non plus, juste une partie pour recouvrir sans remplir le composteur.
      Le pain c’est pour ne pas attirer les rongeurs. Je ne sais pas si c’est vrai, c’est un ami qui nous a dit ça, du coup on évite (et on fait du pain perdu 😉 )

  9. Chez nous nous avons cessé d’appeler notre composteur “composteur” car comme vous nous n’utilisons jamais le compost qu’il crée. En effet nous consommons notamment beaucoup d’agrumes et notre compost n’est pas du tout “équilibré”. De plus nous sommes surtout motivés par la réduction de nos déchets. De fait il porte désormais le nom ultra poétique de “pourrissoir” lieu où nos déchets bio-dégradables pourrissent et n’encombrent plus notre poubelle.
    Sans complexes!

  10. Dans notre future maison on va faire de même aussi, un composteur et zou réduction massive des déchets. Je le fais déja a l’appartement car il y a un composteur collectif et ça fonctionne bien!

  11. Nous avons un composteur depuis 4 ans et on l’utilise comme vous ! C’est vraiment génial de réduire les déchets de la cuisine et de pouvoir utiliser le résultat une fois bien “mûri” pour nourrir les plantes ! 🙂 C’est facile et pratique à faire, un bon geste que tout le monde devrait adopter.

  12. lacuisinedacarole Répondre

    Bonjour,
    Nous on met aussi la cendre issue de notre poêle à bois (environ 1 fois sur 3 “chauffes”).
    Comme toi ni viande, ni poisson, ou autres crustacés et coquillages, et peu d’agrumes.
    Nous avons un seau de récupération que l’on met dans notre garage (porte pour y aller attenante à notre cuisine) et ensuite on va vider le seau dès qu’il est plein en hiver ou dès que ça sent un peu trop (en été).
    On y met le pain (on en a rarement à jeter) sans soucis pour l’instant. L’hiver ce même pain est donné aux oiseaux (ou garder pour aller le donner aux canards avec les enfants !).
    Merci pour l’article !

  13. Ici,nous avons un autre style de composteur, nommé POULES !
    Déchets alimentaire, épluchures (hormis la pomme de terre), pain, tout y passe
    Les restes de viande vont au chien, selon la quantité et le type de viande.
    Les dechets verts vont aux poules qui s’en délectent.

  14. Bonjour! C une super idée qd on peut – on habite en appart…- mais je pense que c’est une idée à soumettre a la prochaine AG! Mon père a du supprimer le sien a cause des rats! Ils avaient fait des galeries sous les composteurs et venaient manger tranquillement les restes…. Ils se sont ensuite reproduits vitesse gd V… Donc il a du stopper Ca!

  15. Super chouette article!
    On vient de se lancer dans l’aventure nous aussi à la maison, et du coup j’ai une petite précision à te demander.
    Quand tu parle de restes alimentaires, qu’est ce que cela inclut ?
    Tout sauf viande/poisson du coup? genre des reste de pates/riz?
    Hahaha, désolée de la question précise, mais j’ai peur de faire des erreurs ^-^

  16. Nous aussi on s’est mis au compost mais nous, on a un visiteur ! Pourtant nous avons bien respecté les règles. On nous a d’ailleurs expliqué qu’un rat est omnivore et sera donc attiré par tous les aliments. On continue le compost mais on aimerait bien qu’il ne soit pas visité ! Le visiteur arrive même à creuser un petit passage pour entrer dans le compost ! Si quelqu’un a une idée, je teste !

  17. Un article très intéressant.
    Je me demande si le compost n’est envisageable que pour les maisons avec grand jardin. Nous habitons une maison de ville avec terrasse, mais je renonce encore à ce procédé, car je crains des soucis d’odeurs nauséabondes (en été particulièrement) et de bestioles peu ragoûtantes (avec une terrasse, le compost reste encore trop à proximité, au contraire d’un compost isolé au fond d’un jardin).
    Qu’en penses-tu ?

  18. Je trouve cet article vraiment intéressant j’ai pu voir un collège qui a mis en place ce système ça responsabilise les jeunes chez nous il nous en manque un car nous faisons déjà le tri sélectif le pain allant nourrir les biquettes d’une amie

  19. Bonjour,
    j’habite en ville en appartement et nous avons un composteur de quartier géré par une association… Super sauf que ce n’est ouvert qu’un jour par semaine sur une plage horaire restreinte. Du coup je ne pouvais y aller qu’une fois toutes les 3 semaines en moyenne, et l’odeur du seau à déchets dans ma cuisine devenait insupportable. J’ai laissé tomber à cause de ça. Je ne recycle plus que le pain sec que j’apporte à des producteurs de mon marché pour nourrir les bêtes.

  20. Même en plein coeur du 19e, on s’y est mis (Paris met à disposition des composts gratuits + une “mini formation) mais mêmes interdictions : ni produits animaux ni pain. Mais rien que les végétaux, ça allège sacrément la poubelle surtout pour des quasi végétariens !

  21. J’ai vraiment hâte d’installer mon composteur.
    tu viens d’ailleurs de me faire penser de réclamer mon bio-seau à CapLorient, car il n’y était pas lorsque nous avons acheté notre maison.

    merci pour vos articles de la semaine, ils sont vraiment intéressant !

  22. Moi aussi, j ai un composteur depuis plusieurs années. J y mets à peu près tout sauf la viande et le poisson. Le mien sert , car j ai un petit potager. Et je vais également sauter un pas: avoir des poules au printemps! J ai longtemps hesiter , car j ai peu de place. Je ferai attention l été avec le potager et elles seront plus libres l hiver venu….

  23. Pingback: Cyberlectures #2 – Blottie dans un fauteuil

  24. ça fait des années que l’on a un composteur et sincèrement depuis 1 an que l’on a déménagé j’ai beaucoup de mal à m’en passer. C’est d’ailleurs l’une des prochaines choses à faire sur notre “to do list” !
    Il faut juste qu’on lui trouve sa place.

Écrire un commentaire

Combien font : *

Pin It