jetlag

Je me souviens de mon pire jetlag : mon retour de New York il y a cinq ans, où après avoir passé 10 jours un peu dingues avec mes amies Zaz et Vava, à crapahuter comme des folles et prendre des tas de cours de danse, j’étais rentrée complètement épuisée. J’avais mis deux semaines à m’en remettre, n’arrivant pas à dormir la nuit, me levant avec peine très tard le matin. Il y a eu aussi le retour de Dakar deux ans après, mais c’est plus le choc climatique qui m’avait achevée, je pense. La Nouvelle Zélande était pas mal aussi dans son genre, mais j’avais finalement assez vite récupéré de nos 24h de vol et 12h de décalage.

Je suis rentrée de Thaïlande hier, et je craignais un peu d’être complètement décalquée. Mais je dois dire que je suis heureusement surprise… ça se passe plutôt bien. J’ai dormi comme un bébé cette nuit dix bonnes heures d’affilée. Ce matin, je suis en forme.

En fait, je pense que c’est surtout sur place que j’ai été complètement jetlaguée. Il y a 5 heures de décalage horaire (en plus) et c’est bien connu, voyager vers l’est est toujours plus fatigant que l’inverse.

Là bas, je n’ai jamais eu trop de problème pour me lever (quand il est 5h du mat à Chiang Mai, il est 10h ici), mais en revanche le soir, c’était beaucoup plus compliqué de fermer l’œil à l’heure thaïlandaise. J’imagine que l’excitation de ce merveilleux voyage y était pour beaucoup, j’ai même fait une nuit d’insomnie en plein milieu du séjour. Le programme était si intense qu’à part un ou deux petits roupillons sur la route, on était au taquet toute la journée. En rentrant le soir après dîner, je skypais ma petite famille, je checkais mes mails, je refaisais ma valise, j’essayais de lire un peu, mais rien à faire, je n’arrivais pas à sombrer dans les bras de Morphée !

Du coup, je craignais un peu le retour… J’ai mis toutes les chances de mon côté en essayant de dormir au max dans l’avion. Ça a plutôt bien fonctionné, j’ai fait du 1h – 8h30 (ou 20h – 3h30) un peu morcelés, et j’ai tenu toute la journée sans  trop somnoler, ni dans le train qui m’a ramenée à Vannes, ni dans l’aprem où j’ai quand même proposé une promenade à vélo aux Korrigans histoire de me tenir éveillée au max !

Aujourd’hui, je me sens bien, la tête pleine de merveilleux souvenirs et toute à la joie de retrouver les miens. Mais je ne fais pas trop la maligne, parce que ce week-end… on change d’heure !

Promenade insolite : Notre Dame de Burgo
Ma semaine en images #43

10 Commentaires

  1. Corinne (Couleur Café) Répondre

    Je confirme qu’il est plus fatigant de voyager vers l’Est. Je me souviens d’un voyage à Singapour qui m’a complètement achevée …

  2. en Malaisie, javais eu un peu de mal, je me suis endormie dans à peu près tous les trajets en bus ! (narcoleptique des transports)
    Par contre pour Rio c’est en rentrant que j’ai lutté !
    j’ai hâte que tu racontes la Thaïlande, ça avait l’air magique !

  3. J’ai galéré pour Bali y a 10 ans, je me souviens j’en étais malade tellement c’était dur de pas dormir. Par contre pour Cuba y a presque trois ans la ça c’est super bien passé autant a l’aller qu’au retour.

  4. Effectivement; dès fois; il est difficile de surmonter le Jetlag, surtout si on part vers l’est. Il existe des astuces pour diminuer l’effet du décalage horaire. A faire pendant le vol: ne pas boire de boissons alcoolisées et excitantes. Buvez beaucoup d’eau. A l’arrivée: faites du sport et procurez vous de la mélatonine.

  5. La mélatonine c’est vraiment efficace!
    ca m aide beaucoup car je voyage beaucoup.

    Le pire que j’avais eu c’est de rentrer de Los angeles …

Écrire un commentaire

Combien font : *

Pin It