Tag

je suis une femme d’intérieur

Browsing

Ces deux dernières semaines ont été plus que chargées et les préparatifs de Noël sont un peu passés à la trappe. Heureusement vendredi dernier, MrChéri a trouvé un peu de temps pour aller acheter un sapin sur sa pause de midi. Et ce dimanche, en fin d’après-midi, nous l’avons enfin décoré, en famille…

 

Les parfums d’intérieur ? Bof. Je ne suis pas contre une bougie parfumée ou un petit papier d’Arménie de temps à autre, mais en dehors de ça, je ne suis pas fan. Je n’aime pas quand ça cocotte dans ma maison, sans compter que les compositions des différents produits sur le marché sont la plupart du temps loin d’être safe.

Au printemps et en été, je me contente d’ouvrir grand mes fenêtres, le plus longtemps possible. J’ai la chance d’habiter à la campagne, l’air du jardin est le parfum le plus agréable que je connaisse. Le reste de l’année, c’est un peu plus compliqué, car les quinze minutes quotidiennes réglementaires ne suffisent pas toujours. Je me suis donc naturellement tournée vers les huiles essentielles que j’aime utiliser pour soigner les petits bobos de l’hiver…

 

Passé un certain âge, pas facile de relooker une chambre d’enfant… Impossible de partir “from scratch” et de n’en faire qu’à sa tête. Parce que ma miss a évidemment son mot à dire, parce que nos goûts ne sont pas forcément les même, parce que certains bibelots mochissimes ont trop de valeur sentimentale pour être mis au rebut. Bref, il a fallu concilier !

Le taboulé est une des recettes fétiches de ma maman. Très en vogue dans les années 80, il n’y avait pas une fête, un pique-nique ou un barbecue sans son taboulé qui déchire. Alors forcément, mon taboulé à moi y ressemble fortement. Tout comme elle, je le fais complètement au pif, au risque de me planter parfois, mais avec toujours les même éléments de base. Comme c’est un peu long à faire, je n’en fais pas souvent. C’est dommage, car c’est frais et délicieux…
{bonus bag: une fiche (de non) recette à imprimer}

Les vacances mit Korrigans succédant au #NoShoppingMonth, mes envies de cuisine ne se calment pas, et mon four tourne à plein régime. Ma copine Cathy reste ma principale inspiratrice, et ma principale dealeuse de matos qui change de l’ordinaire. Ainsi ce moule à gâteau renversé, qu’elle a repéré chez Requia, commandé en double pour elle et moi chez Hanane et utilisé pour concocter un délicieux gâteau Pim’s aux framboises pour l’anniversaire de sa fille. Ni une ni deux, moi aussi je m’y suis mis, faisant pour l’occasion mon baptême de génoise. Je n’en avais jamais fait avant, et je ne sais pas pourquoi je m’en faisais toute une montagne, en fait c’est ultra rapide et tout con à faire !

Ou pour être plus exacte : une chambre dans le grenier au-dessus du garage. Mais tout de suite, ça fait moins rêver, non ?

Créer ce petit nid parental a été un sacré chantier : il a fallu poser un plancher, nécessitant un changement des poutres d’origine, pas assez solides. Percer deux portes dans les murs de pignon ultra épais. Et ensuite ouvrir le toit et créer une avancée pour poser une porte-fenêtre (qui nous a causé bien du souci !)

 

Je vous l’avais promis il y a quelques temps… Hein quoi, 4 mois, vous êtes sûrs ? Ah oui, tiens, c’est dingue comme le temps passe vite quand on s’amuse.

Anyway, nos travaux sont bel et bien terminés, et mis à part quelques menues finitions qui traînent un peu, je suis en mesure de m’attaquer aux traditionnels avant/après sans lesquels un bon chantier ne vaut pas vraiment la peine d’être vécu…

 

Pin It