e=mc2 mon amour - Patrick Cauvin

Il y a des livres qui marquent particulièrement, et qu’on n’oublie jamais…

J’ai quelques titres qui me reviennent en tête, associés à des périodes de ma vie : Fantômette et la Dent du Diable, Alice Détective quand j’étais toute gamine, Le Lion de Joseph Kessel quand je suis rentrée en sixième, Autant en Emporte le Vent, La Bicyclette Bleue et Les Liaisons Dangereuses au collège, Shining et Le Fléau de Stephen King au lycée…

E=mc2 de Patrick Cauvin en fait également partie. Je me souviens l’avoir dévoré en quelques heures seulement, planquée dans ma chambre d’ado aux murs couverts de papier peint à palmiers roses, je devais être en quatrième. C’est ma copine Sandye qui m’en avait parlé, peut-être même me l’avait-elle prêté, je ne m’en souviens plus. En tout cas le coup de foudre fut immédiat !

La semaine dernière, j’avais terminé mon bouquin des vacances (le troisième tome d’Outlander), et jetlag oblige, il me FALLAIT enchaîner avec un nouveau livre, de préférence pas trop dur à lire pour réussir à m’endormir pas trop tard. Je farfouillais dans ma bibliothèque Kindle quand je suis retombée sur E=mc2. J’ai hésité, quoi, deux secondes ? Oui deux bonnes secondes… Parce que bon, j’en avais un si bon souvenir que j’avais un peu peur de le gâcher avec mes yeux d’adultes, ou qu’il ait mal vieilli.

e=mc2 mon amour - Patrick Cauvin - Kindle

J’ai commencé les premières pages un peu méfiante, mais très vite j’ai plongé la tête la première. Bon sang, qu’est-ce que c’était bien écrit, qu’est-ce que ça me parlait, autant maintenant que lorsque j’avais 13 ans ! Je l’ai dévoré une fois de plus, avec bonheur mais aussi en savourant tout particulièrement ce petit miracle de renouer avec mes souvenirs et mes émotions d’ado des années 80.

Je me suis immédiatement attachée à ces deux gamins surdoués qui vivent une histoire d’amour peu banale. Daniel le banlieusard féru de cinéma, et Lauren l’américaine du XVIème. J’ai souri de cette époque si lointaine, j’ai ri des expressions imagées de l’auteur et j’ai même versé quelques larmes d’émotion à la fin, dont bizarrement je ne me souvenais pas du tout… J’ai trouvé que c’était délicieux, et tellement trop court. Je me suis demandé ce qu’ils étaient devenus, ces amoureux nés dix ans avant moi…

Vous l’aurez compris, je n’ai pas regretté une seule seconde relire ce petit bijou de mon adolescence. Mes yeux d’adulte n’ont pas terni le livre, bien au contraire, je crois même qu’ils lui ont apporté un petit supplément de profondeur.

Résultat, ça m’a donné envie de me replonger dans les autres œuvres qui m’ont tant marquée. Bon, peut-être pas Fantômette et Alice, mais Le Lion, Les Liaisons Dangereuses et Autant en emporte le Vent, je crois que je vais les charger sur mon Kindle !

Edit: E=mc2 mon amour est disponible ici, et sa suite Pythagore je t’adore ici.

21 Commentaires

  1. Oh moi aussi ce livre m’à marquée ! ! Tu m’as redonné envie de le lire! J’adorais aussi Alice la détective (j’avais coupé les cheveux d’une poupée blonde pour lui faire un carré comme Alice mais ca n’était pas très réussi !)

  2. J’ai relu Le lion il y a 3 ou 4 ans, j’ai été, je crois, encore plus bouleversée que quand je l’avais lu, comme toi, en 6eme.
    Merci pour cette idée… et bonnes relectures.

    • Je confirme: il y a une suite!
      Elle ne m’a pas autant marquée que le 1er mais ça reste du bon Patrick Cauvin

      • Oh la chouette nouvelle, je ne le savais pas, je vais le commander ! (la version Kindle est plus chère que la version poche, c’est pas un peu dingue ça ?)

  3. Comme je te comprends, moi aussi, j’ai de temps en temps envie de chercher les livres que j’ai aimés pour ressentir un peu les mêmes émotions d’alors. Comme toi, c’est les bibliothèques roses : Fantômette, le Club des 5, Alice Détective, puis Autant en emporte le vent etc. Par contre, je ne connais pas E=MC2, ton article me donne envie de le lire.

  4. Rhooo je me souviens l’avoir lu mais je ne me rappelle plus de l’histoire. Tu m’as donné envie de le relire tiens. Et pourquoi pas la suite aussi si elle existe. Mrrci et bonne journée ??

  5. J adore ce bouquin je l avais pique a ma soeur!Quand ma fille va lire le club des 5 je pense lui piquer ?

  6. Ah, je l’ai lu aussi, mais impossible de me rappeler vraiment l’histoire, pourtant j’en ai aussi un souvenir ému, c’est curieux. Je vois encore où il est rangé dans la maison familiale, peut-être que je m’y replongerai cet été ! Merci de m’y avoir fait penser.

  7. Ah que de souvenirs.
    Je crois aussi avoir lu d’autres Patrick Cauvin à la suite. Mais ça se confond dans mon souvenir avec ma période Christian Grenier… Ma stratégie à la bibliothèque municipale était d’écumer les rayons dans l’ordre alphabétique 😉

    Le grand livre de mon adolescence c’était Des cornichons au chocolat… qui s’est avéré être écrit non pas par une adolescente mais par Philippe Labro. Mais je n’ai pas lu la suite…

    Merci pour ces effluves du passé

    • J’en ai lus aussi il me semble, dont un où il raconte son enfance pendant la guerre, avec son petit frère ? À moins que je ne confonde… Les Cornichons au Chocolat, j’avais adoré aussi, et dans un autre style, L’Herbe Bleue m’avait pas mal traumatisée. J’ai relu L’Herbe Bleue quand j’ai acheté mon KIndle, mais pas les Cornichons.

  8. Je n’ai jamais lu, et ton article me donne envie … surtout qu’à part ça, on en a un peu les mêmes souvenirs de lecture …
    Bises !

  9. Cela fait partie de mes excellents souvenirs de lecture, que je n’ose relire de peur d’être déçue…
    L’autre jour, j’ai tenté ce retour en arrière avec “LEs 4 filles du docteur March” et ce fut un très bon moment plein de “Ah oui !” et de “Je ne me souvenais pas de ça…” avec la délicieuse sensation de retrouver des souvenirs oubliés.
    La prochaine fois que je vais chez mes parents, je rapporte les Cauvin ! (il en a écrit d’autres…)

Écrire un commentaire

Combien font : *