Si les deux jours qui viennent de passer ont été riches en évènements inattendus et en émotions fortes, les trois suivants vont se révéler bien plus dans la norme. Nous quittons nos habits d’aventuriers de pacotille pour endosser ceux bien confortables de touristes lambda en capitale irlandaise.

Néanmoins, notre réveil ce dimanche matin nous réserve une petite surprise : il a neigé durant la nuit, et Dublin l’endormie est revêtue d’un léger manteau blanc. Après un bon « petit » Irish Breakfast englouti bien au chaud à l’hôtel, nous sortons braver le froid et les trottoirs glissants. Nos pas nous mènent à un petit square, Garden of Remembrance, qui honore la mémoire des insurgés, qui en 1916 se sont battus pour l’indépendance de l’Irlande. Les images de notre guide nous promettaient du vert, beaucoup de vert, nous y trouvons du blanc, du gris, de la glace. Mais en regardant attentivement, en grattant un peu la glace, la couleur est bel et bien présente…


(Children of Lir)

Nous allons ensuite faire un petit tour au Hugh Lane Gallery of Modern Art, musée d’art moderne tout proche du square. L’endroit est désert et pas franchement accessible aux profanes que nous sommes. Nous sommes néanmoins impressionnés par la reconstitution de l’atelier de Francis Bacon (plus de 7000 trucs crasseux entassés en vrac dans une pièce minuscule), tout en nous félicitant d’être ici sans nos Korrigans. Comment après ça leur demander de ranger leurs playmobils dans leurs chambres, hein ?

A la sortie du musée, la pluie commence à tomber. Il est midi passé, ce n’est pas la faim qui se fait ressentir (irish breakfast oblige) mais la soif. Nous nous mettons donc à l’abri des boiseries du Madigan’s Pub pour boire… un thé bien chaud !

La pluie a cessé, nous allons nous dégourdir les pattes le long de la Liffey, le fleuve qui traverse Dublin. Custom House se mire dans l’eau trouble, nous frissonnons devant le Famine Memorial

Après cette balade aussi mélancolique qu’hors du temps, nous retournons vers le centre ville nettement plus animé. La vue des façades colorées nous remonte illico le moral. Nous en profitons pour faire une pause au cybercafé puis pour prendre un bon goûter dans un très chouette salon de thé (The Joy of Coffee – 25 Essex Street – que je vous recommande chaudement !) histoire de reprendre des forces.

C’est la fin de la journée, il fait de nouveau un froid de canard. Nous flânons un peu dans les rues commerçantes et animées, tous les magasins sont ouverts en ce dimanche après-midi. Nous finissons par l’impressionnante verrière victorienne de St Stephen’s Green Shopping Centre.

A ce stade de notre visite, autant dire les choses franchement : je n’en peux plus. Je ne sens plus mes pieds, je pèle de froid. Notre hôtel est à l’autre bout de la ville, et nous n’avons toujours pas pigé la logique particulière du réseau de bus dublinois. La mauvaise humeur n’est pas loin de pointer le bout de son nez. Nous décidons donc de rester dans le coin pour la soirée et de jouer à fond la carte du touriste de base. Nous réservons un dîner spectacle à l’hôtel Arlington, et en attendant l’heure de nous sustenter devant des danses irlandaises, nous allons… ben oui, au pub ! Cette fois-ci, nous trouvons de la place au comptoir du mythique Temple Bar, et sirotons une bonne Guinness régénératrice au son de la musique traditionnelle jouée par un petit groupe déchaîné.

Le dîner sera une réussite, finalement : de l’Irish Stew goûteux, des musiciens au taquet et des danseurs émérites. Évidemment la salle est blindée de français pas encore rentrés après le match de la veille, mais on savait à quoi s’attendre (et par chance, nous étions placés à une table d’irlandais et d’écossais !). MrChéri me traîne ensuite comme il peut jusqu’à l’hôtel, où je m’écroule comme une masse dans le lit. Damned, Dublin, c’est crevant !!

à suivre…

18 Comments

  1. oui! crevant, mais ça donne sacrement envie! quel beau récit ..merci Shalima 😉

    :dot: You’re welcome ! (quoiiiii, encore làààà ??)

  2. Et en plus il y a une reconstitution de l’atelier de Bacon ? Je me sens prête à faire ma sausage !

    :dot: C’est assez déroutant… j’ai préféré Beaubourg avec les Lutece, pour tout te dire !

  3. Oh, toute cette neige, ça me rapelle Londres ! C’est vous qui l’avez fait le petit père noël ?

    :dot: C’est MrChéri… petite dédicace pour ses Korrigans !

  4. La lectrice de l'ombre Reply

    Parmi les souvenirs de ma semaine en Irlande, la cuisine :
    – breakfast de folie..
    – dejeuner, agneau-pommes de terre,
    – diner, pommes de terre-agneau ou…saumon-pommes de terre !! lol

    Ah l’Irish Stew…………..tout un poème !!

    :dot: Voilà comment on chope 3 kgs en 5 jours. Et heureusement qu’on a marché comme des malades !!

  5. putain, dublin, c’est crevant, peut etre, mais en tout cas, ça fait vachement envie!
    (c’est des scones au gouter? je veux VEUX des scones)

    :dot: Ce sont des scones, oui, et cela sont les plus ENORMES que j’aie jamais mangé !! (on y est retourné le lendemain, du coup 😛 )

  6. Tu as pris de sacrées notes pour nous faire un aussi beau compte-rendu! ET j’aime ton oeil, enfin la façon dont tu prends des détails en photo…

    :dot: C’est un peu ce que me reproche MrChéri, je ne prends en photo pratiquement QUE les détails. Heureusement, lui se charge des vues d’ensemble, vive la complémentarité dans le couple ! 😆

  7. ashramaman Reply

    c’est amusant… j’ai séjourné 1 mois à Dublin l’été de mes 15 ans, il y a donc tout juste 20 ans (hein??? déjà??????) et alors Dublin était une capitale d’une pauvreté absolue! les monuments que tu montres, je m’en souviens, les pubs aussi (quoi que j’étais trop jeune pour les uns comme les autres), mais le reste…. les irlandais étaient d’une pauvreté qui faisait froid dans le dos (genre, à la moindre carie, ils arrachaient la dent…. ou pire, une triple fracture de la jambe, hop, on coupe…. à 15 ans…. les otites rendaient sourds à coup quasi sur….)
    quand je vois le centre commercial, l’émotion monte…. ils ont vraiment gagné quand Thatcher a tout perdu et surtout avec l’Europe, et ça me rend vraiment heureuse pour eux!
    merci de me montrer Dublin telle qu’elle est devenue. j’en voudrais un peu plus…..

    :dot: Il faut que tu y retournes, alors, ça a tellement changé. Le boom économique (ils appellent ça le tigre celtique 😆 ) a donné un autre visage à la ville. Mais les gens sont restés hyper sympas et accueillants, ça c’est pas une légende !

  8. C’est magnifique … ça confirme ce que je pensais, il faut que j’aille en Irlande, j’en rêve.

    Me rappelle d’un week end en amoureux à Paris où on avait tellement arpenté que le soir venu on s’était écroulé dans le lit !

    :dot: C’est comme la nuit de noces, le WE (en) amoureux, c’est un mythe !

  9. Ta ballade Irlandaise est vraiment tentante!!!… J’adore les ambiance déco de tous ces pubs que tu nous montre…Les façades aux airs si chaleeureux des maisons!… Et cette verrière!… Wouhaouh!!!… Quel défi de construction!…
    Sinon, j’ai l’impression que niveau nourriture, on ne meurt pas de faim quand on est là-bas!… Cela m’a l’air quand même parfois un peu excessif non?…
    Par contre, l’Irish Stew, j’adorerai goûter!!!… Quand j’étais petite, mon père ( qui n’est pourtant pas Irlandais…hihi)… nous en cuisinais et nous disais que c’était le plat préféré de Lucky Luke!… J’te raconte pas comment mes frères le dévoraient…lol…
    Vivement la suite Miss!… 😉
    Bon Dimanche… Bizbye

    :dot: Non seulement la cuisine est bien roborative, mais en plus ils mégotent pas sur le contenu des assiettes… j’ai pas encore fini de tout digérer 😆

  10. Dublin a vraiment l’air d’une ville magnifique en effet ! Ca donne trop envie de voyager !!!!

    :dot: Si tu es comme moi, dès que je lis des récits de voyages pleins de photos, pffff, j’ai super envie de faire ma valise, limite pour n’importe où… le tout c’est de pouvoir passer à l’acte de temps en temps 😉

  11. Décidemment, la blogueuse est indécrotable: pas moyen de rester 2 jours sans consulter ses mails! Enfin, je dis ça, je dis rien…

    :dot: Le répète pas, j’y suis allée quasi tous les jours. Mais yavait aussi le téléphone pour appeler les Korrigans, hein 😉

  12. Oui, je vois ce que c’est : n’importe quel prétexte est bon (y compris le froid) pour s’enquiller des Irish Coffees et des bières..
    Bravo, je ne vous félicite pas..

    :dot: Ah mais pas du tout, madame Manu, je n’ai bu AUCUN irish coffee ! :mrgreen:

  13. Ah la la les bus de Dublin… On pourrait en faire un roman :). Moi qui suis toujours très en avance, j’ai failli être en retard à un entretien car 18 bus me sont passés sous le nez sans daigner s’arrêter ! Dans la mesure ou il n’y a pas vraiment de plan de bus (ni sur les arrêts, ni dans les bus eux même) il est très difficile de s’y retrouver ! J’ai fini par y arriver mais franchement c’était pas gagné (et il m’a fallu 1 an !). En tout cas très joli récit, je suis toujours émue en repensant à mon année dublinoise dont je viens à peine de rentrer.

    :dot: Tu me rassures, nous n’avons jamais réussi à piger comment fonctionne ce fichu réseau !! A se demander si on n’était pas complètement débiles ! 😆 On a fini par demander directement aux gens, et aux chauffeurs. Certains nous ont paumés, malgré tout !

  14. Pingback: Day 4 in Dublin - visite et photos du Guinness Storehouse | Merci pour le chocolat ! - blog féminin, blog de maman

  15. Hello

    Je me regale a lire ton WE a Dublin. J’y ai passé un WE de 2-3 jours en 2004, et qd je regarde tes photos ca me rappelle trop de souvenirs !!
    Merci !

Write A Comment

Combien font : *

Pin It