cantal03

Mon petit week-end auvergnat s’est terminé par un étonnant road trip dominical au cœur du Cantal. Nous étions invités, quelques blogueurs et moi, par l’Interbev (l’Association nationale inter-professionnelle du bétail et des viandes) à découvrir leur magnifique département et à nous familiariser quelque peu avec l’élevage bovin.

Il était prévu au départ que nous prenions un peu de hauteur et que nous survolions les verts pâturages cantaliens en montgolfière. J’étais tellement enthousiaste à l’idée de m’envoler que je n’ai eu aucun mal, malgré les deux nuits de fête qui ont précédé, à me lever à 4h du matin, et à braver l’obscurité pour retrouver la blogueuse régionale de l’étape, ma copine Galliane, quelque part sur le bord de l’autoroute.

Nous avions encore 2h de route avant de rejoindre le reste de la troupe qui dormait à Salers, et comme nous étions un peu en retard, le périple fut aussi bavard qu’agité dans les virages des étroits lacets de montagne. Heureusement, Galliane est une conductrice hors pair (elle nous le prouvera à plusieurs reprises au cours de la journée) et nous sommes arrivées pile dans les temps. Mais pas de chance, il y avait beaucoup trop de vent pour pouvoir décoller.

Cela n’a pas eu trop l’air de déstabiliser les gentils organisateurs, à peine un croissant avalé que nous passions au plan B, c’est-à-dire le même circuit, mais en voiture… à nous les petites routes, again, mais à la lumière du jour naissant, cette fois-ci (histoire de contempler de plus près les précipices frôlés à l’aveugle une heure avant, de nuit, donc).

Nous avons vaillamment franchi des cols dans la brume, admiré d’en haut les vallées tout en bas, fait quelques pauses pour qu’on nous explique tout bien les conditions d’élevage “à l’ancienne” des bovins cantaliens (l’hiver à l’abri dans la vallée, l’été en altitude dans les estives) et constater de nos propres yeux le rôle primordial de l’agriculture locale dans l’entretien et la préservation du paysage.

cantal01

Direction ensuite Méjensac afin de visiter l’exploitation d’un sympathique couple de jeunes éleveurs. Grâce à tout l’attirail préparé en notre honneur (cottes de travail rouge pétant et bottes en caoutchouc de compète), on a vécu un moment très instructif et finalement assez amusant, ambiance “on va voir les vaches ?” à mi-chemin entre “Vis ma vie d’éleveur” et “le blogueur est dans le pré“. J’ai tâté du museau et je sais désormais déplacer des clôtures pour nourrir les bêtes… Ça, messieurs dames, ce n’est pas donné à tout le monde !

cantal12

cantal05
(Manou strike a pose devant Galliane)

cantal06

cantal07

cantal08

cantal09

cantal11

cantal13

cantal10

Après l’effort (?), le réconfort, un petit remontant nous attendait dans l’étable. Je peux vous garantir qu’après une nuit quasi blanche, 5h de route cahotique et une balade au grand air, je ne me suis pas fait prier pour découvrir de sympathiques nouvelles saveurs ! (quitte à embarquer un verre dans la voiture) (bah quoi ?)

cantal14

Vous croyez qu’après tout ça, nous en avions fini avec les vaches, l’agriculture et les bottes en caoutchouc ? Que nenni, il était presque midi, mais pas question de ramollir du planning. Nous avons mis le cap sur un concours agricole non loin de là (à 15 kms à peine, soit quasiment 3/4 de route, tout de même !)

Là je vous avoue que c’était un peu surréaliste… du bétail à perte de vue, sagement aligné et dûment étiqueté, des meuglements et des tintements de cloches couvrant à peine la sono et son accordéon, et partout, des gens passionnés tentant d’inculquer tant bien que mal quelques rudiments agricoles à des blogueurs citadins aussi épuisés et qu’affamés. J’ai bien essayé de faire des efforts, hein, mais je dois me rendre à l’évidence. Malgré toute ma bonne volonté, je suis encore infichue de différencier une Salers d’une Aubrac… Mais les bêtes étaient vraiment belles, et les cloches, j’ai adoré !

cantal16

cantal15

cantal17

cantal19

Après , on est tous repartis sur les routes de la mort, direction le buron de la Combe de la Saure, hallucinant restaurant de montagne perché à plus de 1500 mètres d’altitude. C’est un endroit incroyable, datant du XVIème siècle, perdu au milieu de nulle part. Après avoir abrité tout au long des siècles les paysans durant l’estive, cette impressionnante voûte de pierre accueille désormais les gourmands. Nous y avons mangé tout un tas de spécialités délicieuses, comme de la truffade, du pounty, du petit salé aux lentilles et du cantal à tomber, mais également la viande de bœuf (de l’Aubrac) la plus délicieuse qu’il m’ait jamais été donné de dévorer ! J’en salive encore rien que d’y penser.

cantal18

Ce sympathique déjeuner a aussi été l’occasion de nous poser un peu et de discuter tranquillement avec le paysagiste, les éleveurs et les responsables de la filière bovine qui nous accompagnaient. Loin des discours habituels, un échange humain et sincère sur un travail certes difficile et menacé, mais aussi gratifiant, et dont les effets positifs sur le territoire sont méconnus du grand public. En effet, on parle beaucoup de l’impact écologique de l’élevage, mais il faut savoir que dans des zones aussi rurales et montagnardes, un élevage qui s’arrête, et ce sont les pâtures qui disparaissent, laissant la place à la friche avec tous les problèmes de ruissellement et de stabilisation des sols que cela implique (entre autres). Ce que l’homme ne peut faire à si grande échelle, ce sont les animaux qui s’en chargent.

Au final, j’ai fini cette épuisante journée sur les rotules, mais j’ai aimé découvrir ces paysages et rencontrer ces gens, passionnés, impliqués et qui se battent pour maintenir leur activité… Un grand merci pour tout !

(sans oublier un big big up à Galliane qui a vraiment assuré comme une pro derrière le volant de sa murmures-mobile !)
(et un ptit coucou à mes compagnons de salopette : Manou, Garko, ZeGreenGeekette, Vincent, Clyne, Sophie, Julien, Isabelle, Benjamin et Barbie)

Bonus bag : me en salopette ? c’est par là que ça se passe, sur le Flickr de Galliane !

37 Commentaires

  1. Ah ben tu comprends pourquoi j’adore aller en vacances dans le Cantal ?
    (enfin moi c’est surtout pour le fromage et justement le Salers… rhââââââââââ)
    J’ai vu les pâtures sans élevage d’estive et ce n’est plus que de la fougère à foison (et c’est coton de s’en débarrasser la fougère) et les vaches qui restent encore sont belles mais en rando mieux vaut ne pas trop s’en approcher quand elles ont leur veau auprès d’elle… elles n’hésitent pas à charger !

    :dot: Oui voilà, c’est ce qu’ils nous ont expliqué… la friche, c’est la galère !

  2. J’adore la campagne et voir ses images me donne encore plus envie d’y retourner! Et puis rien que le fromage cantal… miam 🙂
    Bise

    :dot: Aaaah, le fromage, aaaaah… *soupir*

  3. Ouuh purée, rien que le récit des lacets de montagne et j’ai mal au coeur. Il y a deux ans, on avait traversé les Pyrénées pour revenir d’Espagne. Ca tournicotait dans tous les sens, et d’un côôôté et de l’ôôôtre. Je suis arrivée, j’ai eu soudain la tête qui tournait et je me sentait maaaaal : le mal des montagnes. Je ne savais pas que ça existait, j’en ai pris pour mon grade. aaaannnh.

    :dot: je t’avoue que la fatigue n’aidant pas, j’ai eu du mal moi aussi… mais j’ai tenu le coup (surtout parce qu’on a blablaté comme des pies !)

  4. Hu hu, tu parles presque comme une parisienne ^_^.

    Ca a l’air bien sympa ce petit coin. Et toujours de belles photos!

    :dot: Arf, c’est que je suis plutôt citadine dans l’âme, même si j’habite à la campagne 😉

  5. Tu crois que maintenant tu vas mettre les Korrigans dans un enclos pour pouvoir déplacer leur clôture avant de les nourrir, ou pas?

    :dot: Mouahaha, PALME DU COMMENTAIRE, merci Camille, you made my day ! 😆

  6. Elles sont jolies toutes ces vaches!!
    Non vraiment, les photos sont magnifiques!

    :dot: Merci !

  7. Du Cantal, je ne connais que le fromage grâces à ces bêtes qui sont très très bien élevées. C’est déjà ça, j’ai le goût pour le Cantal. Me reste plus qu’à y aller…

    :dot: En plus, t’es pas emm*rdée par les touristes ! (enfin je dis ça, mais au mois d’octobre, ça se comprend)

  8. Ca donne envie de visiter cette région, c’est beau ces photos! Bon par contre, j’imagine dans quel état de fatigue tu devais être après avoir enchainé un weekend de fiesta….

    :dot: Défractée, oui… je ne m’en suis pas encore remise, d’ailleurs.

  9. Quelle journée … Mais où est la photo de Shalima en salopette rouge ????? On veut voir ….

    :dot: je n’en ai pas ! Faudrait que je demande à Galliane ou à Manou si elles en ont de moi, tiens…

  10. Ben ouais, c’était une opé pour moi quoi !
    Bon, ce soir, leçons de choses sur l’agriculture, je m’aperçois que t’as vraiment bcp de retard :o)

    :dot: C’est pourtant pas faute de vous avoir écoutés des soirées ENTIÈRES causer paysan avec tes potes ! :mrgreen:

  11. J’aurais bien été avec vous!
    ça donne carrément envie!
    Et de bien belles photos encore

    (Il reste pas un petit bout de fromage????????????!!!!!!!!)

    :dot: Nan, hélas !

  12. Chouette opé ! Ah une p’tite truffade avec l’hiver qui arrive…

    :dot: C’est pas dégueu, en effet (même si je suis plus aligot, je me suis vraiment régalée !)

  13. sans blague : trop belles ces vaches !!!

    :dot: Attends, c’était toutes des miss vaches 2010 en puissance, hein !

  14. Alors, on dit saler ou salers ???

    :dot: Salèèèèèèrrrrrrr (salaire, quoi). Pffff…

  15. Et pourquoi c’est toi et pas monsieur chéri qui est parti en reportage, ça oui, c’est injuste, on ne sait plus reconnaitre les compétences! J’espère que tu lui as ramené un peu de victuailles pour compenser, de la viande de boeuf élevé dans la montage, nourri à l’herbe, ça lui changera son ordinaire (toutes cas pauvres bêtes enfermées). Monsieur Chéri, ne te laisse pas faire!

    :dot: Quand MrChéri aura ouvert un blog et écrit dessus pendant 4 ans, on en reparlera, ok ? 😆 (blague à part, aucun intérêt pour lui, il connaît ça par cœur !)

  16. Frangibus 'Jack' Teutonibus

    Ouais, comme Noute.
    On dit comment ?

    Sinon j’avoue avoir été épaté de te voir arriver dans le salon, fraiche comme la rose (ou presque) sur les coups de 4h du mat.

    Bien récupéré ?

    :dot: salèèèèèèèrrrrr. Pour le fraîche comme la rose, j’ai un peu des doutes, tu m’aurais vu à 18h m’écrouler dans mon avion et roupiller comme une m*rde ! Je n’en suis toujours pas remise, d’ailleurs… quel WE ! 😆

  17. Rholalala j’aurais aimé etre la bas tiens! En tant que petite fille d’agriculteur, les vaches ben c’est mon dada^^
    Je pense que tu t’es bien éclaté!

    :dot: Ah ça, j’étais éclatée, oui ! (mais je me suis régalée, miam)

  18. Je ne sais pas si je te remercie d’avoir mis cette photo en ligne ? ;o))

    :dot: Oh, arrête, t’es toute mimi dans ta salopette rouge ! (tu peux te venger si tu veux, je crois que Galliane m’a prise en photo 😉 )

  19. On y retourne en novembre dans cette région qui est celle de mon compagnon. On adore !

    :dot: Définitivement ?

  20. Oh non, pas de montgolfière ?
    Un bon moment néanmoins, avec des blogueurs sympas. Belles vaches, et superbe région !

    :dot: je ne te cache pas qu’on était tous un peu déçus, y compris les organisateurs, mais bon, la météo ne se commande pas, malheureusement !

  21. De jolies photos, une région que je connais pour y avoir passé certaines de mes vacances, et que j’affectionne particulièrement. Bel article !

    :dot: Merci !

  22. Matchistador

    Salers

    Doux village de mon enfance …

    :dot: ??? c’est vrai ?

  23. Matchistador

    Ah et pour infos
    Les vaches de race Salers sont marrons et pas beige
    T’es nul !

    :dot: Je laisse ça à mon cher et tendre qui a fait une école d’agriculture, JE LE RAPPELLE ! (et qui confond sorgho et blé, je le rappelle aussi ! 😆 )

  24. ch comprends pas, tu fais plus dans le cochon ?

    :dot: L’un n’empêche pas l’autre, darling 😛

  25. Ben voui, Salèèèèrrr !
    Et tu n’as pas l’adresse où se procurer cette succulente viande (mes papilles frétillent) ?

    :dot: Si tu as le courage, va au buron de la Combe, tu vas en tomber raide !

  26. C’est dommage pour la montgolfière, on s’en doutait en rentrant dans nos pénates, il y avait déjà un vent à décorner une vache !

    :dot: c’était encore pire là-haut, on se serait cru en Bretagne, genre !

  27. hu hu hu, ça devait pas être triste, les citadins au milieu des vaches !! (d’ailleurs je te croyais “de la campagne”)

    je trouve ce genre d’opés très sympathiques, ça m’aurait bien plu d’y participer d’ailleurs, même si, je dois le reconnaître, je n’aurais pas forcément appris énormément !

    :dot: les vaches doivent encore se souvenir de l’équipe de Mario Bros qui est venue les embêter !! 😆 (je vis à la campagne, mais je suis une citadine dans l’âme, en fait, je ne suis pas très branchée animaux et jardinage, je suis plus à l’aise en talons sur le bitume qu’en bottes de caoutchouc dans la gadoue) (ce qui fait bcp rire mon chéri, qui a vécu en ville mais préfère laaaargement la campagne !)

  28. Cette salope me fait un cul d’enfer…. et ce vert fluo avec ce rouge pétard ! Je ne comprends pas comment je n’ai pas pu séduire un fermier ! 😀

  29. BORDEL ! Je voulais dire salopette ! MDDDRRRR
    Le lapsus de la honte !

    :dot: Mouahaha, j’en pleure de rire !!!

  30. Pingback: Week-end Cantal - Elevage bovin | The Green Geekette

  31. Aah! L’Auvergne… Je rêve de découvrir ce petit coin de France! Dommage pour la montgolfière, car c’est une expérience unique et au dessus du Cantal, ça doit être sublime (déjà qu’en Bourgogne c’est trop chouette…)
    J’aime beaucoup les meuh moi aussi, mais dis voir, t’as penser à rapporter du fromage?

  32. Pingback: A la découverte des élevages herbivores… | Ménagères de moins de 50 ans... et consorts

  33. J’adooore l’Auvergne. A Marseille depuis plus de 20 ans, j’ai eu ma dose de la ville.
    On s’installe début 2011 dans le Cantal. Vive les grands espaces, homme et nature en harmonie.