Kurashiki - quartier Bikan (Okayama, Japon)

Ce voyage au Japon avec la JETRO (c’est l’Organisme Japonais du Commerce Extérieur) a été l’occasion de découvrir la très jolie ville de Kurashiki, au sud d’Okayama.

map Japon : Kurashiki, préfecture d'Okayama

Située un peu à l’écart du traditionnel circuit Tokyo – Kyoto -Osaka – Hiroshima, Kurashiki mérite cependant le coup d’œil, et qu’on y passe au moins une journée, loin de la foule des touristes.

Sa particularité ? La ville a été épargnée par les bombardements durant la seconde guerre, et son centre historique – le quartier Bikan – a été entièrement préservé, ce qui lui confère une authenticité qui lui est propre. En japonais, Kura signifie “entrepôts” car la ville était un haut lieu d’échanges et de commerce du riz et du sel. Ses grands bâtiments en pierre blancs et noirs sont vraiment typiques, et la quiétude qui règne le long de ses canaux est très agréable.

 

• Kurashiki Bikan Chiku, le centre historique :

Kurashiki - quartier Bikan (Okayama, Japon)

Organisé autour des canaux de la ville, le quartier Bikan est un endroit où il fait bon flâner et s’imprégner de l’ambiance japonaise qui nous fait tous rêver. Pour ma part, je ne pouvais mieux commencer ma découverte du pays !

 

Kurashiki - quartier Bikan (Okayama, Japon)

Les bâtiments, anciens entrepôts en pierres blanches et noires comme je vous le disais, sont magnifiques. À ne pas manquer, le tour en barque traditionnelle, avec le chapeau sugegasa qui va bien. C’est doux, paisible (ça change des gondoles à Venise !), et très accessible : 500¥ par personne (environ 4€) pour un tour d’une vingtaine de minutes.

Kurashiki - quartier Bikan (Okayama, Japon)

Kurashiki - quartier Bikan (Okayama, Japon)

Kurashiki - quartier Bikan (Okayama, Japon)

Kurashiki - quartier Bikan (Okayama, Japon)
Repérée !! ^__^

Les petites rues autour des canaux regorgent de petites maisons traditionnelles et de jolies boutiques… J’ai notamment dévalisé une boutique de masking tape MT, j’y ai trouvé aussi de très jolis furoshiki (tissus imprimés servant à emballer les cadeaux), et je me suis retenue de craquer devant tout un tas de spécialités gourmandes à base de haricot rouge, graines de soja, thé vert matcha, etc.
Kurashiki - quartier Bikan (Okayama, Japon)

Kurashiki - quartier Bikan (Okayama, Japon)

Kurashiki - quartier Bikan (Okayama, Japon)

Kurashiki - quartier Bikan (Okayama, Japon)

Kurashiki - quartier Bikan (Okayama, Japon)

Les rues du quartier Bikan sont vraiment très calmes, notamment en ce début de mois de mars, avant que les Sakura n’aient commencé. On y croise très peu de voitures, ce qui ne m’a pas empêché de photographier celle ci-dessous, mignonne comme un émoji !

Kurashiki - quartier Bikan (Okayama, Japon)

 

• le Jardin Shinkei-en :

Kurashiki - jardin Shinkei-en (Okayama, Japon)

Sur le chemin du musée Ôhara, nous nous sommes arrêté longuement au jardin Shinkei-en. Changement d’ambiance total avec le jardin Korakuen ensoleillé de la veille, à Okayama ! Mais même sous la pluie, les jardins japonais sont magnifiques, cela leur confère une aura un peu mystérieuse, et très romantique. Peu importent les gouttes d’eau, regardez comme c’est joli :

Kurashiki - jardin Shinkei-en (Okayama, Japon)

Kurashiki - jardin Shinkei-en (Okayama, Japon)

Kurashiki - jardin Shinkei-en (Okayama, Japon)

Ce magnifique jardin abrite la villa Keiken-dô, résidence secondaire de la famille Ôhara. Désormais ouverte au public et rebaptisée Yûshin-tei, la villa est devenue un haut lieu de la cérémonie du thé. Début mars, c’est la fête des filles au Japon : Hina Matsuri, littéralement la fête des poupées. Pour l’occasion, des dizaines de poupées sont exposées un peu partout dans le pays, sur des estrades et des escaliers recouverts de tissu rouge. Je crois bien qu’il y en avait des centaines dans la grande salle de la villa, c’était superbe !

Kurashiki - jardin Shinkei-en (Okayama, Japon)

Kurashiki - fête des filles Hina Matsuri - jardin Shinkei-en (Okayama, Japon)

Kurashiki - jardin Shinkei-en (Okayama, Japon)

Kurashiki - jardin Shinkei-en (Okayama, Japon)

Kurashiki - jardin Shinkei-en (Okayama, Japon)

Kurashiki - jardin Shinkei-en (Okayama, Japon)

 

• le musée Ôhara et sa maison :

Kurashiki - musée OHARA (Okayama, Japon)

Si Kurashiki n’est pas forcément la ville la plus connue sur le plan touristique, elle est cependant célèbre dans le monde de l’art. En effet, aussi surprenant que cela puisse paraître dans ce petit coin tranquille du Japon, Kurashiki possède un incroyable musée où se côtoient une multitude de grands maîtres : El Greco, Renoir, Monet, Picasso, Degas, Matisse, Gauguin, Toulouse-Lautrec, Modigliani, Pissaro, Rodin, Pollock… C’est la première collection d’art occidental en exposition permanente au Japon !

Kurashiki - musée OHARA (Okayama, Japon)

Fondé en 1930 par l’homme d’affaires Magosaburō Ôhara et entièrement privé, ce lieu est tout simplement incroyable. Il est complètement surréaliste de déambuler quasiment seuls devant des œuvres aussi prestigieuses ! C’est vraiment une visite à ne pas manquer…

Kurashiki - musée OHARA (Okayama, Japon)

Kurashiki - musée OHARA (Okayama, Japon)

Kurashiki - musée OHARA (Okayama, Japon)

Kurashiki - musée OHARA (Okayama, Japon)

Kurashiki - maison OHARA (Okayama, Japon)

Kurashiki - maison OHARA (Okayama, Japon)
La maison Ôhara vaut elle aussi le coup d’œil…

➤ Ôhara Museum of Art – 1-1-15 Chuo, Kurashiki 710-8575, Okayama Prefecture

 

• Setouchi – Washuzan Hill :

KURASHIKI, JAPON - pont de Setouchi, Washuzan Hill

En fin de journée, nous sommes allé admirer le coucher du soleil depuis le belvédère de Washuzan. Ce spot incontournable offre une vue magnifique sur la mer intérieure de Setouchi et le gigantesque pont qui relie Honshu à Shikoku. Mes photos ne rendent pas forcément justice au panorama, mais croyez-moi sur parole, dans la lumière déclinante de fin de journée, c’était sublime, et on en a pris plein les yeux !

KURASHIKI, JAPON - pont de Setouchi, Washuzan Hill

KURASHIKI, JAPON - pont de Setouchi, Washuzan Hill

KURASHIKI, JAPON - pont de Setouchi, Washuzan Hill

• Kurashiki la nuit :

Kurashiki - quartier Bikan (Okayama, Japon)

Je finis cette balade à Kurashiki par un dernier petit conseil : passez la nuit sur place, car la ville est absolument charmante le soir. C’est encore plus calme qu’en journée, et j’ai beaucoup l’atmosphère particulière des petites ruelles faiblement éclairées…

 

• Qu’est-ce qu’on mange à Kurashiki ?

La nourriture, c’est le nerf de la guerre ! Et moi qui suis une grande gourmande, doublée d’une insatiable curieuse, j’étais au paradis !

Proximité de la mer oblige, nous avons mangé beaucoup de poissons et de fruits de mer d’une fraîcheur absolue, parfois cuits, souvent crus, et je me suis régalée !

KURASHIKI, JAPON - restaurant Setouchi

Sans oublier les incontournables sushis, préparés devant nous dans les règles de l’art par des maîtres sushi expérimentés. C’était dingue, c’était délicieux, j’ai même mangé du fugu (d’élevage)… les fans de la première heure des Simpsons apprécieront !

Sans oublier un copieux petit-déjeuner à la japonaise, de quoi tenir jusqu’au soir avec de la soupe, des légumes, des œufs, du poisson, du riz, du tofu… et même du nattō. Ce sont des graines de soja fermentées et c’est très très très particulier ! (iiiiiirk)

KURASHIKI, JAPON - Setouchi Kojima hôtel

Pour finir sur une petite note sucrée, ne ratez pas les délicieux murasuzume que vous trouverez chez Kikkodo Bikan, une pâtisserie présente à l’entrée du quartier Bikan depuis 4 générations : ce sont des petites crêpes à mille trous fourrées à la pâte de haricot rouge sucrée, et pliées de manière spécifique. C’est un régal, et vous pourrez les accompagner d’un thé matcha servi selon la cérémonie du thé japonais !

Kurashiki - Murasuzume - patisserie Kikkodo (Okayama, Japon)

Kurashiki - cérémonie thé matcha & Murasuzume patisserie Kikkodo (Okayama, Japon)

➤ Kikkodo Bikan – 2-22-13 Achi, Kurashiki, Okayama Prefecture

 

• Où dormir à Kurashiki ?

KURASHIKI, JAPON - Setouchi Kojima hôtel

Setouchi Kojima Hôtel Kurashiki : un peu excentré de la ville, son principal atout est d’offrir une vue incroyable sur le pont de Setouchi et la mer intérieure, ainsi qu’un bain public extérieur, avec vue lui aussi. Les chambres sont grandes, et très confortables. C’est là que j’ai pris le petit-déjeuner gargantuesque dont je vous parlais juste au dessus.

Kurashiki Kokusai Hotel - quartier Bikan

Kurashiki Kokusai Hotel : en bordure du quartier Bikan, il est hyper pratique pour se balader dans la ville, de jour comme de nuit. Les chambres sont ici aussi très grandes, et confortables. La mienne donnait sur la rue, j’avais un peu peur du bruit, mais non, c’était super calme !

★ ★ ★

Aviez-vous déjà entendu parler de Kurashiki ? N’hésitez pas à y passer au moins une journée entière, c’est une petite ville surprenante et charmante qui vaut bien un petit détour du circuit touristique habituel !

Un grand merci à Jetro France et Jetro Okayama
pour cette belle invitation,
à Kazumi notre interprète qui a su si bien
nous accompagner,
et un bisou à Tunimaal, Medhi, Pape et Amine
qui ont été de super compagnons de voyage !

8 Commentaires

  1. Oulala !!!! entre Marjolaine et toi le Japon ça fait trop envie !!!!!! merci pour tous les beaux voyages que l’on fait grâce à toi par ordi interposé !!!!!

    • C’est un pays magnifique et très touchant, je suis heureuse d’y avoir été et j’espère bien y retourner. Le voyage de Marjo était tellement chouette, 5 semaines, c’est le rêve !

  2. Bonjour,
    Pour cause de bébé + déménagement suite à achat de maison ( et donc ruine totale sur 3 générations!!) la même année que notre mariage (2014), nous n’avons jamais fait de voyage de noces! On s’est donc promis pour nos 20 ans de mariage, une fois les finances renflouées de partir au Japon, rien que tous les deux. Depuis 5 ans désormais, je me régale de tous les articles découvertes que je peux voir passer sur les blogs à ce sujet et celui-ci me donne tellement envie de faire le Japon hors des sentiers battus justement! Ces photos, cette ambiance, cette nourriture… tout ce qui nous fait rêver! Bien à vous.

Répondre à Mamie Breizh Annulez votre réponse

Combien font : *