Tag

Titou

Browsing

Si vous saviez comme, en tant que maman, cette période me faisait peur… Je me souviens de ma propre adolescence, qui n’a pas toujours été facile, et source de pas mal de conflits avec mes parents. J’appréhendais donc beaucoup ce qui allait se passer pour / avec mes enfants.

Et finalement, ça se passe plutôt bien. Oh, bien sûr, il y a des moments bien relous, avec des coups de gueule de part et d’autre, le ton qui monte, les portes qui claquent, des soupirs avec les yeux au ciel, et des incompréhensions…

Depuis toujours mes deux garçons sont comme chien et chat. Trop rapprochés en âge ? trop différents de caractères ? trop de rivalité ? Je n’en sais rien, sans doute un peu de tout ça…

Résultat, ça a toujours été un peu la guerre entre mes garçons. Sans doute que l’arrivée de Miniloup le petit dernier a été mal digérée par Titou notre cadet. Je me souviens des colères terribles qu’il piquait après la naissance de Miniloup, lui qui avait été jusque là un bébé modèle, d’un calme et d’une bonne humeur absolus. On a mis ça sur le compte du terribeul two, le fameux, tout en essayant de gérer ça comme on pouvait.

Grosse grosse rentrée cette année pour mes Korrigans : 6ème – 3ème – 1ère S ! Je peux vous dire que l’effervescence bat son plein à la maison, il y a pas mal de changements en vue, et un peu de pression aussi… Je vous raconte ?

Jeudi matin, c’était tout d’abord la rentrée en 6ème de Miniloup (il faudra d’ailleurs que je lui trouve un nouveau pseudo, vous ne croyez pas ?). Terminé l’école primaire, bienvenue au collège ! Son frère et sa sœur l’avaient brieffé à mort, du déroulé de la journée à la tenue qu’il devait porter (sac de sa sœur, baskets et sweat de son frère, dur dur la vie de petit dernier). À 8h15, il était fin prêt dans le salon, piaffant d’impatience de partir.

Mon Titou a soufflé ses 13 bougies récemment. 13 bougies, 13 ans, le temps de l’adolescence, la vraie, a sonné. Mais contrairement à sa sœur il y a 3 ans, le changement ne s’est pas fait brusquement, comme une croix sur un calendrier, mais petit à petit, tout au long de cette année.

Car Titou a beaucoup changé ces derniers mois. Il a grandi, mûri, s’est aussi beaucoup épanoui. Comme s’il avait un peu plus trouvé sa place dans la famille et autour de lui.

On dit souvent que l’adolescence est un âge difficile, un âge ingrat même, et ce n’est pas complètement faux. Mais concernant mon Titou, on a plus l’impression que c’est l’âge de la libération !

Depuis tout petits, mes enfants aiment bien lire. On a passé des heures et des heures à leur lire des histoires, puis une fois plus grands, ils ont continué, seuls. Ils aiment se plonger dans des bouquins, la très grande majorité du temps des bandes-dessinées. Il faut dire qu’il y a de quoi faire avec la collection paternelle de BD qui envahit toutes les étagères disponibles de la maison.

Mais en fait, à part les BD, il n’y a guère que Mamzelle qui lit des romans… Ses frères restent fidèles au format à bulles, et on a bien du mal à les inciter à lire autre chose. Même Harry Potter a à moitié échoué (Titou s’est arrêté au tome 3, quant à Miniloup il a à peine entamé le 1er tome pour le laisser tomber par la suite).

On m’a dit plusieurs fois que ce n’était pas très grave, l’important c’est qu’ils lisent, quel que soit le format. Il n’empêche que je trouve ça un peu dommage qu’ils ne connaissent pas le plaisir de se plonger dans un gros bouquin, de se laisser happer par l’histoire, et de lire jusqu’à plus soif. Mais je ne désespère pas qu’ils aient le déclic un de ces quatre…

À chaque année qui passe, je me pose un peu plus la question… Jusqu’à quand vais-je danser ? Et à chaque fois, la réponse est la même, je danserai jusqu’à ce que je ne puisse plus être en état de le faire. Qu’importe mon âge, qu’importe mon modeste niveau, je crois que je ne pourrais pas vivre sans danser…

Cette année, mes deux mois de coupure estivale m’ont fait du bien. Je me suis même dit que ce serait peut-être le moment, sans mauvais jeu de mot, de lever un peu le pied sur mes cours. Que notre emploi du temps était trop chargé, trop compliqué. Et puis… et puis, j’ai franchi la porte du studio de classique, la porte de la salle de danse contemporaine, et c’est reparti illico.

Attention, cette photo est un fake absolu, une mise en scène a posteriori… impossible de prendre la traditionnelle photo de rentrée hier matin, les horaires de mes Korrigans étant trop disparates. On a fait ça cet aprem après le déjeuner, j’avais quand même envie de garder un petit souvenir de notre rentrée 2015, tant pis pour le décalage horaire ^__^

Mamzelle est donc rentrée hier au lycée, en seconde. Départ le matin à 7h de la maison, lever donc vers 6h, autant dire qu’elle ne croise pas grand monde le matin au petit-déjeuner, si ce n’est son père en toute fin de parcours. Peu importe, ça n’a pas l’air de beaucoup la gêner pour l’instant, elle est surexcitée par sa rentrée, son nouvel établissement, les copines qu’elle retrouve, parfois même dans les niveaux supérieurs…

Il en rêvait, de cet ordi, notre Titou. Alors pour son anniversaire, il a sollicité ses meilleurs sponsors, et puisé dans ses maigres économies, comptant sous après sous, écumant les sites en ligne pour trouver la meilleure machine qui collerait à son budget.

De notre côté, on était tranquilles, on se disait que ce n’était pas pour tout de suite, qu’il était loin d’avoir suffisamment de sous pour se payer l’ordi de ses rêves. À Noël peut-être ?

Que nenni, en moins de deux semaines c’était bouclé, et notre jeune geek en devenir ne nous a pas lâché d’une semelle jusqu’à ce que nous passions commande pour lui.