les articles de la catégorie "famille story"

minilouphiphop800

Il en rêvait depuis des années… Dès qu’il a commencé la danse, en fait, Miniloup n’avait que 5 ans, mais il le clamait déjà haut et fort : « vivement que j’aie 10 ans que je fasse du HIP-HOP !! » (car oui, chez nous le hip-hop ne commence qu’à partir de 10 ans, pour des raisons de maturité physique et musculaire)

Pendant 5 ans, il nous l’a répété : « j’aime trop la danse, mais mon rêve c’est le HIP-HOP ! »

Autant vous dire que cette année, on n’y a pas coupé, il a continué la danse jazz mais il a arrêté le tennis pour faire… du HIP-HOP.

Lire l'article.
juin2016_800

Ah, le mois de Juin… le mois de tous les défis, le mois de toutes les fatigues, ce casse-tête incessant de l’agenda… Il n’y a pas du avoir une seule année sur ce blog où je n’en ai pas parlé.

Juin 2016 ne déroge pas à la règle, c’est la vie puissance speed qui se déroule, à nous en faire perdre la tête. Tête qui lutte et flotte entre deux eaux depuis le mois de mars, en fait, tant les choses s’enchaînent à la vitesse de la lumière, aussi bien sur le plan professionnel que familial.

Et pourtant juin 2016 aurait pu être plus calme que les précédents…

Lire l'article.
13ansTitou800

Mon Titou a soufflé ses 13 bougies récemment. 13 bougies, 13 ans, le temps de l’adolescence, la vraie, a sonné. Mais contrairement à sa sœur il y a 3 ans, le changement ne s’est pas fait brusquement, comme une croix sur un calendrier, mais petit à petit, tout au long de cette année.

Car Titou a beaucoup changé ces derniers mois. Il a grandi, mûri, s’est aussi beaucoup épanoui. Comme s’il avait un peu plus trouvé sa place dans la famille et autour de lui.

On dit souvent que l’adolescence est un âge difficile, un âge ingrat même, et ce n’est pas complètement faux. Mais concernant mon Titou, on a plus l’impression que c’est l’âge de la libération !

Lire l'article.
parcasterix2016_800

Il y a deux semaines, nous étions invités en famille à passer le week-end au Parc Astérix… Une invitation qui tombait drôlement à pic, car juste avant l’anniversaire de Titou, c’était l’occasion de lui faire une jolie surprise et de passer du bon temps tous les cinq, dans de super conditions.

On a passé un week-end vraiment génial, et je dois dire que cela m’a un peu réconciliée avec le Parc Astérix ! Y rester deux jours était une super idée, car nous avons eu le temps de vraiment bien en profiter, de refaire nos attractions préférées, de prendre le temps de faire de vraies pauses déjeuner, d’aller voir plein de spectacles. Le premier jour, il faisait très beau, le second beaucoup moins, mais la pluie n’a pas terni notre enthousiasme (en dépit de la douche des Korrigans restés coincés sur Discobélix sous une pluie battante)

Lire l'article.
baignade suscinio gopro

Il y a des jours comme ça où pourtant tout semble indiquer que ça va bien se passer. Il fait beau, tu as un planning cool, et ce soir tu es en long week-end.

Et en fait non, tout dérape, et tu passes une journée sacrément relou où tu as l’impression de ne rien maîtriser et que tu ne vas jamais t’en sortir.

Mercredi dernier était de ces jours, mi jolis mi moisis.

Lire l'article.
fiesta800-2

Comme je vous le disais hier, nous accueillons pour une dizaine de jours la correspondante allemande de Mamzelle… C’est un échange avec le lycée, Mamzelle est allée à Munich au mois de février, et là, c’est le match retour, attendu avec impatience par toute la délégation franco-allemande. Ils sont tout un petit groupe à s’entendre comme larrons en foire, autant vous dire que les attentes sont maximales pour ce séjour breton.

Mamzelle et ses copines ont organisé tout un tas de trucs en dehors du temps scolaire pour leur petit groupe, des sorties au bowling en passant par du laser game, des balades en ville… et même une soirée !

Ne me demandez pas par quel heureux (?) hasard la dite soirée s’est finalement déroulée chez nous, mais disons que ma Mamzelle a su y faire pour nous convaincre.

Lire l'article.
41ans800

Ce matin, j’étais un peu chonchon… C’est vrai, quoi, ça commence à devenir un peu sérieux cette histoire de quarantaine, aujourd’hui j’ai 41 ans. Finie la fiesta des chiffres ronds, finie l’euphorie de la nouveauté. 41 ans, ça concrétise un truc. 41 ans, c’est sauter de plain pied dans la quarantaine, la vraie, et si finalement c’était moins cool que ce que je pensais ?

Lire l'article.