Catégorie

Maroc

Catégorie

Nous avons profité de notre séjour en famille à Marrakech pour passer une journée dans l’Atlas, à Imlil, au pied du mont Toubkal. Pour cela, nous avons remonté la vallée de l’Ourika en voiture. Il faisait un temps radieux, un peu frais, le ciel était d’un bleu limpide, et le paysage, de toute beauté. Si les Korrigans, sur la banquette arrière, ont passé leur temps à jouer aux Pokemons ou à chanter les derniers tubes de la radio locale, moi côté passager, je n’en ai pas perdu une miette.

Ce deuxième jour de notre séjour en famille à Marrakech, nous avons eu la chance de nous réveiller sous un soleil radieux. Ni une ni deux, nous avons filé au jardin Majorelle que nous étions bien décidés à visiter par beau temps pour profiter au maximum des couleurs éclatantes de cet endroit.

Sans doute connaissez-vous l’histoire de ce jardin ? Créé dans les années trente par l’artiste peintre français Jacques Majorelle, il a ensuite été acheté par Yves Saint Laurent et Pierre Bergé en 1980. Le bleu éclatant des murs a été créé par l’artiste, il est désormais appelé bleu Majorelle. Ouvert au public depuis 1947, la promenade au milieu de ce magnifique jardin luxuriant est un incontournable de la ville.

Lors de notre première journée à Marrakech, nous n’avons pas fait que visiter les souks, nous en avons aussi profité pour faire découvrir à nos Korrigans et leurs cousins quelques merveilles marocaines. En premier lieu, nous avons visité la Medersa Ben Youssef, un des endroits que j’aime le plus au monde. Cette ancienne école coranique du XVIème siècle est un véritable joyaux de l’art coranique, je pourrais y rester des heures et des heures, à contempler chaque pièce, chaque couloir, les murs décorés, les plafonds en bois finement sculptés. La cour intérieure fait d’ailleurs partie de mes plus vieux souvenirs d’enfant, je n’avais que cinq ans mais j’avais été, déjà, très impressionnée par la beauté des lieux.

Il me tardait tellement d’emmener les Korrigans à Marrakech. Marrakech est une ville que j’adore, elle est magnifique, et j’y ai également beaucoup de souvenirs d’enfance. J’aime son côté Maroc de carte postale, ses souks, le monde partout.

Nous avons passé cinq jours dans le coin, et dès le premier matin, nous avons filé direct dans les souks. Un incontournable que tout le monde avait hâte de découvrir ou redécouvrir. Notre cousin A. avait décidé que ce n’était pas la peine de prendre un guide, et qu’on s’en sortirait très bien avec le GPS de son iPhone marocain. J’avoue que j’étais un peu sceptique, six adultes et neuf enfants dans ce dédale de ruelles et d’échoppes sans personne pour nous aider, mais finalement, ça l’a fait.

Une de mes bonnes « résolutions » de rentrée, c’est de finir de vous raconter notre voyage en famille au Maroc. Le temps a filé hyper vite, et à part ma vidéo et mon unique billet sur Casablanca, je n’ai pas pris le temps de vous raconter le reste… Je vais donc essayer de m’y coller tous les vendredis !

Voici donc notre journée à Rabat, la capitale administrative du Maroc. C’est mon père qui a joué les guides encore une fois, car il connaît très bien la ville, et il y va régulièrement rendre visite à ma grande tante (la sœur de Mamisa) qui y est en maison de retraite. Rabat n’est qu’à une petite heure de voiture de Casablanca, où nous logions chez les cousins, il nous a donc embarqués tous les cinq avec ma mère à bord de la Logan 7 places prêtée par les cousins, ambiance mini-bus de colo et zou, c’était parti pour une journée bien chargée.

Casablanca. Notre ville d’arrivée. Une ville que je connais bien, une ville que j’affectionne tout particulièrement. Mes grands-parents maternels et mes parents y sont nés, mes grands-parents paternels y ont vécu jusqu’à la fin de leurs jours. Je suis venue souvent dans cette ville, enfant, puis ado. Je n’y étais pas retournée depuis 2008 lors de ma dernière visite à Mamisa, ma grand-mère.

Je ne pense pas avoir une vision très objective de cette ville. Pour l’avoir contemplée de longs moments depuis le quinzième étage de l’appartement de Mamisa, je n’en retiens que l’incroyable luminosité, les toits blancs à perte de vue, l’océan qui la borde, la grand mosquée, mais aussi les parcs, la cathédrale, et puis cette effervescence permanente et son incroyable architecture des années 30. J’aime Casablanca pour sa beauté mais aussi ses défauts (et ils sont nombreux), et y retourner en famille, la montrer enfin à mes enfants, était très important pour moi.

Deux semaines après notre retour, et autant de temps à me battre contre les éléments informatiques, enfin, la voici, la voilà, ma petite vidéo de nos vacances au Maroc, avec les cousins !

Soleil et dépaysement garantis, à déguster sans modération, un bon thé à la menthe à portée de main, et pourquoi pas quelques pâtisseries au miel…

Avant de vous narrer nos vacances au Maroc dans le détail (il faut que je trie mes 1800 photos et que je dérushe mes 2h14 de vidéo avant), laissez-moi vous raconter l’histoire de ce petit pouf rose fluo…

Donc ce petit pouf, il m’a littéralement sauté aux yeux, au détour d’une petite échoppe planquée au fin fond du quartier des Habous, à Casablanca. Je n’avais pourtant pas du tout prévu de ramener ce genre de souvenirs, non moi mon créneau c’est plutôt les pâtisseries marocaines et les chaussures sur mesure (je vous en reparlerai) mais là, allez savoir, il était posé au milieu d’un tas d’autres petits poufs de toutes les couleurs possibles et imaginables, c’est sans doute ce rose flashy qui a attiré mon regard.