C’était samedi dernier, pour les 16 ans de notre Titou. Terminées les pyjamas parties, là c’était une vraie soirée avec ses potes, à la maison.

Pourtant les fêtes maison, on peut dire qu’on maîtrise. On en fait régulièrement, au moins une fois par an, avec nos copains, pour nos anniversaires, et pour célébrer tout plein de chouettes trucs de la vie. Bouger les meubles, vider le salon, investir la terrasse, on a l’habitude.

On a même déjà donné dans la fête d’ados avec Mamzelle, 2 ans de suite, lors des échanges franco-allemand du lycée. Si la première année a été un peu rock’n roll avec une soirée coincés dans notre chambre à ne pas oser sortir (un grand moment à lire ou relire ici) , la deuxième fois s’est passée bien plus sereinement (je raconte ça ici).

Mais là, ce n’était pas tout à fait pareil. Disons que c’était une fête d’ados ++, avec des copains globalement plus âgés que notre loustic, dont un majeur, et jusqu’au petit matin, sans couvre-feu. Titou a commencé à sortir cette année, il a déjà plusieurs fiestas à son actif, et si mon fiston fait partie des rares qui ne boivent pas, ce n’est pas le cas de la grande majorité de ses copains… Alors pas question de leur laisser la maison seuls toute la nuit.

Le jour J, Titou a fait les courses avec son papa, 4 pizzas, 3 paquets de chips et 2 bouteilles de coca (heu, c’est tout, tu es sûr ??) (t’inquiète, les copains amènent à boire) (ah, parce que c’est censé me rassurer ???) et ils ont tout installé pour la soirée. Les copains sont arrivés vers 19h, ils étaient une petite dizaine. Nous on a filé au restaurant avec notre convalescente pour leur laisser le champ libre quelques heures. À notre retour, c’était plutôt calme, ils discutaient tranquillement dans le jardin, la musique n’était pas très forte et les pizzas cuisaient dans le four. Alors on a grimpé dans notre chambre avec Mamzelle, on a regardé un épisode de Chernobyl, et vers 23h30, je me suis endormie comme une masse…

… pour me réveiller en sursaut à 1h du matin !

Musique à fond les ballons, des cris stridents dans le jardin, l’ambiance avait changé du tout au tout ! Et vas-y que ça trinque à tout va, et que ça chante, et que ça rigole bruyamment. Une fiesta normale, quoi, mais quand tu te réveilles en sursaut et que tu ne sais plus trop où tu habites ni quelle heure il est, ça fait bizarre ^__^

L’ambiance a continué à chauffer et le niveau sonore à grimper au fur et à mesure de la nuit. Je n’étais pas trop inquiète pour nos voisins, d’un côté il est très âgé et sourd comme un pot, et de l’autre, ce sont des habitués des fiestas quasiment un week-end sur deux, avec afters régulières sur le parking sous nos fenêtres… je les voyais mal venir se plaindre.

Il n’empêche, je n’ai pas pu fermer l’œil entre 1h du mat et 5h30… MrChéri descendait régulièrement pour vérifier que tout allait bien, et calmer les ardeurs des chanteurs polyphoniques qui s’égosillaient sur la terrasse. C’est là que je me suis dit qu’on avait de la chance qu’ils ne soient que 10, et pas 25 comme prévu au départ !! À un moment on a même carrément flippé car Titou et son meilleur ami avaient disparu… En fait ils étaient allé chercher un copain bien éméché qui avait décidé de repartir à pied, sans prévenir. Ils ont réussi à l’intercepter à la sortie du village (merci la carte Snapchat !) et à le ramener reprendre ses esprits dans le salon.

Bref, notre nuit n’a pas été de tout repos, il se pourrait même que sur les coups de 4h du mat, j’ai officiellement décrété que c’était la DERNIÈRE soirée à la maison.

Heureusement, vers 5h30, ça a fini par se calmer, puis tout le monde est allé se coucher, un peu dans toutes les pièces de la maison. Vers 9h les premiers sont repartis, les autres ont commencé à ranger, et à 11h la maison avait retrouvé sa configuration initiale… Nous les parents on était un peu sonnés par cette folle nuit, ambiance gueule de bois sans avoir bu une goutte d’alcool. Quant à Titou, il ne rêvait que d’aller faire la sieste !

(et avec un sens du timing qui n’appartient qu’à lui, quand Miniloup – 13 ans au compteur – est rentré de son week-end chez un copain, la première chose qu’il nous a demandée… c’est… « dites, je peux inviter des copains au mois de juillet, j’ai très envie de faire une soirée dans le jardin !!« )

(on est sympas, on n’a pas répondu tout de suite ^__^)

Billet précédent
Billet suivant

9 Commentaires

  1. Haha ça me rappelle les soirées que je faisais chez moi, du cou je comprends mieux ce qu’on du vivre mes parents 🙂 !!

      • du coup* – J’ai 27 ans je suis pas encore passé de l’autre côté de la barrière mais c’est toujours bon à savoir lol ! 🙂

  2. Je sens que mon tour arrive . Ici 15 ans dans un
    Mois et cest grosse discussion tous les soirs car il a l’impression de moins sortir que ces copains . Il a déjà été invité à des soirées où les ados avaient la maison seule sans parent pendant tous le weekend . On y va tout doucement la vie est
    Longue mais de passer de ce côté de la barrière cest effrayant

  3. C’est quelque chose que je ne pourrais jamais faire car maison très mal isolée donc on entend tout. Et même si mes parents me laissaient la maison seule : jamais de la vie. Je flipperais trop que quelqu’un casse quelque chose et je ne profiterais pas de la soirée…

    • C’est ce qui s’était passé pour la 1ère soirée de Mamzelle avec les corres allemands, ça l’avait beaucoup stressée… Son frère est nettement plus détendu sur le sujet, mais ça, on le savait déjà ! 😆

Écrire un commentaire

Combien font : *