J’ai beau savoir que c’est le fond qui prime toujours, j’avoue que j’attache une attention parfois un peu trop grande à la forme.

Je suis une vraie « bleue » qui voue une grande importance aux détails, et je suis rarement satisfaite de ce que je produis, tant au niveau des textes que des photos, et encore pire des vidéos. On appelle ça le perfectionnisme à ce qu’il paraît, mais promis, je me soigne :  depuis l’aventure WonderfulBreizh, j’ose un peu plus me lancer même quand tout n’est pas parfait à mes yeux.

Il n’empêche que les habitudes ont la peau dure, et parfois une forme un peu négligée peut venir me gâcher le fond. Ça m’agace, parce que c’est vraiment dommage. Dommage parce que je m’arrête à cet aspect extérieur, et dommage aussi parce qu’il n’en faudrait souvent pas beaucoup pour améliorer cette forme en question et obtenir un combo forme / fond gagnant ! (vous voyez je n’ai pas complètement réglé cette question)

On en parlait l’autre jour avec mon Miniloup car il a un peu tendance à mélanger cette notion de forme et de fond.

Depuis toujours, Miniloup va à 100 à l’heure, il cogite plus vite que la musique, et il a un univers intérieur particulièrement riche (comprendre : il est complètement perché). Du coup, quand il cherche à exprimer tout ce qu’il a dans la tête, ça sort… en vrac : il parle vite, trop vite, n’articule pas, et a du mal à ordonner ses pensées. Quand il écrit, c’est pareil, il oublie des mots, son écriture n’est pas très appliquée, souvent c’est illisible.

Depuis qu’il est au collège, c’est un peu difficile pour lui, notamment en français où sa prof est plus bleue que bleue, elle met une pression d’enfer sur l’orthographe, la grammaire, la présentation, etc. Elle ne laisse RIEN passer. C’est normal, bien sûr, mais  les détails c’est loin d’être le point fort de notre Miniloup, alors de notre côté non plus, on ne le lâche pas.

Comme son frère et sa sœur ne sont pas du tout comme ça et qu’il se compare toujours à eux, il a eu vite fait de se cataloguer lui-même au rayon « bête ». Pas facile d’être le petit frère de deux grands très scolaires à qui tout réussit… De toute façon, je suis bête, nous répond-il souvent quand on le corrige ou quand on lui fait remarquer qu’il aurait pu s’appliquer un peu plus.

Et ça, ça me brise le cœur.

Non mon fils, tu n’es pas « bête ». Qu’est-ce que ça veut dire, ça, d’ailleurs ? Le fond est là, et bien là, c’est juste la forme qui pêche un peu par moment, quand il s’en donne la peine, il y arrive très bien, ses derniers bons résultats sont là pour le prouver. C’est juste que parfois, il relâche la pression, un peu, parce qu’on ne peut pas être toujours à 200% sur tous les fronts.

Alors tous les deux l’autre jour, on a eu cette discussion sur le fond et la forme, sur les différentes formes d’intelligence, sur les points forts de chacun… Parce que je sais que je lui en demande beaucoup, parce que je sais que malgré moi, tout ça a un peu trop d’importance. Parce que je ne voudrais pas qu’il se décourage, parce que je ne veux plus qu’il se déprécie comme il a un peu trop tendance à le faire ces derniers temps.

Je ne sais pas si cette approche sera efficace pour lui redonner confiance et l’encourager, mais c’est la seule que j’ai trouvée pour le moment !

Billet précédent
Billet suivant

24 Commentaires

    • J’en suis convaincue moi aussi 🙂 Pas toujours facile à vivre au quotidien, et puis j’aimerais qu’il arrête de se dévaloriser autant. C’est difficile de placer le curseur « je lui lâche la grappe / on essaie de le canaliser » au bon endroit !

  1. au vue de ce que tu me racontes, je te conseille de lui faire travailler l’ancrage à travers le yoga et la méditation ce qui a terme lui permettra de mieux canaliser ses pensées, d’y voir lui même mieux, de créer de l’espace en lui… évidemment il faut le travailler sur du moyen voir long terme et surtout régulièrement… mais sinon il ne faut pas le faire à tout prix rentrer dans les cadres, il faut simplement qu’il apprenne à s’adapter… mais qu’il soit lui avec ses différences… bisous

    • Je suis tout à fait d’accord avec toi ! La danse et la lecture (il adore lire) lui font beaucoup de bien par exemple, la méditation c’est encore trop difficile pour lui. On essaie aussi de limiter les écrans au maximum, car ça c’est radical pour le faire partir en live, mais c’est pas facile de tenir face à des demandes quasi incessantes. Merci pour tes mots très justes Virginie 🙂

  2. C’est un très bon billet sur un sujet sensible qui me renvoit à mon grand et mes difficultés aussi à communiquer avec lui qui voudrait tant qu’on lâche aussi sur la forme….pas évident.
    C’est toujours un plaisir de te lire .
    Nathalie

    • Merci Nathalie ! Comme je le disais plus haut, ce n’est pas facile de placer le curseur au bon endroit, on tâtonne, on se plante parfois… mais on y croit !

  3. Son cerveau a l’air de fontionner à mille à l’heure, c’est plutôt bon signe 🙂 Moi je le vois plutôt comme un enfant créatif et je trouve ça chouette (même si je sais qu’à l’école ce n’est pas toujours évident !).
    Courage à lui !

    • Oui c’est ça, ça carbure là-dedans, même si parfois on frôle la surchauffe 😆 Ça sera un bel atout plus tard, ça l’était aussi quand il était en primaire, mais là au collège c’est dur dur… les années de 6ème et 5ème sont les pires ! (et encore, je ne vous ai pas parlé de ses « copains », quand tu ne rentres pas dans le moule commun, c’est encore plus dur !)

  4. J’ai l’impression que le collège est vraiment un moment critique pour beaucoup d’enfants.
    C’est terrible quand ils en arrivent à se déprécier car on peut vite rentrer dans le cercle vicieux « pas d’effort car de tout façon je suis bête »

    Il a la chance que tu ai mis le doigt sur le « fond » du problème. A lui maintenant de comprendre comment mettre en avant ses qualités

  5. ça me chagrine tellement qu’il se dévalorise parce que même s’il est perché (et je m’y connais en perchitude), il a de telles capacités autres ! Il s’adapte à tout ou presque en un clin d’oeil, il est vif, créatif, drôle, lumineux. Je comprends l’insistance de la prof pour le soin et l’ordre mais même avec toute la volonté du monde, c’est quelque chose qui est très compliqué à faire évoluer (je parle en connaissance de cause), surtout au collège. Des bisous à lui, à toi.

    • Merci Marjo, en effet, le soin et l’ordre ne sont vraiment pas innés chez lui, et je ne suis pas sûre qu’on arrive vraiment à le lui faire intégrer, mais bon, je ne désespère pas !

  6. Le chou. Je ne sais pas quoi te dire de constructif parce que si j’avais la solution, mon fils aurait lui-même moins de pression sur les épaules. Je vous embrasse et je suis de près les commentaires !

    • Merci Isa ! Pas facile le collège pour nos petits… mais quand je vois comment Titou s’épanouit au lycée après des années difficiles au collège, je me dis qu’il faut garder confiance !

  7. Serait-il surdoué malgré lui?
    Un esprit qui va tellement vite que la voix n’arrive pas à retranscrire les mots dans l’ordre, que la main qui écrit n’arrive pas à suivre le rythme de cette pensée frénétique, que les « copains » n’arrivent pas à adhérer à cette créativité si perspicace ?
    On a un peu le même phénomène à la maison. En cinquième cette année… des difficultés à s’organiser, à être rigoureux, à être appliqué, à être « scolaire ». Par contre, c’est une encyclopédie sur pattes qui mémorisé tout ce qui l’intéresse, c’est un creatif, un curieux, un bidouilleur.
    Il ne fera sans doute pas Polytechnique mais il est capable de gagner le concours Lépine… 😁
    Pas facile de gérer ces intelligences « différentes » mais dès lors que nous, parents, en avons conscience, c’est plus simple de soutenir notre progéniture !
    Et sinon, chez nous, l’expression « Je suis bête » ou « Je suis nul(le) » sont strictement interdites !
    Comme disait Forrest Gump, « N’est stupide que la stupidité ! » 😉😘

    • J’adore Forrest Gump 🙂 Surdoué, je ne sais pas, doué différemment ça c’est sûr… Quand il était plus petit, Miniloup voulait faire « inventeur de génie » (et pizzaïolo aussi 😂), quoi qu’il en soit, comme ton fils, il ne manquera pas de ressources !

      • Je me suis demandé aussi en vous lisant s’il n’y avait pas à creuser du côté HPI. Pas pour lui coller une étiquette, mais peut-être pour avoir des pistes pour le comprendre et l’aider. Il ne l’est peut-être pas, mais il y a effectivement des aspects de son fonctionement qui peuvent y faire penser.

  8. au vu de ce que tu décris, je pense que Mini loup est précoce. cela ne se traduit pas toujours par de bons résultats scolaires mais plutôt par un esprit vif, curieux, une mémoire impressionnante, une volonté d’aller au bout d’un sujet qui les passionne, un enthousiasme, une hyper sensibilité ( d’où les bermudas, parce que le jean ça gratte). Pas vraiment de solutions à part continuer à le nourrir de ce qui lui fait du bien et travailler l’ancrage et la méditation pour la concentration. Lui apprendre comment fonctionne son cerveau et sa mémoire et tester avec lui . Pour la forme, malheureusement parfois on a pas le choix mais il n’en voit pas l’intérêt car son esprit va plus loin et les notes ne veulent rien dire pour lui.
    Pour le reste lui rappeler que comme tout le monde il passera son permis à 18 ans mais que parfois certains font plein de détours avant d’aller au but. Bon courage en tout cas mais le soutien et la compréhension de sa maman vont l’aider. Ce sont des enfants tellement riches et attachants.

  9. Ca doit lui demander beaucoup d’effort de s’appliquer, même si je crois que vous avez raison de l’encourager à essayer car ça lui servira plus tard… Mais sa prof note t’elle les efforts fournis, la progression par rapport à ce qu’il faisait ou juste si cela correspond à ses critères à elle ? J’imagine que oui mais si ce n’est pas le cas, ça pourrait le décourager.
    Ce qui est dur je trouve c’est que finalement dans sa vie d’adulte et notamment professionnelle, il y a tant de compétences, de capacités autres que celles nécessaires pour faire un parcours scolaire brillant, du moins facile. La créativité, l’intelligence relationnelle, la capacité à entrainer les autres… Moi j’ai longtemps cru que j’étais quelqu’un de moyen, un peu banal. Et puis j’ai appris que j’avais des capacités, parfois meilleures que les autres (et parfois pas ^_^) mais en tout qui me distingue, qui font de moi quelqu’un d’unique. Ni mieux, ni pire, juste unique.
    Je suis sûre que ton Miniloup a tout ce qu’il faut pour réussir et je lui souhaite plein de courage !

    • Merci Cha ! Ni mieux, ni pire, juste unique, j’aime beaucoup… Sinon, oui sa prof encourage la progression, mais comme elle l’avait aussi l’année dernière, elle ne l’a pas loupé quand il a commencé cette année un peu en dilettante, car elle sait de quoi il est capable ! Il a mis un peu de temps à redresser la barre, mais finit très bien l’année, alors c’est encourageant !

  10. Bonjour Céline,

    Je pense vous ressembler, côté perfectionnisme, et je vis exactement la même chose que vous avec mon aîné, le seul garçon de la fratrie qui a, depuis cette dernière rentrée scolaire de septembre 2017, dû accepter que sa « petite » sœur le rejoigne à son niveau, en 4e, suite à un 2e saut de classe (elle a 15 mois de moins que lui, deux ans par année civile). Bien sûr, ils ne sont pas dans la même classe mais, comme le collège est petit, ils ont quasiment les mêmes enseignants dans toutes les matières. Donc, à la maison,nous entendons encore plus souvent qu’avant : « Je suis nul. » Pourtant, nous ne comparons pas nos enfants et nous ne leur fixons pas les mêmes objectifs.
    Et, pour couronner le tout, notre troisième enfant (qui était la sœur préférée de son frère et de sa sœur) a rejoint le paradis en août 2016. Cela a complètement chamboulé la fratrie et les rapports entre mon fils et ma fille sont encore plus tendus et conflictuels qu’auparavant car il est désormais impossible de se réfugier auprès de notre troisième enfant…
    Je ne peux donc que vous comprendre…
    Bon courage.
    Beau week-end !

    • Quelle situation difficile pour vous tous, Ysaline, je vous souhaite beaucoup de courage (je ne doute pas que vous en ayez beaucoup). Et non, nos enfants ne sont pas nuls, il faut qu’ils en aient conscience 🙂

  11. Ah là là, pas facile, en effet.

    Mais c’est super de prendre du temps avec lui pour lui montrer ses points forts !

    Je crois que c’est vraiment important de montrer à nos enfants que même s’ils ne correspondent pas toujours au moule scolaire, ils ont des talents !

    L’école est un système, avec ses petites cases à remplir. Les talents d’un enfants peuvent sortir de ce cadre et s’exprimer tout autrement, j’en suis convaincue !

    ça me fait penser à un échange avec la maîtresse de mon fils (j’en ai fait un article d’ailleurs) sur la motricité, son point « faible » , et le souhait que mon loulou « équilibre » ses compétences. On n’est pas obligé d’être bon en tout ! Zut à la fin !
    Réussir, est-ce que c’est vraiment avoir des bonnes notes partout ?

    • Pour les bonnes notes partout, je ne pense pas, mais comme tu le dis si bien, l’école est un système, avec ses cases à remplir… à nous de soutenir nos enfants et de les valoriser dans ce qu’ils savent faire de mieux… pas facile, hein ?

Écrire un commentaire

Combien font : *