Cette semaine, il y a eu la fin de notre week-end à Berlin, et un retour un peu mouvementé à cause de la neige à Paris : avion retardé, arrivée très tard au milieu de la nuit chez nous. Mais on a eu de la chance, à quelques heures près on aurait pu se retrouver bloqués sur le périph…

La vie a repris son cours en Bretagne, on a bien eu quelques flocons, mais ça n’a pas tenu, et la semaine a finalement été assez calme. En raison du bazar à Paris, j’ai du annuler les deux jours prévus dans notre belle capitale enneigée, m’offrant ainsi un peu de temps libre qui n’était pas prévu, et j’ai eu quelques bonnes nouvelles concernant le boulot.

Ce week-end, retour à la réalité familiale avec un samedi très dense : pendant que MrChéri gérait les garçons, cours de danse et compétition de tennis à l’autre bout du département, il y a eu la dernière réunion pédagogique avant le permis de conduire de Mamzelle (omagad), et ensuite nous avons filé à Nantes pour les portes ouvertes de la Fac de Médecine de Nantes. Déplacement inutile car nous sommes hors académie, et ne rentrons dans aucun des cas possibles de dérogation. C’était pourtant une de nos portes de sortie car la fac où veut aller Mamzelle l’année prochaine applique la réforme de la première année de médecine. Je ne vais pas rentrer dans les détails, mais pour résumer à partir de l’année prochaine les redoublements ne seront pas possibles à Brest, et Mamzelle tombe l’année où elle sera face à des doublants qui auront déjà passé le concours… C’est l’année sacrifiée en quelque sorte, puisque les années d’après les primants seront seuls, il y aura moitié moins de candidats pour le même nombre de places. Bref, on cherche des solutions, des alternatives, et c’est un sacré casse-tête.

Histoire de reprendre du poil de la bête, on est allé faire un peu de shopping à Nantes, puis le soir on a partagé une raclette avec des amis. Pour relâcher la pression c’est une méthode imparable ! Et aujourd’hui on est resté au calme, entre balades, siestes et lecture pour moi, jeux de société pour les autres. On est prêts à attaquer une nouvelle semaine, à fond à fond !

Bonne semaine les amis !

Billet précédent
Billet suivant

25 Commentaires

    • Ce qui est absurde, c’est surtout qu’il y a une année sacrifiée, et que toutes les facs n’appliquent pas la réforme… c’est tellement injuste, je trouve, déjà que le concours en temps normal est super difficile. On est un peu perdus…

  1. Impossible pour vous de trouver une adresse en Loire-Atlantique ? J’ai fait médecine il y a 6-7 ans en région parisienne, certains étudiants de mon lycée avaient fait ça : ils étaient domiciliés officiellement (adresses d’oncles/tantes, amis etc…) dans un arrondissement d’intérêt afin d’accéder à la fac de leur choix… Je ne sais pas si c’est toujours possible, c’est une filière où les réformes sont nombreuses, malheureusement pour les étudiants. Bon courage !

    • Je crois que c’est toujours possible en effet, mais pour l’instant on n’a personne… Mamzelle veut vraiment aller à Brest en plus, c’est vraiment pas de bol.

      • Ne pas oublier qu’elle peut aussi réussir du premier coup 😉 ! Il faut y croire, il y a plus de primants qui entrent en 2ème année que ce qu’on entend ! Bon courage à vous

  2. Une année en fac de bio, ça servira toujours une fois en médecine non ?
    Pourquoi pas une année à l’étranger pour apprendre à parler parfaitement anglais/allemand/chinois/allemand… c’est jamais perdu de maîtriser une langue.
    Je n’avais pas entendu parler de cette réforme.

    • En fait, la réforme permettrait de faire cette année de bio par exemple, mais après… Ça a été annoncé il y a 15 jours, alors que Parcours Sup était déjà en place. On a eu zéro délai pour réfléchir et penser à un plan B. Bref, ne me demande pas la logique de tout ce bazar, on a des milliards de questions à poser, on espère y voir un peu plus clair après les portes ouvertes de la fac de Brest.

  3. Je confirme, un vrai casse-tête cette réforme ! J’enseigne dans une prépa à Brest qui propose des cours de soutien pour la PACES et nos étudiants sont paumés. C’est surtout cette idée d’inégalité de traitement entre les facs qui semble particulièrement injuste.

    • Oui c’est fou je trouve ! Nous allons aux journées portes ouvertes de la fac de médecine de Brest samedi prochain, tu y seras peut-être ? Ou sinon est-ce que je peux t’envoyer un petit mail avec quelques questions ? Merci !!

  4. Non, je ne serai pas aux portes ouvertes de la fac de Brest mais à celle de mon établissement. Tu peux m’envoyer un mail, pas de souci !

  5. J’ai envoyé un mail à la rédaction de ouest France de Brest pour qu’ils enquêtent sur ce sujet (ça leur changera des chutes de téléphérique). J

  6. Envoie-la donc en année de césure à Montréal ! NON ? 😀
    Sans rire, j’ai pas du tout suivi toutes ces réformes, mais ça craint. J’espère que vous allez trouver un moyen de pas « perdre » cette année !

    • Elle en serait ravie, j’en suis certain ! Perdre une année, non, justement le principe de cette réforme est d’arrêter de gâcher son temps en cas d’échec, il y a des passerelles et des possibilités de valider ses années de L1 et L2… c’est juste que ça ne tombe pas la bonne année… pour nous 😉

  7. Rien à voir avec la choucroute (désolée mais je n’ai aucun bon conseil à prodiguer sur l’orientation de ta fille) mais ce mimosa quoi! Il remplit mon petit cœur tout rabougri par ce froid polaire de chaleur!!

    • Le mimosa et les premières jonquilles, c’est vraiment mon petit plaisir d’hiver, c’est fou, dès que j’en vois ça me met de bonne humeur !

  8. Je suis la maman d’une jeune fille en 2ème année de médecine à Rennes (reçue doublante) et la tata d’une jeune fille en 5ème année à Brest (reçue primante) et encore la tata d’une autre jeune fille qui a arrêté sa PACES à Rennes (sa seconde PACES) après les résultats du premier semestre. Elle était trop mal classée pour espérer intégrer une des filères bien qu’elle aie travaillé en mode bourin +++. Le travail seul ne suffit pas, ce serait trop simple! Humour ;)… Elle est en psycho maintenant et cela lui plait beaucoup. C’est vrai que cette réforme c’est pas de chance pour la promo 2018-2019… mais dans un sens il y aura certainement moins d’inscrits primants à Brest; ils vont tous vouloir aller à Rennes qui va se retrouver avec un afflux d’inscription… Il faut qu’elle suive son intuition. Il faut aller aux portes ouvertes de Brest et Rennes et sentir l’ambiance, discuter avec les étudiants, se faire sa propre opinion etc… Ma nièce a fait sa PACES à Brest en suivant le tutorat qui est très bien fait à Brest, elle n’a pas fait de prépa privée. Ma fille a suivi les cours de la prépa Galien les deux années de PACES et mon autre nièce aussi. La réussite est un mélange de très grosse motivation pour le métier mais il ne suffit pas de vouloir devenir médecin, il faut aimer les matières enseignées car il faut y passer sa vie surtout en PACES (maths, physique, bio à gogo jusqu’à l’indigestion…) et posséder un sang-froid à toute épreuve, rester zen malgré la pression. Les parents jouent aussi un très grand rôle pour le soutien moral, faire le punching ball, l’intendance et assurer des conditions de travail optimales ( calme à la maison le week-end par exemple) . Il ne faut rien négliger! Bon courage à vous et suivez votre intuition, votre feeling!

    • Merci beaucoup Fabienne pour ce long commentaire qui fait du bien à lire ! Elle va suivre son intuition, j’ai confiance en elle, et les portes ouvertes de Brest nous ont aussi beaucoup aidés… quant à l’intendance et le punching ball, haha, on est prêts ! (enfin j’espère 😂) Merci !

  9. Ca m’amuse tous ces numéros 1 (souvent des filles !) de nos amis qui veulent faire médecine ! Notre numéro 1 s’est accrochée 1/2 année, puis a décidé que l’ambiance, les matières, tout ça, ce n’était pas tout à fait elle, et a passé 4 concours d’orthophonie. Ratés la premiere année, elle est maintenant en prépa orthophonie et passe plein de concours cette année. Pour le coup ils peuvent postuler partout (tant qu’ils payent le concours !), mais doivent se préparer à plein d’épreuves différentes selon les villes !
    Elle fait le tour de France des concours !
    On verra le résultat, c’est aussi très difficile (20 à 30 places pour 2000 à 3000 candidats par ville ), mais elle est épanouie et heureuse de ce qu’elle fait !
    Ça vaut toujours la peine de se lancer, rien n’est jamais perdu !
    Bon courage à elle et vous et bonne chance !

  10. Bonjour,

    Je ne suis pas encore concerné par les études supérieures de mes enfants, mais la fille d’un ami est allée faire médecine en Roumanie à Cluj et ça marche très bien. C’est plus structuré qu’en France et ca a l’air sérieux. Ca peut être une alternative aux universités françaises…

    • Merci Claire… Bon pour l’instant on va rester en France, je vois mal ma fille partir en Roumanie sans avoir tenté dans son propre pays 😉 mais j’en ai entendu parler effectivement, tout comme pour les études de kiné, une autre de ses envies.

Écrire un commentaire

Combien font : *