Début octobre, j’ai été invitée par l’Office de Tourisme de Bourgogne pour un blogtrip de deux jours à Dijon et Beaune, afin de découvrir les petites merveilles de cette belle région.

J’étais accompagnée d’une super team de blogueurs : mes chères Joëlle et Lilou avec qui c’est toujours un plaisir de partir et Jean-Philippe Capra311, un instagrameur aussi doué que sympa ! Il y avait aussi la pétillante Pénélope de MyBourgogne, et Adeline, accompagnatrice au top. J’adore ces ambiances de blogtrip où on rencontre des gens passionnés et passionnants, et ce week-end n’a pas dérogé à la règle, on a ri comme rarement j’ai pu rire pendant deux jours… L’alchimie était bel et bien là !

Mais revenons à nos moutons si vous le voulez bien, que je vous raconte notre séjour… Nous avons commencé par la belle ville de Dijon, après un court voyage en TGV. Dijon, je ne connaissais pas du tout, à part peut-être la moutarde, et encore (je ne suis pas fan de moutarde) (mais j’ai un peu revu ma position depuis…)

Samedi matin, quoi de mieux pour commencer qu’un petit circuit ludique et urbain pour se mettre dans le bain et découvrir tranquillement la ville ?

• Le parcours de la Chouette

Le parcours de la Chouette – emblème de la ville – c’est 3 km de balade et 22 étapes pour en savoir plus sur Dijon. Nous avons ainsi pu flâner dans les rues, le nez en l’air, et prendre des tonnes de photos. La ville est superbe, et tellement riche architecturalement parlant… des façades en bois du Moyen Âge, en passant par les magnifiques toits de tuiles vernissées, quelques étonnants immeubles Art Nouveau, le Palais des Ducs, la cathédrale… un vrai bonheur pour les mirettes !

(la fameuse chouette, qu’il faut caresser les yeux fermés en se tenant face au nord pour voir ses vœux exaucés)

 

• Les Halles de Dijon

Le passage obligé lors de notre balade, ces magnifiques halles construites à la fin du XIXème siècle abritent un très beau marché que nous avons pris grand plaisir à arpenter en ce samedi matin… Début d’automne oblige, les étals regorgeaient de champignons de toutes sortes, de courges, citrouilles… un endroit à ne pas louper !

➤ Halles de Dijon – rue Odebert 21000 Dijon

 

• La moutarderie Fallot

Ah, et voici la fameuse moutarde de Dijon ! Je vous le disais, je ne suis pas fan à la base de ce condiment, mais la visite – et surtout la dégustation – de la maison Fallot m’a fait un peu changer d’avis… Ici tout est fabriqué à l’ancienne, les graines de motarde sont broyées à la meule de pierre.

J’ai pu goûter – et apprécier – différentes saveurs, et je n’ai pas résisté au plaisir d’en ramener à la maison finalement : de la moutarde de Bourgogne labellisée IGP (elle est fabriquée avec des graines produites en Bourgogne et du vin de Bourgogne d’appellation d’origine contrôlée), et de la moutarde au pain d’épices (originaire de Dijon également). Il en existe des tas d’autres variétés, dans différents contenants, pour ma part j’ai craqué pour les petits pots en grès, à l’ancienne, que l’on peut re-remplir par la suite.

➤ Moutarderie Fallot – 16 rue de la Chouette 21000 Dijon

 

• La fabrique de pain d’épices Mulot & Petitjean

Autre incontournable gourmand de Dijon et complète découverte pour moi : son fameux pain d’épices ! C’est une véritable tradition dijonnaise qui date des Ducs de Bourgogne, les fabriques de pain d’épices se développent particulièrement au XIXème siècle jusque dans les années 1940. Les maisons ferment ensuite les unes après les autres, il ne reste désormais plus que la maison Mulot & Petitjean, fondée en 1796.

Si on ne peut visiter directement les ateliers de fabrication, il y a la possibilité néanmoins de découvrir l’univers du pain d’épices par le biais d’un petit musée familial qui raconte l’histoire de ce pain d’épices particulier (la recette est différente de celle du pain d’épices alsacien) en mettant en scène les ancêtres de Catherine Petitjean, l’actuelle directrice de la maison, ainsi que les employés actuels, via des petites vidéos qui expliquent pas à pas la fabrication du pain d’épices… C’est particulièrement bien fichu, et super intéressant !

Après la visite du musée, place à la dégustation des produits phare de la maison : le pain d’épices en bloc, ou sous forme de figurines, nature ou glacé au sucre, mais aussi les nonnettes et mini-nonnettes fourrées délicieuses (mes préférées ? à l’orange et au cassis !), et d’autres confiseries d’un autre temps mais tellement délicieuses !

J’ai forcément encore craqué, et acheté plein de douceurs… je peux vous dire que ma valise pesait bien plus lourd au retour qu’à l’aller !

➤ La Fabrique de Pain d’Épices Mulot & Petitjean – 6 boulevard de l’Ouest 21000 Dijon

 

• Le cassis de Dijon chez Isabelle et Sylvain OLIVIER

Un peu en dehors de Dijon, à Nuits-Saint-Georges (quel joli nom !) plus précisément, Isabelle et Sylvain Olivier nous attendaient pour nous parler de cassis, cette autre grande spécialité de la région. Fervents défenseurs de l’agriculture paysanne et de la culture biologique, ils cultivent au sein de leur ferme Fruirouge toute une gamme de petits fruits rouges : cassis, framboises, fraises, groseilles, cerises et pêches de vigne qu’ils transforment ensuite sur place en sirops, crèmes, confitures, beurres (et même ketchup !)…

Sylvain est un personnage haut en couleur que l’on pourrait écouter parler pendant des heures… Il nous a raconté ses débuts, ses difficultés, ses succès parfois inattendus, sa passion de la culture les mains dans la terre et de la transformation maison, à petite échelle, dans ses magnifiques bassines en cuivre… Ses produits sont tout simplement exceptionnels, le grand Ducasse lui-même ne s’y est pas trompé puisqu’il se fournit ici en crèmes et confitures.

Nous avons bien évidemment pu déguster plein de produits, dont la star de la région : la crème de cassis de Bourgogne labellisée IGP. Les crèmes devrais-je dire, car Sylvain et Isabelle en concoctent de différentes selon le taux d’alcool et même suivant les heures de récolte des fruits ! Par exemple, la crème de cassis à 18° d’alcool se savoure nature, celle à 15° est parfaite avec un bourgogne aligoté pour un kir 100% authentique !

Je ne vous surprendrai pas si je vous dis que j’ai encore fait quelques emplettes : de la crème de cassis, de la confiture, et même un peu de ketchup de cassis, un délice !

➤ Ferme Fruirouge – 2 place de l’Église, Hameau de Concoeur 21700 Nuits-Saint-Georges

 

• Où déjeuner près de Dijon ?

Vous l’avez compris, notre séjour en Bourgogne était clairement sous le signe de la gourmandise… Nos repas n’ont pas fait exception, nous avons très bien mangé ! Samedi midi, nous étions au Castel de Très Girard, une très belle demeure à quelques kilomètres de Dijon, sur la commune de Morey-Saint-Denis.

Entourés par les vignes, ce Castel est une très belle demeure, la déco y est magnifique, et le contenu des assiettes est à l’avenant. Nous nous sommes régalés de planches de tapas à la bourguignonne, suivies d’une fregula sarda de homard aux petits légumes. Mamamia, quel délice !!

À noter que le restaurant propose un choix de plus de 1000 vins dont une grande partie de crus locaux. Heureusement le sommelier nous a aidés à choisir !

➤ Castel de Très Girard – 21220 Morey-Saint-Denis

 

• Où dîner à Dijon ?

Notre premier dîner s’est déroulé au Pré aux Clercs by Georges, un restaurant réputé en plein centre de Dijon, sur la magnifique place de la Libération. La vue de nuit depuis la salle vaut particulièrement le coup d’œil. Quant à la carte, elle est signée Georges Blanc, prestigieux chef étoilé.

Ce soir-là, nous avons pu déguster une entrée chaude avec escargots de Bourgogne, œuf mollet et petits oignons confits, suivie d’un quasi de veau absolument parfait. Une délicieuse petite tarte aux figues pour couronner le tout et j’étais prête à dormir du sommeil du juste ! (après une petite balade digestive dans Dijon by night, tout de même ^__^)

➤ Le Pré aux Clercs by Georges – 13 place de la Libération 21000 Dijon

 

• Où dormir ?

Nous avons passé notre première nuit au Vertigo Hôtel ****, situé en plein de centre de Dijon, dans un magnifique bâtiment des années 20, inscrit au titre des monuments historiques. À l’intérieur, c’est hyper moderne et coloré, et la particularité des chambres, c’est de proposer un lit… suspendu ! (Vertigo, vertige, vous l’avez ?)

Les chambres sont vraiment surprenantes, l’accueil se fait au son de Vertigo de U2, une grande colonne sert à la fois de miroir et de base télé / multimedia, il y a un tableau fixé de travers au plafond (cela en a perturbé certains, n’est-ce pas Jean-Philippe ?  ^__^) et la salle de bain est hyper moderne. J’y ai super bien dormi, et le petit déjeuner est excellent.

(bon et puis le bar à bonbons, on en parle ?)

➤ Vertigo Hôtel **** – 3 rue Devosge 21000 Dijon

✭ ✭ ✭

Voilà, notre première journée en Bourgogne est terminée, je reviens vite vous raconter la suite, avec la découverte de Beaune et un vol en montgolfière au-dessus des vignes… un moment magique !!

Merci MyBourgogne pour ce superbe week-end,
et un bisou à mes super compagnons de voyage :
Joëlle, Lilou, Jean-Philippe, Pénélope et Adeline !

Billet précédent
Billet suivant

14 Commentaires

  1. Autant je n’aime pas la moutarde, autant j’adore le pain d’épices et les nonnettes à l’orange 🙂 . Rien que pour ça, le séjour en Bourgogne vaudrait le détour (là, c’est la gourmande qui parle).
    Hâte de découvrir ton vol en montgolfière 🙂

    Cécilia

    • Oui, c’était un séjour très gourmand, on s’est régalé ! Tu sais, j’ai un peu changé d’avis sur la moutarde, en petite quantité et bien parfumée, finalement j’aime ! Les nonnettes à l’orange me font penser aux Chamonix de mon enfance… c’est trop trop bon !!

  2. Bonjour,

    Merci pour cette balade dans ma région natale. Vous m’avez fait saliver en évoquant les délicieux pains d’épice Mulot & Petitjean qu’une voisine nous offrait chaque fois qu’elle retournait à Dijon, sa ville natale.

    Belle journée !

  3. Huuum, j’ai aussi de très bons souvenirs gastronomiques de Bourgogne 🙂 Et en plus c’est vraiment joli. La région demanderait à être davantage mise en avant, je trouve!
    Mais une question subsiste pour moi : quel est le rapport entre la chouette et Dijon?

Écrire un commentaire

Combien font : *