(en partenariat avec La Roche-Posay)

Pour cette deuxième SkinMasterClass de l’année avec La Roche-Posay, nous avons abordé une thématique qui me tient particulièrement à cœur : la protection solaire.

Je vous en parle régulièrement, et j’aime souligner que cela peut sembler paradoxal lorsque comme moi on vit en Bretagne, mais c’est une réalité de notre vie de tous les jours : je suis particulièrement exposée au soleil, et mes enfants aussi. Comme il fait très rarement des températures caniculaires ici, nous sommes quasiment tout le temps dehors, notamment aux heures les plus sensibles entre 11h et 16h… et si le soleil semble moins taper, voire même si le ciel est un peu voilé, le rayonnement solaire est bel et bien là, et ses petits UV aussi ! La jolie teinte abricot de mes enfants dès le mois de mai et les taches qui s’installent au fil des années sur mon visage peuvent en témoigner…

Bref, je suis devenue une vraie psychorigide de la protection solaire depuis que je vis en Bretagne… Dès les beaux jours je ne sors pas le matin sans une protection SPF30 minimum sur le visage et sur les mains, et je ne vous parle même pas de la plage. J’attendais donc cette nouvelle rencontre avec La Roche-Posay avec impatience, histoire de mettre à jour mes connaissances et de vérifier que je ne faisais pas fausse route dans ma protection solaire…

Le soleil :

Si les bienfaits du soleil sont nombreux – c’est un très bon anti-inflammatoire, il permet au corps de synthétiser de la vitamine D et il influe positivement sur notre moral – il n’en reste pas moins dangereux pour notre organisme si on ne se protège pas suffisamment. Le bronzage que l’on affectionne tant n’est autre qu’une réponse de notre corps face à une agression. C’est nettement moins glamour vu comme ça, n’est-ce pas ?

Le rayonnement solaire est composé d’UVA et d’UVB. Ce sont les UVA qui oxydent la peau et donnent l’effet bonne mine. Ils sont responsables du vieillissement cutané. Les UVB brûlent sans qu’on le sente et pénètrent profondément l’épiderme. Sur le long terme, le combo UVA + UVB peut mener au cancer de la peau, le tristement célèbre mélanome.

Chaque individu dispose de son propre capital solaire qui s’épuise au fil des années. Il est donc très important de le préserver dès le plus jeune âge, et pour cela il n’y a pas 36 solutions, pour les plus jeunes, on évite le soleil, et pour les autres, il faut se protéger !

Les bébés de moins de 3 ans par exemple ne devraient jamais être exposés directement au soleil. Si vraiment on n’a pas le choix, il faut opter pour des habits anti-UV, chapeaux, casquettes, lunettes de soleil, etc. On peut mettre de la crème solaire adaptée aux plus jeunes, en évitant le contour de la bouche et les mains pour les bébés, car ils ont tendance à les mettre dans la bouche.

Quoi qu’il en soit, il faut fuir le soleil entre 11h et 16h, c’est le moment où le rayonnement solaire est à son maximum et où il fait le plus de dégâts.

Les pathologies liées au soleil :

Le Vitiligo est une pathologie génétique qui provoque une dépigmentation de la peau : les cellules immunitaires suppriment les cellules pigmentées (la mélanine). MrChéri en est atteint depuis des années, sur le visage, les mains et les articulations, ce n’est pas dangereux, mais esthétiquement assez contraignant. Il existe des traitements mais ils ne fonctionnent pas chez tout le monde malheureusement. Au quotidien, il faut donc se protéger avec de la crème SPF 50 et éviter au maximum le soleil. La bonne nouvelle, c’est qu’après 20 ans d’étude, il a été montré qu’il y a moins de cancer de la peau sur le vitiligo que sur les peaux normales. Ça m’a beaucoup rassurée, car souvent, malgré une protection intense, les plaques blanches de MrChéri virent au rouge vif quand il prend le soleil, j’ai toujours peur que ça dégénère en mélanome !

Autre pathologie liée au soleil, le Mélasma, autrement appelé masque de grossesse. C’est une pigmentation profonde qui provoque des taches sur la peau. Malgré son nom, on peut en développer en dehors d’une grossesse car les facteurs déclenchants peuvent être génétiques ou solaires, pas uniquement hormonaux. Le melasma peut toucher les pommettes, les lèvres ou encore le front… J’ai une tache très prononcée sous l’œil gauche, et en bordure des lèvres. Une forte protection solaire est recommandée, il existe également des traitements dépigmentants à voir avec un dermatologue. Quoi qu’il en soit, il ne faut surtout pas frotter son mélasma, il risque par réaction de s’épaissir, et d’être encore plus visible.

La Lucite, ou urticaire solaire, est également provoquée par le soleil. Elle se manifeste par des petits boutons souvent douloureux qui apparaissent sur les zones qui ont été exposées au soleil. Ce sont souvent les peaux les plus claires qui sont le plus touchées, mais pas obligatoirement. Les boutons apparaissent lors des premières expositions, ensuite la peau s’épaissit et les boutons finissent par disparaitre au bout de quelques jours. Il faut donc prendre quelques précautions et bien préparer sa peau avant de s’exposer au soleil. Les gélules anti-oxydantes à base de béta carotène sont en général assez efficaces. Il faut bien évidemment ensuite se protéger en utilisant une crème solaire avec un indice de protection élevé (SPF 50 minimum)

La pathologie liée au soleil la plus redoutée est le Mélanome. C’est un cancer de la cellule pigmentaire de la peau qui s’apparente dans 99% des cas à une tache brune (qui ne ressemble pas forcément à un grain de beauté). Les facteurs de risque sont multiples : il y a des prédispositions génétiques, mais aussi un phototype clair et/ou des expositions et des coups de soleil trop tôt dans l’enfance. Le mélanome est un véritable fléau qui emporte plus de 1600 personnes par an, dont un grand nombre ont entre 15 et 35 ans. On s’en rend compte malheureusement trop tardivement, il est donc important de faire vérifier ses grains de beauté régulièrement. C’est ce que je fais tous les ans chez mon dermatologue, car j’ai énormément de grains de beauté répartis sur l’ensemble du corps.

Il faut tout de même savoir que dans 20% des cas le mélanome est issu d’un grain de beauté qui dégénère. Dans 80%, c’est une nouvelle tache qui apparaît.

Pour checker facilement et régulièrement ses grains de beauté, les dermatologues ont développé la méthode ABCDE. C’est un premier outil qui ne pas remplacer un dépistage chez un dermatologue, mais cela peut donner un premier signe d’alerte :

• A pour Asymétrie : vérifier que les grains de beauté sont plutôt ronds et symétriques

• B pour Bords : les bords doivent être réguliers et géométriques

• C comme Couleur : la couleur des grains de beauté doit être bien homogène

• D comme Diamètre : attention si celui-ci supérieur à 6 mm

• E comme Évolution : surveiller si le grain de beauté est évolutif dans sa taille (largeur), sa couleur ou son épaisseur. C’est le critère le plus important.

Pour télécharger la méthode ABCDE, c’est par ici > http://www.laroche- posay.fr/resources/FR/abcde-method_FR.pdf
Au moindre doute, on file chez son dermato. Et pas de panique, gratter ou égratigner un grain de beauté ne provoque pas le cancer !

La protection solaire

Les crèmes solaires contiennent des filtres – chimiques et/ou minéraux – qui bloquent les UVA et les UVB. Le degré de protection est obligatoirement indiqué sur le produit, il s’agit du sigle SPF. Attention, un indice de protection SPF 50 ne veut pas dire que le produit protège pendant 50 minutes, mais qu’on met 50 fois plus de temps à prendre un coup de soleil que sans crème.

Dès que l’on s’expose, il est important d’utiliser des indices de protection élevés, et de renouveler plusieurs fois leur application, notamment si on se baigne. Mais il faut aussi méfier même quand on n’est pas à la plage : en terrasse, en balade, lorsqu’on est dans son jardin ou quand on fait du sport… On peut même prendre des coups de soleil derrière une vitre ! (on a tendance à l’oublier mais ça m’est déjà arrivé >__<)

Pour ne pas se laisser prendre de cours, La Roche-Posay a développé un patch UV qui se colle sur la peau et qui est connecté à une appli dédiée. On met de la crème sur la peau, y compris sur le patch, on scanne régulièrement et on a le résultat sur son smartphone. Il y a même un rappel pour checker en temps en et en heure. Ça a l’air un peu gadget dit comme ça, mais c’est super utile ! Ces patches ne sont pas en vente mais offerts lorsque vous achetez la crème Anthélios enfant.

Si vous avez des questions sur la protection solaire en général ou sur mon article en particulier, n’hésitez pas, les commentaires sont faits pour ça !

(un chouette moment avec les copines Marjo, Camille et Morgane !)

 

★ Bonus bag ! Je vous propose de gagner des produits solaires La Roche-Posay sur ma page Facebook avec notamment mon coup de cœur de cet été le gel Anthélios Wet Skin enfant, et des patchs UV ! On se retrouve là-bas ?

(les photos exceptées la 1ère sont de Emilie Deville et la jolie scénographie a été créée par Poulette Magique)

♥ Gribouillé par Céline / Shalima le 5 juillet 2017.
♥ lu 1 241 fois

Et aussi...

8 Commentaires

  1. Bonjour, j’utilise les produit des cette marque depuis longtemps. Merci pour la présentation de la gamme solaire. Belle journée

  2. lexou dit :

    Chaque année je fais un stock de crèmes indice 50 pour l’été.Centre aéré, vacances, sorties…je vais aller regarder un peu la compo des produits en pharmacie!Merci!

  3. Merci Céline pour ce post très intéressant qui rappelle bien les dangers du soleil et ce, même en Bretagne !
    Pour ma part, je consulte chaque année le site UFC QUE CHOISIR afin de choisir la meilleure crème solaire grâce aux études comparatives qu’ils font. Et il y a parfois de sacrées surprises, les crèmes solaires les plus chères n’étant pas forcément les meilleures…

    • C’est vrai ! Pour ma part, je privilégie peu de marques, mais elles ne m’ont jamais fait défaut… et La Roche-Posay fait partie de mes préférées. La nouveauté gel Wet Skin de cette année est vraiment géniale !

  4. marionromain dit :

    Merci d’avoir partagé les enseignements de la Master class. Je ne jure que par la crème Indice 50, et je suis assez drastique avec le tartinage (peau de rousse, taches de rousseur et grains de beauté innombrables, il faut ce qu’il faut), mais j’ai toujours le sentiment que je ne suis pas encore assez protégée !

    • Comme je te comprends ! J’ai été un peu traumatisée par mes coups de soleil enfant et ado… je multiplie les protections (crème, chapeau, manches longues quand il ne fait pas trop chaud) et je n’oublie pas les mains, qui commencent à être un peu tachées…

Laisser un commentaire

Les * indiquent les champs obligatoires.


Combien font : *