luxation épaule récidive

Or donc, je vous disais que nous étions revenues, Mamzelle et moi, un peu cabossées de nos vacances…

Pour Mamzelle c’était particulièrement spectaculaire, elle s’est de nouveau luxé l’épaule et n’a pas fait semblant, cette fois l’épaule est complètement sortie de la clavicule (pardon the details >__<). C’était le 13 août, nous n’avions pas fini notre première semaine de vacances dans les Corbières. On n’a rien vu venir, Mamzelle jouait au volley dans la piscine, elle a smashé de toutes ses forces, et… voilà. Elle a réussi à tout remettre en place au bout de quelques minutes seulement, je peux vous dire qu’elle a dégusté. Ensuite on a filé chez le médecin juste avant qu’il ne ferme, puis aux Urgences de Narbonne à 45 minutes de là.

La blagounette a duré tard dans la nuit avant qu’elle ne passe une radio et qu’on lui prescrive une attelle (qui n’était plus en stock, elle a donc du se contenter d’un bandage jusqu’au lendemain). Bien sûr, on était parti précipitamment, le maillot encore mouillé, sans rien à lire ni manger, les batteries des téléphones quasi à plat. Qu’elle a été longue cette soirée, on en rigole un peu maintenant, mais je vous déconseille la balade nocturne aux urgences de Narbonne, niveau confort de la prise en charge c’était pas trop trop ça. Heureusement l’interne qui a fini par s’occuper de notre Mel Gibsonnette nationale était super sympa. Et à notre retour à Fraïsse, un bon plateau de fromages et de charcuterie nous attendait gentiment dans la cuisine !

Le lendemain, après une nuit un peu pourrie, alors que toute la troupe des copains était partie en balade, j’ai embarqué Mamzelle direction la pharmacie la plus proche (une dizaine de bornes à peine), croisant les doigts qu’ils aient une attelle disponible, vu qu’on était la veille du week-end et du 15 août et que le lundi on était sensé être en Espagne… Ô joie, le gentil pharmacien en avait une, un chouilla grande, mais en faisant 2 tours de bande latérale, ça allait impec. Emballé c’est pesé, on a pu repartir et suivre le cours de nos vacances à peu près sereinement. C’est que Mamzelle est devenue TRÈS agile avec un seul bras, et le bandage de la première nuit aux urgences lui a permis de se baigner sans trop de souci. Et le doliprane a été assez efficace rapidement. Limite la routine, quoi.

Enfin, elle ne va pas couper à pas mal de séances de kiné pour renforcer son épaule, et remuscler son petit bras qui a tout fondu. Elle doit porter son attelle encore une bonne semaine. Et comme c’est une récidive qui a eu lieu sans chute ni choc, elle va devoir voir un orthopédiste qui décidera si une opération est nécessaire pour éviter que la blague ne soit un peu trop récurrente… La reprise de la danse, c’est pas pour tout de suite ! (et ça, je peux vous dire que c’est dur dur à vivre pour elle)

syndromeessuieglace

De mon côté, c’est mon genou qui me cause quelques soucis. Tout a commencé le 3 août lors de mon entraînement running pour le Tour de Houat. Une sortie longue avec MrChéri, une douleur au genou gauche au bout de 8 kilomètres… Je m’arrête, je reprends, j’arrive tant bien que mal à finir mes 12 kilomètres. Un peu de repos, la douleur passe puis quelques jours après, je repars courir, du fractionné cette fois. Et là, nickel, aucune douleur durant ces 5 kilomètres, pas même quand j’accélère. Je me dis que c’est bon, et je mets mes affaires de running dans ma valise, direction les vacances !

Quelques jours après, je rechausse mes baskets, à Fraïsse, pour une sortie longue avec les copains dans les vignes des Corbières. J’ai une forme du tonnerre, le souffle impec, mais au bout de 3 kilomètres et demi, la douleur, la même que 9 jours avant, revient, en plus fort cette fois. Je m’arrête et décide de rentrer à la bergerie. J’essaie de trottiner sur le plat, mais rien à faire, j’ai beaucoup trop mal. Une fois rentrée, je glace mon genou, Gaël me passe son arnica magique de cheval (true story), il ne me reste plus qu’à me reposer (enfin, arrêter de courir) jusqu’à notre retour en Bretagne, 10 jours après. La douleur s’estompe vite au quotidien, ne se rappelant à mon bon souvenir qu’en descente et dans les escaliers.

Retour en Bretagne, à J-8 du Tour de Houat, je décide de tester de nouveau mon genou, en douceur. C’est la sortie de la dernière chance. Malheureusement, au bout de 2 kilomètres à peine, il me faut m’arrêter. Je déclare forfait pour Houat et je suis vraiment dégoutée.

Je suis allée voir mon ostéo, pour lui c’est sans appel : je souffre du syndrome de l’essuie-glace (encore appelée syndrome de la bandelette ilio-tibiale), une tendinite du genou très courante chez les coureurs, causée par un désaxement du tibia et des gestes répétés (c’est pour ça que je n’ai mal qu’au bout de quelques kilomètres de rythme régulier, et pas pendant les fractionnés par exemple). Il m’a remis tout en place, et vivement conseillé d’aller voir mon kiné préféré pour rééduquer tout ça. En attendant que la tendinite guérisse, arrêt complet de la course… voire une genouillère spéciale pour ma reprise.

Rien de grave donc, mais c’est pas trop la joie non plus. Je ne sais pas si je vais pouvoir reprendre la danse tout de suite, en tout cas, j’arrête la course à pied jusqu’à notre retour de Chine, soit dans 2 mois… Ça va être looooooong !

 

Billet précédent
Billet suivant

6 Commentaires

  1. Rholala 🙁

    Telle mère telle fille …

    J’espère que vous allez vite vous remettre toutes les deux !

    Mon papa vient de se faire poser le même diagnostique que toi et trouvait le nom du syndrome plutôt marrant 🙂 Par contre, les douleurs nettement moins …

  2. Pioufff c’est galère tout ça même si c’est du relativise! Pauvre Mamzelle ça doit pas être terrible mais si l’orthopédiste l’opère ça devrait aller mieux (mais une opération c’est relou^^)

  3. Ca craint grave, moi j’ai réussi à me couper sous les deux pieds en marchant sur le sable mais pas le même jour et me faire mal aux orteils en me baignant, saleté de caillou.
    Es tu sur que tes chaussures de running te sont adaptés (parole de runneuse) ?

  4. Oh non navrée de lire pour le syndrome de l’essuie glace qui touche bien des runners malheureusement 🙁 c’est trop triste de ne pas pouvoir aller se défouler quand on en a besoin ! En tout cas le tour de Houat avait l’air génial j’ai suivi à travers l’expérience de @annecairebcn 😀

    En tout cas bon rétablissement à vous deux 🙂

Écrire un commentaire

Combien font : *