Il y a fort fort longtemps, pas aux débuts de ce blog, mais presque (2007, en échelle de blog, c’est presque le moyen âge), j’avais commencé une série de billets intitulés « Telle mère, telle fille » (déclinée en « Tel père, tels fils » et « Telle maman, tels Korrigans », aussi…). Le tout premier billet concernait déjà des Bensimon, c’est vous dire si c’est une longue histoire d’amour entre ces tennis, et ma fille et moi. C’est juste qu’en 2007, la différence de pointure entre nous deux était nettement plus importante qu’aujourd’hui. Ah, et on les portait plus volontiers à élastique qu’avec des lacets…

Aujourd’hui, en 2013, on continue à porter des Bensimon, et plutôt deux fois qu’une… Les dernières venues dans notre doux foyer sont ces petites merveilles créées en collaboration avec le journal Milk. Peintes à la main façon Jackson Pollock, ce sont des modèles uniques et collector dont tous les bénéfices de la vente seront reversés à l’association “Un Miracle pour Noah, qui lutte contre une maladie génétique rare. Il ne reste plus que quelques paires disponibles sur l’eshop, mais c’est une belle idée de customisation, vous ne trouvez pas ?

Merci Milk et Bensimon pour ce joli cadeau !

 

Billet précédent
Billet suivant

11 Commentaires

  1. Pareil chez nous 🙂 Tous les printemps, on trouve une jolie paire de Bensimon pour ma grande (sa petite soeur récupère ses anciennes Bensimon) et généralement je craque aussi pour une paire (oui je ne grandi plus des pieds, et alors?!).
    Bref, Bensimon chez nous, c’est une histoire de famille aussi.

    Superbe ces modèles peinturlurés 🙂 J’adore!

  2. Vous êtes très jolies par les pieds ;-). Je ne connaissais pas du tout la marque, j’ai fait une découverte ce soir.

    Pas de « Telle mère, telle fille » par ici, mais ça pourrait venir dès que mini-miss aura un peu grandie 😉

Écrire un commentaire

Combien font : *