Une danseuse classique sans chignon, c’est un peu comme Djobi sans Djoba Tintin sans Milou, il manque quelque chose, non ?

En tout cas, c’est ce que je me tue à répéter à Mamzelle. Pas question de débouler en cours de danse classique sans être correctement coiffée.

Jusqu’à présent, ça ne se passait pas trop mal, la miss se laissait faire de bonne grâce. Il faut dire que depuis 30 ans que je fais de la danse (ça ne nous rajeunit pas) j’ai chopé le coup de main, et je ne me débrouille pas trop mal, je fais ça plutôt vite et bien. En deux minutes dans les vestiaires du conservatoire, hop, c’est plié (enfin, c’est tournicoté et épinglé).

Mais depuis quelques temps, Mamzelle semble penser que se faire coiffer par sa mère dans les vestiaires, devant les copines, c’est un peu la honte. Même si ses vestiaires sont aussi les miens, puisque j’ai cours juste après elle, et que les copines en question me connaissent depuis des années, viennent me faire la bise à chaque fois et me tapent la tchatche régulièrement entre les cours. Mais bon, c’est comme ça, l’adolescence ça s’appelle.

L’autre jour, le vent de la rébellion a soufflé un peu plus fort que d’habitude. Ma demoiselle a râlé tout du long de la séance de coiffage, et est ressortie furax du cours, parce que son chignon n’avait pas tenu correctement. Elle a donc décidé que désormais, c’est elle, et elle seule qui allait se coiffer. Je lui dis OK, mais à une seule condition, c’est qu’elle me prouve avant le prochain cours, à la maison donc, qu’elle était capable de le faire correctement.

Je ne me faisais pas beaucoup d’illusion, avec son épaisse tignasse raide comme la justice et son dégradé, j’étais quasiment certaine qu’elle n’y arriverait pas.

Le dimanche suivant, Mamzelle a passé 25 minutes dans la salle de bains, utilisé 3 élastiques et 72 épingles à cheveux, déchiré 2 filets à chignon, vidé la moitié de la bombe de laque, et c’est le regard conquérant et la tête haute qu’elle m’a montré… SON chignon.

La chance du débutant ? Peut-être, peut-être pas, force était de constater qu’il était plutôt pas mal réussi son petit chignon, je lui ai donc donné son feu vert pour le prochain cours. Ah, fallait voir comme elle était fière comme un Barbapapa. Renvoyée dans ses 22 la mère envahissante !

Le mardi suivant, je l’ai laissée partir seule dans les vestiaires et je me suis tranquillement attablée dans le hall avec mon ordi et un thermos de thé. Eh bien, je vous le donne en mille Émile, il n’a pas fallu cinq minutes pour qu’elle déboule en justaucorps, armée d’une brosse à cheveu et d’un filet à chignon. Elle avait beau avoir lutté, demandé de l’aide à ses copines, impossible de refaire sa fichue coiffure de l’avant-veille. Je n’ai évidemment pas pu m’empêcher de lui faire une petite remarque du genre « mais, tu es sûre que tu as envie que je t’aide ? ». Heureusement, ma fille a de l’humour, alors on a rigolé toutes les deux, et puis je l’ai coiffée, bien contente au fond qu’elle ait encore un peu besoin de moi !

 

24 Commentaires

  1. Frangibus New-Toulonibus Répondre

    Aurait-elle hérité du caractère familial ? Et de l’humour nécessaire pour s’en tirer la tête haute 😉

    :dot: Il semblerait, oui !

  2. J’avoue j’ai eu la période dans ce genre mais avec mon épaisse tignasse qui m’arrivait aux fesses, j’ai très vite renoncé et pourtant, je n’ai pas tenté le chignon mais juste la demi queue!
    Quelle délivrance quand j’ai coupé mes cheveux aux épaules!
    En tout cas, j’imagine ta « satisfaction » quand elle est venue te voir

    :dot: Ben ouais, quand même… (j’étais surtout vexée qu’elle m’envoie bouler devant ses copines en fait) (même s’il va sans doute falloir que je m’y habitue !)

  3. Je suis moi aussi une pro du chignon!! C’est MA coiffure depuis l’adolescence, et encore aujourd’hui à 30 ans révolus, et même sans aller à la danse. Sauf que moi je n’emploie ni épingle ni barrette, je les roule d’un seul geste et les cale dans un chouchou (qui ne fait pas long feu en général). Ça fait moins d’effet c’est sûr, mais il faut que ça reste discret. Je pense qu’après des années de tiraillement en tous genre, mes cheveux sont désormais conditionnés et réussissent à tenir en toutes circonstances (malgré leur nature désespérément filasse).

    :dot: Haha, je ris en imagonant les cheveux conditionnés qui se mettent en chignon tout seuls… ce serait le pied, ça !

  4. Mais quelle complicité ces 2 p’tites puces , je reconnais cet entêtement … Celui de mamzelle .. Je l’ai croise sur ma route il y a 25 ans au moins ?!! Mais qui c’était déjà ??! Shalima ?! Noooon , qu’est-ce-que j’ dis … Je m’egare ….

    :dot: 😆

  5. J’ai fait aussi de la danse, et ça me revient tout à coup.
    L’horreur que ce chignon obligatoire pour moi et certaines copines, car nous avions de l’acné dans le dos, le genre horrible.
    Alors on déboulait en ayant « oublié » nos barrettes et Cie, finalement nous trouvions que les cheveux lâchés d’une danseuse, ce n’était pas moche du tout…

    :dot: Moche non, mais pas pratique, voire même gênant, oui. Et terriblement déconcentrant. Les profs détestent que leurs élèves se tripotent les cheveux pour les remettre en place toutes les 32 secondes, et je les comprends !

  6. Danse moderne, mais même diktat…

    :dot: Tu sais qu’il y a de plus en plus de choré « avec les cheveux » en danse moderne ? C’est la grande mode. Moi je n’aime pas, un peu je dis pas, mais à force, ça saoule !

  7. Ah là là ne me parles de chignon chez moi c’est tous les samedis matin » tu me fais mal avec les épingles » mais comme elle encore un peu petite pour se rebeller et bien je m’en sors pas trop mal.
    Mais que le temps passe vite! alors je crois que l’on va toutes y passé.

    :dot: Arf, oui… dire que moi j’aurais adoré avoir ma coiffeuse maison ! Mais ma mère ne savait pas faire les chignons, il a fallu que je me débrouille toute seule.

  8. Une jolie complicité mère fille derrière tout ça et même a 36 ans, impossible de me faire moi mêem un joli chignon

    :dot: Oui, c’est chouette d’avoir cette passion en commun, mine de rien ça nous rapproche beaucoup. Même si ça n’empêche pas les petits « conflits » 😆

  9. Lol, eh oui Mamzelle grandit ! 😉 Sinon pour lui faciliter la tâche, tu peux peut-être lui acheter un « donut » comme ils en vendent chez Claire’s ? Tu en as différentes tailles et couleur donc moyen de trouver son bonheur pour Mamzelle et du coup ça simplifie beaucoup le faisage de chignon.

    :dot: Déjà essayé, avec ses cheveux (j’ai l’air d’exagérer comme ça, mais non, elle en a vraiment beaucoup, et ils sont très épais, et super raides et glissants. Impossible par exemple de lui faire une tresse), ça ne marche pas du tout, ça lui fait un truc énorme sur la tête, c’est moche 😆

  10. Ha ha les duels capillaires mère-fille, ça me parle beaucoup ! Mais je me pose une question (existentielle) : avec une coupe Rachel-style, peux-tu t’en faire un, toi, pour tes cours ? 😀

    :dot: Aucun souci, avec quelques barrettes et un bon filet, ça tient nickel. J’en fais un à chaque fois en classique, ça fait une plus belle allure en plus, j’ai remarqué qu’avec un chignon, je fais plus gaffe à mon port de tête. En contemporain, en revanche, je me fais une simple queue de cheval. Mais mes cheveux sont plus fins et souples que les siens.

  11. Moi, je suis plutôt en train de me demander si le chignon est la condition sine qua non pour faire de la danse ?! Car ma grande, qui rêve d’en faire à la rentrée prochaine, est également fan de sa jolie petite coupe au carré, et rien au monde (pas même la danse) ne pourrait lui donner envie de les avoir assez longs pour faire un chignon… ça le fait, aussi, une danseuse à la coupe au carré ? ;p

    :dot: Non, rassure-toi, ce n’est pas une condition sine qua non. Ce qu’il ne faut pas, c’est avoir les cheveux dans les yeux. Et dans le cas de mamzelle, c’est un peu particulier, car en plus elle est au conservatoire, les filles ont toutes la même tenue dans le même cours, et c’est cheveux tirés obligatoire !

  12. mais euh c’est si grave si le chignon est raté? ça empêche pas de danser qd même!

    :dot: Non, ce n’est pas grave, il peut être moche, faut juste qu’il tienne bien. Parce que danser, surtout en classique, avec les cheveux dans les yeux, c’est pas pratique. Il y a déjà tellement de choses auxquelles penser, pas la peine de se rajouter des difficultés 😆

  13. Oulà on sent l’expérience dans ce joli chignon ! Il faut bien que la miss s’y essaye pour espérer avoir un jour ton coup de main 🙂
    Ps : effectivement dur d’imaginer jobi sans joba

    :dot: Oui, enfin, celui-là, c’est un chignon de compète, fait pour son concours de danse, il n’est pas toujours aussi réussi 😆

  14. j’adore!! ca c’est le genre de truc que j’aurai pu faire à ma mère… Sauf, que moi j’ai moins d’humour! lol

    :dot: Ne le répète pas, je pense que je me serais vexée aussi ! 😉

  15. J’ai bien aimé cet article, faisant moi même de la danse depuis un bout de temps. Quant j’était plus petite ma mère me faisait aussi mon chignon même si je n’aimais pas trop (je me sentais vraiment comme un bébé). Mais je me disais, pourquoi ne le ferais-t-elle pas seule, chez vous, avant de partir à la danse ? Comme ça, vous pouriez l’assister en cas de petit problème. 🙂

  16. oh la la, cela me rappelle aussi bcp de souvenirs ! (j’ai fait bcp de danse, dont du classique aussi) C’est vrai que les coiffures, ont été des sujets de discorde avec ma maman « ca tiiiiire », « aie, tu brosses trop forrrrrt », et j’en passe.
    Merci pour cet article !

Écrire un commentaire

Combien font : *