Chalet d’Asco, le samedi matin…

Vous le croyez, vous, qu’après une soirée aussi chargée, la Team Sue Ellen fut la première levée ? (ils doivent mettre des trucs pas légaux dans la liqueur de myrte, c’est pas possible autrement) Eh bien oui, d’attaque au réveil, y compris pour de la pulenda réchauffée à la poêle !

À 8h30 pétantes, après avoir sauvé ma Gazelle d’une mort certaine par chute de tabouret entre le mur et le lit mit brosse à dents dans la bouche (à tout instant la blogueuse risque sa vie pour alimenter ses chroniques, SACHEZ-LE), donc je disais, après déjà pas mal d’aventures colocatives et un bon petit déjeuner roboratif comme il faut, nous nous sommes retrouvé en pantalon de ski et godasses de rando sur la grande terrasse ensoleillée du chalet. Sans oublier les lunettes de soleil, très utiles pour simuler le regard réveillé, et la crème solaire parce qu’il a beau être tôt, ça tape déjà pas mal.

Mais je dois dire que je suis une petite joueuse comparée à certains de mes camarades. Le blogueur est un être multi-équipé. Cela va du gant de ski interactif super insolite au bonnet à barbe intégrée, en passant par le canard à tâches, les guêtres en toile de tente et le baume à lèvres assorti au vernis à ongles ET au dispositif anti-avalanche ARVA. La classe.

François, notre guide de haute montagne, nous a montré comment enfiler nos raquettes et marcher avec, et hop, on est parti à l’ascension des pentes neigeuses.

Ça, pour grimper, on a grimpé. Et pas qu’un peu. On a même failli en perdre quelques uns. Moi j’étais au taquet, en tête de file, je ne voulais pas lâcher Gazelle qui elle-même collait au train de François… Gazelle c’est la meilleure coach que je connaisse, elle te motive à attaquer la pente en frontal sans moufter alors que tu es en train de décéder du cœur. Et le pire, c’est que ça marche. Je l’aurais suivie jusqu’au sommet.

Sauf qu’on s’est arrêté avant, pour pique-niquer…

Vin chaud, charcuterie, pain, fromage, oranges… LA VIE.

J’ai beaucoup moins fait ma maline quand il a fallu redescendre. Autant dans la montée, je faisais ma fiérote ascendant mouflon qui a des mollets d’acier (la danse classique, ma meilleure amie), autant dans la descente, entre mes genoux faiblards et ma peur de rouler-bouler jusqu’en bas, j’ai laissé Gazelle repartir devant, et je suis restée un peu en arrière, collant mes pas dans ceux de la personne devant moi.

(courageuse mais pas téméraire, quoi)

Mais ça l’a fait quand même, je n’ai glissé qu’une fois sur les fesses (heureusement que sentant venir le drame, j’avais confié mon appareil photo à Benjamin), je ne me suis bousillé aucun ligament croisé, limite si je n’ai pas trouvé la balade trop courte… En vrai, si, je serais bien partie pour toute la journée.

Mais voilà, il était déjà midi, et l’heure de quitter Asco pour redescendre vers la mer avait sonné. C’est avec un vrai pincement au cœur qu’on a dit aurevoir à nos hôtes, avec pour ma part, une seule envie, revenir au plus vite !

Encore merci François pour cette superbe balade !

Hôtel Restaurant Le Chalet d’Asco, 20276 ASCO
Tel : 04 95 47 81 08 – site internet : http://www.hotel-lechalet-asco.com/

(blog session organisée par Corsica Ferries)

Billet précédent
Billet suivant

22 Commentaires

  1. Plus dure est la descente, moi c’est ce qui me fait le plus peur en rando.
    bon je commente pas plus, nous on a eu un temps pourri à Paris ce we là…

  2. en vrai tu as assuré comme en reine à la montée alors que j’ai vraiment cru décéder ) j’aurais pas dit non à plus long si plus plat (comme à la descente) …sinon que c’est beau ! je découvre un peu j’en c…tellement que j’ai raté des trucs )

  3. Ah, tiens, ca me fait penser à mon article que j’ai tapé récemment sur les raquettes ! 🙂 En totu cas, c’est vrai que c’est sympa les raquettes, j’en ai un très bon souvenir… Et bon, j’ai l’impression de me répéter, mais belles photos ! 🙂

  4. c ça qui est chouette avec la corse…Tu passes de la mer à la montagne en peu de temps! J’adore les balade en raquette, même si c carrément physique, ms la beauté des paysages alentours c’est fabuleux!!!

  5. Oh c’est presque une déclaration d’amour ça <3 Mon dieu la chute je m'en rappelais plus! J'aurais plein de choses à raconter dit donc aussi!

    Mais tu es une sportive de choc, même sans moi, tu l'aurais atteint le sommet! (C'est ça quand on carbure à la myrthe!) (putain la bourre à côté de toi question articles :D) (t'es au taquet :D)

  6. Je me marre , je me marre ^^ et nous les folles une fois fini « et si on continuait??’ limite on se serait fait dévorer par les autres! Mouhahahaha!

  7. Je crois que c’est, avec la soirée de la veille, mon meilleur souvenir de ce séjour, toutes catégories confondues. Cette neige, cette chaleur, ce soleil, ce pique-nique… Et pourtant ce n’est rien de dire que j’ai eu un peu du mal dans la montée !! 😉

  8. Salut

    Peureuse comme je suis je crois que je n’aurais pas pu faire ce que tu as fait.

    En plus la neige c’est pas trop mon truc…Enfin bon par contre le pique nique moi je ne dirais pas non, j’adore la charcuterie moi 🙂

    Bonne journée

  9. J’ai linké ton super article dans le mien d’aujourd’hui…Tu raconte mieux que moi! 😉
    Franchement, super première expérience, cette rando en raquettes. Dommage que je n’ai pas fait perdurer les délicieux effets des cet effort musculaire de l’année, qui m’a valu de belles courbatures pendants 3 jours.
    Faut que je me rattrape!

    Les bisous!!!

  10. Pingback: Corse entre mer et montagne – petite balade à L'Île Rousse | Merci pour le chocolat !

Répondre à marinette Annulez votre réponse

Combien font : *