singing01

Parce qu’il n’y a pas que l’URSSAF dans la vie, voici de quoi se changer les idées avec un petit billet que je vous prépare depuis quelques jours (et c’est l’occasion également d’étoffer une rubrique du blog qui roupille un peu, alors que je l’aime particulièrement : Le Ciné-Club des Korrigans).

Depuis toute petite, j’ai été bercée par les comédies musicales et les vieux classiques hollywoodiens. Ma mère n’était peut-être pas du genre à faire des ateliers pâtisseries ou à m’emmener au square, mais le cinéma, c’était son truc. Et quand elle ne m’y emmenait pas, j’avais droit à des séances canapé/magnétoscope très régulièrement.

Chantons sous la pluie fait partie de mes films préférés, je le connais pas cœur. Étrangement, je n’avais encore jamais pensé à le regarder avec mes Korrigans. C’est mon amie, et prof de danse, Vava qui en a eu l’idée avant moi puisque lors du dernier cours avant les vacances de Noël, elle a proposé à tous ses petits élèves une séance DVD en leur montrant les scènes les plus connues de comédies musicales mythiques, comme La Mélodie du Bonheur, West Side Story, Le Magicien d’Oz, Fame, et… Chantons sous la pluie. Quand elle m’a raconté que même Miniloup était resté fasciné devant l’écran, je me suis dit que toute ma petite tribu était prête ! Je lui ai donc emprunté son DVD, et samedi soir, c’était parti pour une séance canapé/DVD, en famille !

singing02

Chantons sous la Pluie est l’histoire de Don Lockwood (Gene Kelly) et de son fidèle acolyte Cosmo Brown (Donald O’Connor). Lorsque le film commence, nous sommes dans les années 20, Don est une immense star du cinéma muet et se rend à l’avant-première de son nouveau film, en compagnie de sa partenaire Lina Lamont (Gene Hagen). En haut des marches du Chinese Theater, une journaliste lui demande de raconter à la foule en délire comment il est parvenu à se hisser au firmament de la gloire.

singing03

singing04

Don, sans se démonter, enjolive son passé alors que sous nos yeux apparaît la dure réalité des débuts de la vie de l’artiste : trous paumés, salles pourries, cachets ridicules, et spectateurs peu enthousiastes devant les prestations des deux amis :

singing05

singing06

singing07

singing08

Don et Cosmo finissent par atterrir à Los Angeles, où le cinéma muet est en plein essor. Ils sont engagés comme musiciens d’ambiance sur les plateaux de tournage. Mais un jour, un des cascadeurs du film est blessé et Don le remplace au pied levé. C’est un succès, Don devient alors cascadeur sur les films de la grande star Lina Lamont, puis rapidement son partenaire officiel. Grâce à son charme et son charisme, il devient très rapidement aussi célèbre qu’elle. À l’écran, ils forment un couple très uni, mais en réalité, ils se détestent.

singing09

singing10

singing11

Retour à notre avant-première triomphale : le film est un succès, les critiques sont dithyrambiques, toute notre petite équipe se rend alors à une grande fête donnée en leur honneur par le producteur du film. Sur le chemin, Don et Cosmo tombent en panne, Don est assailli par ses fans en délire, et en s’échappant, il tombe dans la voiture d’une jeune et jolie jeune femme, Kathy Shelden (Debbie Reynolds).

singing12

singing13

singing14

La jeune fille prend peur devant cet inconnu tombé du ciel et au costume en lambeaux. Ne le laissant pas s’expliquer, elle s’arrête en catastrophe devant un agent de police, qui reconnait immédiatement la star. Vexée de ne pas l’avoir reconnu, Kathy ne laisse pas Don lui faire son fameux numéro de charme et s’applique à lui démontrer à quel point le cinéma est futile et vulgaire, alors qu’elle, apprentie actrice, ne rêve que de prestigieuses scènes de théâtre. Ils se quittent en moyen terme, on va dire…

singing15

singing16

singing17

singing18

Après être rentré chez lui pour se changer, Don arrive enfin à la fête donnée par son producteur. Et là, quelle n’est pas sa surprise de tomber nez à nez avec un gâteau Kathy, qui loin d’être la grande tragédienne qu’elle prétend être, n’est en fait que danseuse de revue !

singing19

singing20

singing21

singing22

C’est donc au tour de Don de se moquer de la jeune « actrice ». Celle-ci, de rage, lance un gâteau à la tête du bellâtre, qui l’esquive, et c’est Lina qui se retrouve copieusement entartée ! (autant vous dire qu’à ce stade du film, les Korrigans n’en peuvent plus de rire !)

singing23

singing24

Kathy, virée sur le champ, disparaît. Don, sérieusement ébranlé par les critiques de la jeune fille, ne cesse alors de se remettre en question. Surtout que le cinéma parlant fait une entrée fracassante, Le Chanteur de Jazz est un succès phénoménal. Le studio décide alors de passer au parlant lui-aussi en tournant avec ce procédé une n-ième romance historique Lamont-Lockwood. Problème : Lina est non seulement une ravissante idiote, mais elle a également une voix de crécelle.

singing43

singing25

La projection test de ce nouveau film est une catastrophe tant la prestation de Lina est ridicule. Entre temps, Don a retrouvé Kathy, ils sont tombés amoureux, et Cosmo a une idée de génie pour sauver le film : Kathy va doubler la voix de l’horripilante Lina, et en insérant ici et là quelques scènes de danse, l’historique navet se trouvera transformé en fabuleuse comédie musicale !

Nous assistons alors à des scènes chantées et dansées à couper le souffle. Mais comme ce billet est déjà très long, je vous propose de revenir demain pour découvrir ensemble (ou savourer de nouveau) ces petits bijoux chorégraphiques !

à suivre…

Billet précédent
Billet suivant

18 Commentaires

  1. J’ai l’impression que ma maman devait beaucoup ressembler à ta maman 🙂
    Je crois que l’on a été bercée par les mêmes films. Je connais les comédies musicales de la « grande époque » par coeur … Chantons sous la pluie, un américain à Paris, My Fair Lady, Parade de printemps, Brigadoon (j’ai une tendresse particulière pour celle là car elle est peu connu mais c’est un petit bijou), La mélodie du bonheur, Victor Victoria, Fame, Le magicien d’Oz, Les demoiselles de Rochefort, Gigi …

    Bon j’arrête là … je crois qu’il est évident que j’aime beaucoup ces films aux histoires rigolotes, aux couleurs vives et aux chansons entrainantes.

    :dot: Je les connais tous, sauf Brigadoon, merci d’en avoir parlé, ça m’a donné super envie ! 😀

  2. La lectrice de l'ombre Répondre

    Bonne idée !!
    Et ca colle pile-poil avec le temps qu’il fait ici 😉

    :dot: Les vacances, c’est fait pour ça !

  3. Moi c’est mon papa, aujourd’hui disparu, qui m’a initiée aux grands classiques du cinéma et aux comédies américaines (du coup j’en ai fait fait mon métier puisque j’ai été un temps journaliste ciné et que je suis aujourd’hui, entre autres, scénariste !). Une de mes comédies musicales préférées, c’est The Band Wagon (Tous en scène) avec Fred Astaire et Cyd Charisse. Fred Astaire est mon « héros », je le considère comme un pur génie de la danse – il faut que tu voies ses films si ce n’est déjà fait, tout semble facile et magique avec lui, qu’il fasse des claquettes ou de la rumba ! Et si tu aimes Gene Kelly, sache qu’il a fait un duo de danse très beau (et très drôle) avec Fred Astaire : « The Babbitt and the Bromide », inclus dans le film musical Ziegfeld Follies mais que tu dois pouvoir trouver sur Youtube. Ma fille adore et me le réclame (elle restait déjà scotchée devant à 1 an à peine). J’espère que tes Korrigans aimeront aussi !

    :dot: j’aime beaucoup Fred Astaire, je le trouve d’une élégance folle… Gene Kelly me fait marrer (mais pas autant que Donald O’Conor, mon chouchou)

  4. pas eu le temps de finir le comm… J’ai aimé les comédies musicales assez tardivement par rapport à ma cinéphilie de jeunesse mais une fois que j’ai accroché c’était parti!

    :dot: Difficile de résister à tant de bonne humeur ;_)

  5. Tout comme toi j’ai grandi bercée par ces films de la grande époque hollywoodienne.
    Depuis qu’ils sont enfants (ils le sont toujours, oooops!) mes 3 loulous sont réveillés chaque matin par la chanson « Good Morning, Good Morniiiiiiiiiiiiiing! We’ve talked the whole night through, Good Morning, Good Morning To You and you and you…! » Chantée par moi, évidemment 😉
    J’ai fini par leur montrer sur YouTube la version originale qu’ils ont adoré. Cela m’a encouragé à acheter le DVD. Ils ont refusé de le regarder!!! Jusqu’à ce que je l’emmène en vacances et que, ayant épuisé tous les autres Twilights, Pirates des Caraïbes et Cie, ils finissent par le visionner et l’adorer aussi!! Il est désormais rangé au panthéon des films préférés à côté de La mélodie du bonheur et de My Fair Lady!

    :dot: HaHa, chacun ses classiques pour réveiller ses enfants, ici, c’est « il est l’or, monseignor » (La Folie des Grandeurs – Louis de Funès et Yves Montand) 😆

  6. C’est aussi un de mes préférés, mais tu le sais…
    My Fair Lady pour Audrey Hepburn, West Side Story pour la musique de Bernstein et la choré tellement nouvelle à la sortie du film, Sound of Music pour être un souvenir de jeunesse (presque enfance), Un Américain à Paris…Une journée à New York… les Korrigans en ont encore à découvrir…

    :dot: C’est clair ! Et ils sont très demandeurs, c’est chouette.

  7. La suite la suite!!! 😉
    Rah rien que de voir les images du « All I do is dream of you » version rose me donne envie de mettre mon DVD en route!
    Je languis de savoir ce qu’on en pensé les korrigans!

    :dot: Allez, Julie, une petite séance DVD s’impose, je crois 😉

  8. j’adore les comédies musicales de l’époque aussi! merci pour c article si précis sur le film! 😉 ( là, il va falloir que je le revoie! 😉

    :dot: Hop, hop, hop, tous sur le canap’ !

  9. Aaahhh j’adore ce film et je l’ai découvert petite fille aussi (avec ma maman qui le connaissait par coeur à mes côtés) un très bon souvenir.
    Hi hi hi La scène des micros planqués dans la robe (elle a pas un défaut de prononciation aussi ? ah faut que je le revois !)

    :dot: Oui, elle zozote terriblement, c’est trop drôle !

  10. Super idée que leur prof de danse a eu pour initier ses élèves… A cette époque, les acteurs savaient tout faire : danser, chanter, jouer la comédie… Mais je n’ai jamais vu « chantons sous la pluie », il n’est jamais trop tard ! (Ma mère est une grande fan de la Mélodie du Bonheur, il paraît qu’il est passé cette semaine, et je l’ai loupé) !

    :dot: Oui, c’est passé lundi aprem ! J’avais du boulot par dessus la tête, ça tombait à pic pour occuper les Korrigans ! (du coup je l’ai raté, dommage !)

  11. Je ne l’ai jamais vu….oui je sais honte sur moi…..d’autant plus honte sur moi que j’habite Cherbourg!!!! Mais du coup ton billet me fait réaliser ma grande faute et surtout me donne très envie de le voir! Merci!!!

    :dot: Ne passe pas à côté, ce serait dommage, c’est vraiment VRAIMENT un chouette film.

  12. Eh voilà une preuve supplémentaire (s’il en fallait une) que nous avons vraiment nagé dans les mêmes eaux toutes petites!! Parce que ce film est pour notre famille THE MOVIE!! Projeté toutes les veilles de Noël dans notre salon sur grand écran blanc grâce à un vieux rétroprojo et des bobines de film 8 mm et un papa qui s’improvisait projectionniste, avec les bonbecs et les pop corns comme au ciné, nous trois avachis sur le canapé et maman qui nous sert!! Comment te dire que ces souvenirs sont tellement impérissables qu’ils m’en donneraient presque les larmes aux yeux à chaque fois que j’y repense!! Et en ce qui concerne mes louloutes, mon frère leur a offert le DVD il y a quelques mois et dès la première projection elles ont appris la chorégraphie de la première soirée lorsque KAthy sort du gâteau par coeur et ça vaut son pesant de cacahuètes!! Et leur imitation de Coma sur le canapé avec sa poupée c’est assez tordant! Une pensée pour tes trois korrigans et si on préparait une battle de danse sur le thème de « singing in the rain » pour l’été prochain??!!

    :dot: Ohlala, la séance en 8mm, c’est presque aussi culte que le jury familial spécial Eurovision, ça ! 😀

Écrire un commentaire

Combien font : *